Accéder au contenu principal

Enterrements et classes sociales à Teotihuacan

L'INAH propose une note résumant les fouilles menées par Gonzalo Morales Hernández et son équipe en périphérie de Teotihuacan. En fait l'archéologue mexicain avait présenté des résultats intéresssants lors de la dernière Table ronde de Teotihuacan en septembre dernier. Les archéologues ont notamment travaillé sur cinq structures situées à deux kilomètres au sud de la Ciudadela (actuellement en fouilles).
Dûment catalogués et carthographiés par René Millon dans les années 1970, ces édicules sont situés actuellement dans les hameaux de San Francisco Mazapa, Santa María Coatlán, San Sebastián Xolalpan y San Lorenzo Tlamimilolpa, tous appartenant à la commune de Teotihuacan de Arista. Nommés structures 10, 8, 2, 21 y 6Sa, ils servaient apparemment de logements et recouvraient au moins les restes de trente individus. Le mobilier funéraire relevé fait état de deux mille objets lithiques et trente et un mille fragments de céramiques !

C'est la structure 8 qui contenait le plus grand nombre d'enterrements. Au total ce sont les restes de 15 femmes, enfants et nouveaux-nés qui ont retrouvés. Des objets cérémoniels les accompagnant, à l'instar de ce vase incisé et originaire de la côte du Golfe. Pour être plus précis, la structure 8 est formée de cinq pièces, trois cours, un portique, deux systèmes de canalisations et un mur d'enceinte. Des traces de peinture rouge ont été mises au jour sur certaines sols stuqués. Enfin de petits trous faisaient office de dispensaires d'eau.

La structure 10 comptait un enterrement formé de quatre dépôts funéraires : des vaisselles et des figurines en céramique, des bois de cerf, et une aiguille en os animal sont les éléments les plus notables qui accompagnait le défunt. Un autre enterrement multiple était constitué d'une femme d'environ 30 à 35 ans, de quatre enfants dont l'âge oscille entre 4 et 10 ans et des restes incomplets d'un nouveau-né. Ils présentent des déformations crâniennes et d'importants problèmes dentaires. L'unité habitationnelle comportait trois pièces, deux cours, des couloirs en basalte recouvert de boue et partiellement stuqué, et un autel placé au centre d'une place.

Sous la structure 21, les fouilles ont révélé les restes d'un nouveau-né d'un an environ. Les restes d'un encensoir volontairement brisé gisaient à ses pieds. Il est datée de la phase Xolalpan, soit entre 350 et 550 de notre ère.

En ce qui concerne les structures 2 et 6Sa, les données sont encore minces, dans la mesure où les 13 enterrements fouillés sont encore analysés. Les seuls détails qui ont été communiqués par Morales Hernández concerne l'architecture des deux ensembles.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le bulletin de l'INAH en espagnol.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…