Accéder au contenu principal

Compte-rendu Arqueología mexicana hors-série 54

C'est avec presque deux mois de retard que je vous propose très humblement une lecture de ce numéro hors-série qui a pour thème les codex mexicains conservés à la Bibliothèque National de France (BNF). Cette enceinte est après la Bibliothèque du Musée National d'Anthropologie, celle qui compte le plus grand nombre de documents préhispaniques ou péricoloniaux concernant les peuples rencontrés par les Espagnols au cours de leur conquête.

Il y a quelque temps les éditions Raíces avaient déjà publié un numéro hors-série sur les documents conservées dans cette dernière institution. Il paraissait donc normal de pouvoir disposer d'un numéro qui présentât, même partiellement, les quelques trois cents documents que la veuve d'Eugène Goupil donna à la Bibliothèque National de France après le décès de ce dernier.

C'est Luz María Mohar Betancourt, chercheuse au CIESAS et spécialiste des documents mexicains anciens, qui a coordonné la publication. En guise d'introduction, elle effectue une présentation rapide de la collection de la BNF, s'intéressant à la formation de la collection des documents par Boturini qu'à sa sortie illégale vers la France. Elle revient aussi rapidement sur les dix-huit documents proposés dans ce hors-série, insistant sur leur diversité culturelle et géographique, la variété de leur contenu.

Sur ce point il est notable de passer d'un des trois codex maya préhispanique encore conservé au catéchisme indo-chrétien, à un plan topographique ou à un témoignage lors d'un procés. Cette variété se reflète dans l'équipe de seize chercheurs qui a participé à ce hors-série. On y trouve des archéologues, des historiens et ethnohistoriens, expérimentés et en devenir. 

En ce qui concerne la méthodologie utilisée pour la présentation de ces documents, elle repose sur les axes suivants :
  • une brève description du contenu,
  • l'histoire jusqu'à son arrivée à la BNF,
  • une carte indiquant leur origine géographique,
  • un petit cadre avec leurs caractéristiques physiques,
  • la reproduction en grand format d'un feuillet,
  • des reproductions de plus petite taille,
  • des notes et commentaires sur certains points spécifiques de ces images.
La méthodologie est efficace et a fait ses preuves dans le numéro sur les codex de la BNAH ou les facs-similés déjà publiés par Arqueología mexicana. Elle ressemble à celle employé par Maarten Janssen et Ferdinand Anders pour les commentaires des codex publiés il y a une vingtaine d'années par le Fondo de Cultura Económica.

Il ne fait aucun doute que ce hors-série est une réussite et invite le lecteur à en savoir plus sur les documents coloniaux mexicains conservés à la Bibliothèque Nationale de France et dont l'accès restreint pourrait en décourager plus d'un. Rappelons que le Codex Aubin a fini par regagner le Mexique dans les années 1980 après qu'un visiteur mexicain s'en est emparé pour le remettre à la BNAH où il se trouve désormais.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…