Accéder au contenu principal

De l'encensoir "théâtre" le plus ancien retrouvé à Teotihuacan

Les encensoirs de type "théâtre" sont des objets communs parmi les mobiliers retrouvés lors de fouilles à Teotihuacan. Il s'agit d'un subtil mélange d'éléments moulés et fabriqués en série dont la meilleure diffusion est datée entre 400 et 600 de notre ère. Leur iconographie a permis de montrer le caractère multiculturelle de la grande cité du Haut Plateau central pendant le Classique : on sait ainsi que des artisans originaires d'Oaxaca possédaient leur propre quartier.

L'encensoir a été découvert il y a trois ans dans le complexe baptisé La Ventilla, au sud de la zone archéologique. Il avait été déposé avec deux coquillages Turbínela angulata dans les fondations d'une sous-structure au coin sud-est du Complexe des Glyphes. Les éléments qui le composent sont typiques de ce genre de vestige : une base formée de deux cônes joints par la pointe, la cloche, la cheminée, le personnage central (d'apparence féminine), des animaux ou des plantes originaires d'autres régions.

Les restes de quelques graines carbonisées à l'intérieur du piedestal ont été soumis à des analyses. Elles ont révélé qu'il s'agissait de plusieurs variétés de maïs, de haricots reposant sur un lit de charbons, résultat de la combustion de pin et de chêne vert.

Jaime Delgado en déduit que cet encensoir a été utilisé par les habitants de la Ventilla dans le cadre de rituels de caractère agricole, afin de remercier ou de propicier les récoltes. L'archéologue explique que des canaux d'irrigation ont été retrouvés également dans la zone.

La restauration effectuée par Rosario Contreras García du Proyecto La Ventilla de la ZAT a notamment permis d'identifier plusieurs éléments iconographiques qui donnent également du sens à cette pièce. Sur la partie supérieure on peut observer deux oiseaux qui pourraient être des représentations d'un cormoran à aigrettes et d'une buse de Harris. Le premier venait régulièrement sur la lagune de Texcoco tandis que le second est encore observable dans le sud du Veracruz et sur la côte du Golfe du Mexique.

Cormoran à aigrettes (Phalacrocorax auritus)
Photo disponible le 04/04/2013 sur :


Buse de Harris.
Photo disponible le 04/04/2013 sur :

C'est d'ailleurs du bec de cette buse que sortait la fumée lors du rituel susdit.

Jaime Delgado explique encore que cette version la plus ancienne des encensoirs en forme de théâtre. Ensuite ils ont connu des évolutions pour une utilisation dans deux contextes différents. D'une part, ils étaient déposés comme offrande funéraire. D'autre part, ils servaient à consacrer une construction.

 
Encensoir de type théâtre, Classique, Teotihuacan.


Chicomecoatl, culture mexica, Postclassique, MNA.

Personnellement, je note la présence de deux petits éléments coniques qui ressemblent à deux petits épis de maïs tenus dans chaque main. Cette hypothèse toute personnelle trouve son écho dans les très nombreuses représentations féminines dite Chicomecoatl, sculptées tout au long du Postclassique. Cela renfocerait l'hypothèse d'une utilisation de ces encensoirs lors de rituels en relation avec la fertilité et l'agriculture. Un autre élément commun est d'ailleurs la présence de cette coiffe en papier plié qui fait penser à un rideau de théâtre.




Pour en savoir plus sur cette recherche, consultez en espagnol le bulletin proposé sur le site de l'INAH. Vous pouvez également observer un diaporama qui présente cet objet sous toutes ses coutures. Enfin vous pouvez également regarder la vidéo suivante sur la chaîne INAHTV disponible sur Youtube.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…