Accéder au contenu principal

Exposition Comer y ser au MHM de Monterrey

Depuis le 23 novembre dernier, les regiomontanos peuvent se rendre au Museo de Historia Mexicana, situé au centre-ville de Monterrey et visiter l'exposition Comer y ser : raíces gastronómicas de México.

Elle repose sur un constat anthropologique simple où la nourriture constitue la pierre angulaire d'une civilisation. En l’occurrence, les organisateurs ont souhaité proposer au public regio un aperçu de ses racines alimentaires, là où l'influence de la malbouffe américaine se fait le plus cruellement sentir.

L'exposition compte 131 pièces, photos, images, documents facsimilés dont une majeure partie est issue de la collection privée Armella Spitalier. Elles sont organisées selon les axes suivants. La priorité est évidemment accordé au maïs, céréale considérée comme un des fondements du concept de Mésoamérique.

A ce titre, on pourra voir plusieurs représentations anciennes des divinités du maïs. Mais il s'agit également de voir un peu plus loin en posant la question de l'union de l'homme et de l'univers au travers des différents aliments qu'il peut trouver dans son environnement naturel immédiat. Cette conception de l'alimentation est très difficilement compréhensible dans la mesure où notre alimentation est de plus en plus standardisée et n'est plus en phase avec les cycles naturels.

Un autre moment de l'exposition revient sur les différentes technologies mises au point par l'homme pour dompter cette nature, domestiquer les plantes pour pouvoir les cultiver plus facilement, favorisant ainsi sa propre sédentarisation et in fine l'apparition de communautés et de cités.

L'occasion est de mettre également en exergue les aliments préhispaniques qui continuent de faire partir de l'alimentation des Mexicains actuellement et qui ont passé les frontières comme la vanille, la tomate, le cacao, etc. Un autre aspect est de voir comment des cultures se différencient simplement par les recettes qui les caractérisent.

Dernière étape: la présence de la nourriture dans l'au-delà. L'exposition explique pourquoi autant d'offrandes de nourriture ont été retrouvé dans des tombes. Il apparaît clairement que cette exposition est pluridisciplinaire. Le thème choisi est lui-même très porteur. D'ailleurs vous retrouverez prochainement un numéro de Raíces dont l'entretien sera centré sur cette exposition.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…