Accéder au contenu principal

Ciudad Juarez, capitale des « féminicides »

Voici un article publié il y a un an pour la journée mondiale de la femme.

La dignité de la femme est souvent mise à mal un peu partout dans le monde... Si la France s'en sort moyennement, que dire d'autres régions du Monde. Sortons des sentiers battus...


La journée de la femme approchant, on vous montrera des documentaires et des reportages sur la situation de la femme et de ses droits dans le Monde. Loin de négliger les violences et les injustices que peuvent subir nombre de nos compatriotes, il me paraissait important de vous parler d’un phénomène vieux de treize ans qui touche l’Etat de Chihuahua, au Nord du Mexique.



Ill. 1. Carte du Mexique. Source : http://www.mujeresdejuarez.org/


En 1993, les premiers cas de jeunes femmes, d’adolescentes et même de fillettes violées puis torturées et assassinées sont apparus. Aujourd’hui les chiffres des associations de familles de victimes décomptent près de 1500 disparitions et 400 morts violentes composent un triste bilan. Des corps violés, tuméfiés parfois démembrés ont été retrouvés de part et d’autre de la frontière mexicano-américaine. A mesure que les victimes augmentaient, les familles devaient souvent enterrer leur proche (et elles attendent toujours qu’on leur restitue un corps) sans que justice leur soit rendue.

Pour manifester contre l’impunité des assassins et témoigner de leur douleur face à leur pays et au monde entier, les femmes de Juarez ont multiplié les manifestations, obtenu le soutien d’organisations internationales comme Amnesty International mais aussi de bon nombres de célébrités nationales. Ainsi l’auteur-compositeur-interprète Saul Hernandez, leader du groupe Los Jaguares, n’hésite pas à parler des femmes de Ciudad Juarez et à dénoncer la politique outrancière du gouvernement lors de chaque concert.



Ill. 2 Manifestante contre les « féminicides » devant le bureau de l'ONU à Mexico. Source : Noticieros Televisa.


Les facteurs responsables de cette vague de violences sont multiples. D’une part, la mentalité machiste de bon nombre d’hommes mexicains ne supporte pas le caractère de plus en plus indépendant des femmes mexicaines. A ce motif sociologique s’ajoutent des motifs économiques. La ville de Ciudad Juarez est frontalière de l’Etat du Nouveau-Mexique. Sa population a régulièrement augmenté depuis une vingtaine en raison d’un flux permanent de Mexicains du sud et du centre du pays, tentés par les opportunités de travail mieux rémunéré à Ciudad Juarez et de migration souvent clandestinement à San José. La plupart échoue et se retrouve dans des situations familiales et financières délicates. Enfin il convient de ne pas négliger des facteurs politiques. Depuis le début de la crise les autorités du Chihuahua, puis celles du gouvernement fédéral à Mexico, ont systématiquement cherché à minimiser l’impact des « féminicides » de Ciudad Juarez. Des rapports successifs d’Amnesty International ont mis en lumière l’absence d’enquêtes convenablement menés et l’impunité dont bénéficient les criminels.

Depuis le phénomène a pris de l’ampleur et a gagné la ville de Chihuahua et l’état voisin de Sonora. Pour toute réponse et devant l’internationalisation des pressions, le gouvernement mexicain de Vicente Fox a décidé il y a quelques mois de mettre les bouchées doubles pour résoudre les affaires de disparition et de meurtres à Ciudad Juarez et ses environs. Mais le Procureur général de l’Etat de Chihuhua a fait récemment des déclarations qui ont fortement ému les familles des victimes. Selon lui, seront traitées surtout les affaires comportant des violences sexuelles, soit 20% des 379 meurtres documentés, les autres appartenant au domaine des violences conjugales. Pourtant, il reconnaît de multiples dysfonctionnements et négligences de la part de 177 fonctionnaires de police chargés des enquêtes préliminaires. Une bien faible consolation qui laissent pour compte plusieurs centaines de femmes face aux traumatismes de leur enlèvement et/ou viol...

Dans sa volonté de zèle et avec les méthodes qui la caractérisent, la police judiciaire a même été jusqu’à arrêter et incarcérer plusieurs innocents. Ce fut le cas du cousin d’une victime : alors que celui-ci avait fait plusieurs milliers de kilomètres pour participer aux recherches, la police, agacée par la pression de la famille, a fini par trouver un coupable. L’affaire de Ciudad Juarez pèse lourdement sur le débat politique à quelques mois des élections présidentielles mexicaines et il importe désormais que toutes ses disparitions soient élucidées pour aider le candidat du parti néolibéral au pouvoir…

La route pour le respect de la femme au Mexique est encore longue. Il semblerait qu’une prise de conscience se fasse, en espérant qu’elle ne soit pas uniquement pas liée à des enjeux purement politiciens. Qui plus est, plus de la moitié de la population mexicaine est féminine. Comme j’ai l’habitude de dire, les droits de l’Homme sont aussi ceux de la Femme. Cela est valable au Mexique comme partout dans le monde…

Plusieurs sites internet m’ont permis d’écrire cet article et méritent votre visite. Certains sont même disponibles en version française :

http://www.mujeresdejuarez.org/ : site d’une association de familles de victimes. Signez leur pétition !

http://www.mujerarte.org/juarez-frances.htm : site contenant des toiles représentant de manière très crue les victimes de Ciudad Juarez.

http://web.amnesty.org/library/Index/ESLAMR410122006 : page en espagnol contenant les commentaires d’Amnesty sur le rapport du Procureur général du Chihuahua.

Por mi Tortuguita, con todo mi respeto y amor…
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…