Accéder au contenu principal

Escalier hiéroglyphique d'El Palmar : une hypothèse de lecture épigraphique

El Palmar est un site maya peu connu des chercheurs et encore moins du grand public. Situé dans l'état du Campeche, il est actuellement fouillé par une équipe américano-mexicaine dont les co-directeurs sont Kenichiro Tsukamoto, de l'Arizona State University, et Javier López Camacho, de l'Escuela Nacional de Antropología e Historia. Le tout est chapeauté par l'INAH.

C'est en périphérie du site que cette équipe a retrouvé un escalier hiéroglyphique dans le groupe Guzman, alors que la vingtaine d'escalier répertoriés en Mésoamérique l'ont été dans le centre des cités. Son existence avait été indiqué dès 2009 et deux campagnes de fouilles en 2009 et 2010 ont permis les découvertes suivantes. L'escalier desservait une plateforme de 10 m de côté pour 3 de hauteur.  Les restes de cet escalier comportent six marches que l'équipe de Tsukamoto et López Camacho s'est efforcée de reconstituer, les quatre inférieures ayant mieux affronté les épreuves du temps. Ce puzzle comporte 90 blocs où sont visibles 130 cartouches sculptés de glyphes. Le résultat est assez impressionnant : jugez plutôt !


Escalier hiéroglyphique, Classique moyen, maya, El Palmar, Campeche.
Photo : Kenichiro Tsukamoto/INAH, disponible le 25 avril 2011 sur  

Le contenu épigraphique de cet escalier épigraphique a apporté son lot de surprises. D'une part parce qu'il fait état d'évènements qui se sont déroulés à El Palmar entre 250 et 900 de notre ère, appelé Classique. Mais il propose aussi des informations sur les relations qu'entretenait deux villes très importantes à cette époque que sont Calakmul, dans l'état actuel du Campeche, au Mexique, et Copan, situé au Honduras. Rappelons que ces deux cités étaient éloignées d'environ 400 kms. Leurs souverains respectifs se seraient rencontrés à El Palmar le 13 septembre 726.

Les fouilles ont également permis de mettre au jour ce très beau vase peint. Avec un autre vase, ils formaient une offrande qui accompagnaient les ossements d'un individu de haut rang. C'est du moins l'hypothèse défendue par l'anthropologue physique de l'Arizona State University, Jessica Cerezo-Román. L'analyse de la dentition a révélé la présence d'incrustations en obsidienne. Les restes ont pu être datés vers 750.


Vase maya, El Palmar, Campeche, Classique moyen.
Photo : Kenichiro Tsukamoto/INAH, disponible le 25 avril 2011 sur : 

Des restes de céramiques ont été retrouvés dans la cella qui surmontait la plateforme. Les banquettes intérieures ont rélévés des traces d'incendies, ce qui supposerait que la ville fut conquise et détruite par le feu, comme c'était généralement le cas en Mésoamérique (cf. Dos Pilas).

Les photos que nous reproduisons ont toutes été retrouvées sur le site de l'INAH et font partie d'un diaporama que vous pouvez librement consulter.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…