Accéder au contenu principal

De l'encensoir "théâtre" le plus ancien retrouvé à Teotihuacan

Les encensoirs de type "théâtre" sont des objets communs parmi les mobiliers retrouvés lors de fouilles à Teotihuacan. Il s'agit d'un subtil mélange d'éléments moulés et fabriqués en série dont la meilleure diffusion est datée entre 400 et 600 de notre ère. Leur iconographie a permis de montrer le caractère multiculturelle de la grande cité du Haut Plateau central pendant le Classique : on sait ainsi que des artisans originaires d'Oaxaca possédaient leur propre quartier.

L'encensoir a été découvert il y a trois ans dans le complexe baptisé La Ventilla, au sud de la zone archéologique. Il avait été déposé avec deux coquillages Turbínela angulata dans les fondations d'une sous-structure au coin sud-est du Complexe des Glyphes. Les éléments qui le composent sont typiques de ce genre de vestige : une base formée de deux cônes joints par la pointe, la cloche, la cheminée, le personnage central (d'apparence féminine), des animaux ou des plantes originaires d'autres régions.

Les restes de quelques graines carbonisées à l'intérieur du piedestal ont été soumis à des analyses. Elles ont révélé qu'il s'agissait de plusieurs variétés de maïs, de haricots reposant sur un lit de charbons, résultat de la combustion de pin et de chêne vert.

Jaime Delgado en déduit que cet encensoir a été utilisé par les habitants de la Ventilla dans le cadre de rituels de caractère agricole, afin de remercier ou de propicier les récoltes. L'archéologue explique que des canaux d'irrigation ont été retrouvés également dans la zone.

La restauration effectuée par Rosario Contreras García du Proyecto La Ventilla de la ZAT a notamment permis d'identifier plusieurs éléments iconographiques qui donnent également du sens à cette pièce. Sur la partie supérieure on peut observer deux oiseaux qui pourraient être des représentations d'un cormoran à aigrettes et d'une buse de Harris. Le premier venait régulièrement sur la lagune de Texcoco tandis que le second est encore observable dans le sud du Veracruz et sur la côte du Golfe du Mexique.

Cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus)
Photo disponible le 04/04/2013 sur :


Buse de Harris.
Photo disponible le 04/04/2013 sur :

C'est d'ailleurs du bec de cette buse que sortait la fumée lors du rituel susdit.

Jaime Delgado explique encore que cette version la plus ancienne des encensoirs en forme de théâtre. Ensuite ils ont connu des évolutions pour une utilisation dans deux contextes différents. D'une part, ils étaient déposés comme offrande funéraire. D'autre part, ils servaient à consacrer une construction.

 
Encensoir de type théâtre, Classique, Teotihuacan.


Chicomecoatl, culture mexica, Postclassique, MNA.

Personnellement, je note la présence de deux petits éléments coniques qui ressemblent à deux petits épis de maïs tenus dans chaque main. Cette hypothèse toute personnelle trouve son écho dans les très nombreuses représentations féminines dite Chicomecoatl, sculptées tout au long du Postclassique. Cela renfocerait l'hypothèse d'une utilisation de ces encensoirs lors de rituels en relation avec la fertilité et l'agriculture. Un autre élément commun est d'ailleurs la présence de cette coiffe en papier plié qui fait penser à un rideau de théâtre.




Pour en savoir plus sur cette recherche, consultez en espagnol le bulletin proposé sur le site de l'INAH. Vous pouvez également observer un diaporama qui présente cet objet sous toutes ses coutures. Enfin vous pouvez également regarder la vidéo suivante sur la chaîne INAHTV disponible sur Youtube.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…