Accéder au contenu principal

Un projet d'études novateur sur le Codex Borbonicus

Le fait est suffisamment rare pour justifier un billet sur ce carnet. La Bibliothèque de l'Assemblée Nationale a récemment autorisé un projet de recherches sur le Codex Borbonicus. Dans sa volonté de conserver un document polémique en sa possession depuis 1826 et probablement pillé du Palais de l'Escorial lors des guerres napoléoniennes en Espagne, le Palais Bourbon a tranché.


Codex Borbonicus, p.14.
Disponible le 06/01/2014 sur : 

Les analyses auquel sera soumis le document devront déterminer sa période de fabrication. Il existe depuis toujours un débat sur la temporalité de ce document parmi les ethnohistoriens. Certains prétendent qu'il fut élaboré avant l'arrivée des Espagnols en Nouvelle Espagne. D'autres considèrent au contraire qu'il fut peint dans les premières années de la Colonie. Plusieurs questions restent également en suspens : le Codex Borbonicus est-il l'oeuvre d'un tlacuilo (peintre) ou de plusieurs ? De combien de parties est-il composé ?

Long de 14 m, peint sur 36 pages de grand format inhabituel (39 cm x 40 cm), le codex sera donc sorti de sa capsule maintenue à 18° pour être passé au crible d'une équipe dirigée par Bertrand Lavédrine, directeur du laboratoire du Centre de Recherche pour la Conservation, dépendance du Muséum National d'Histoire Naturelle. Le chimiste Fabien Pottier produira d'ailleurs sa thèse sur le sujet. La recherche est financée conjointement par l'Assemblée Nationale et par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

En quoi ont consisté les études du Codex Borbonicus ? En mars 2014, en guise de test et de mise en bouche, les chercheurs français ont choisi deux pages, une de chaque côté du document. Ils ont comparé les pigments de couleurs en utilisant la spectrométrie de fluorescence X. Puis en septembre dernier, c'est l'imagerie hyperspectrale qui est mise en oeuvre afin de déterminer la composition chimique du document. Cette technologie, originalement utilisée à des fins militaires et aéronautiques trouve ainsi une application civile inattendue. Les deux côtés du document ont donc été numérisés, représentant pas moins de 400 Go de données ! Reste encore à décrypter toute cette information, notamment au moyen d'un programme en cours d'écriture.


Vidéo sur l'imagerie hyperspectrale.
Disponible le 06/01/2014 

La dernière phase du projet débutera en mars prochain. Elle essaiera d'établir l'origine chimique des jaunes et des marrons qui sont très présents dans le Codex Borbonicus. C'est précisément pour résoudre ce problème que l'équipe de Lavédrine a fait appel à une chercheuse mexicaine : Tatiana Falcon, chercheuse de l'Institut de Recherches Esthétiques de l'Université Nationale Autonome du Mexique connaît bien les colorants que les artistes du XVIe siècle du centre du Mexique utilisaient. Il est plus que judicieux d'intégrer des chercheurs mexicains : on sait combien les Mexicains sont attachés aux documents dont ils ont été spoliés. L'année dernière, les autorités mexicaines n'ont pas hésité à débourser 1 000 000 de dollars pour récupérer le Codex Chimalpahin !

Pour en savoir plus sur le sujet, n'hésitez pas à lire l'article publié sur le site d'El País ou le billet publié par Gustavo Ramírez sur la Red Mexicana de Arqueología.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…