Accéder au contenu principal

Concert : Albin de la Simone à Amiens

L'accompagnateur de -M- , Matthieu Boogaerts ou Franck Monnet, faisait une étape dans sa ville natale pour présenter son album "J'ai changé" Récit...

Amiens, samedi 29 octobre, 15h30
Voilà quelques mois que je préparais un concert auquel Céline-attendue m'avait invité. Avec l'aide de Nono, nous la récupérons à la gare située en face de la Tour Perret récemment restaurée. Après avoir fait un détour par l'hôtel pour qu'elle enfile sa tenue de concert spéciale Albin, nous prenons la direction du quai Bélu pour bien repérer la salle.
Premier cadeau: Albin finit une interview avec la télévision locale et nous échangeons quelques mots rapides sur le concert du soir. Nous effectuons ensuite un petit tour en centre-ville, histoire de voir la cathédrale et d'acheter l'album à la FNAC (en prix vert à 10 euros, précipitez-vous!) pour le faire dédicacer.

Une bière en terrasse plus tard, Laure nous rejoint. Après quelques papotages, nous mettons le cap sur le quartier Saint Leu, paradis des étudiants amiénois le samedi soir.

21 heures. Un sandwich avalé et nous patientons pour pouvoir entrer dans la salle alors que le concert était prévu à 20h30. Subrepticement, Jeanne Cherhal, madame de la Simone à la ville, et Jipé Nataf se glissent à nos côtés. C'est une deuxième bonne surprise.
Les portes s'ouvrent : les quelques places assises de la petite salle (150 places) sont déjà occupées. La fosse se remplit rapidement et nous prenons place aux tout premiers rangs.
Autant dire que Céline-attendue ne se sent déjà plus de joie. La chaleur de la salle nous fait penser plus à un sauna et la seule porte qui permettrait de nous aérer doit rester fermée. Un mauvais point pour les organisateurs.
Elle finit par s'ouvrir et laisse entrer Jeanne Cherhal tenant sa basse et Jipé Nataf avec sa Gibson. Seraient-ils les musiciens d'Albin pour ce soir?
Non, ils viennent présenter leur groupe : les Redlegs. Notez sur le cliché le jeans rouge de Jipé et les collants de la même couleur portés par Jeanne. CQFD : ils ont bien les jambes rouges. Leur spécialité : la reprise de classiques de la variété française et internationale ( Brel, Souchon, Kate Bush, Gainsbourg...). "Quoi d'intéressant?" me direz-vous. Jipé vous répondrait qu'ils font ça juste pour le plaisir et qu'accessoirement, ils veulent être des juke-box humains, disponibles pour les baptêmes et les mariages (ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd).





Les Redlegs


Pourtant la réussite de leur duo tient à la qualité de leur interprétation, le côté coquin de Jeanne et la maîtrise musicale de Jipé apparaissant clairement. Ils nous proposent des rythmiques et des orchestrations surprenantes au point de mettre rapidement la salle dans leur poche. Telle était la troisième surprise de la soirée.

Un petit quart plus tard, Albin, accompagné de son batteur, de son bassiste et de son guitariste, monte sur scène dans une veste à faire pâlir Shalom. Malheureusement le premier morceau, Simone, est gâché par une mauvaise balance micro, un retour-son absent. Une improvisation au clavier le temps de tout remettre en ordre et le concert prend sa pleine mesure.



Albin : le maître des clés



Les morceaux prennent des tournures souvent rock et peuvent surprendre ceux qui ne connaissent Albin que par son CD. Qu'importent les erreurs de texte, dûes sans doute à l'émotion de se retrouver chez soi ! D'ailleurs Albin a invité un ensemble de cuivres local, le BBCL, pour l'accompagner notamment sur le morceau phare J'ai changé.


Albin et le Big Band des Collèges et Lycées d'Amiens


Le set se déroule jusqu'au premier rappel au cours duquel Jeanne et Jipé rejoignent Albin pour interpréter Ces mots stupides. Instant magique, tout en douceur et bien agréable. Le bassiste d'Albin s'est emparé de sa guitare GOAL 3, en forme de ballon de foot et qui contient un ampli intégré à la caisse de la guitare: original ! Supporter de l'ASC, Albin. Un deuxième et dernier rappel sur J'ai changé : Le public acccompagne Albin seul devant son clavier : papapapalabadabada...





Albin, Jeanne et Jipé interprétant Ces mots stupides


Dernier cadeau, lors d'une séance de dédicaces avec les artistes: une petite discussion avec Jipé sur les Redlegs, quelques mots échangés avec la sémillante Jeanne et un Albin victime de son succès. Nous repartons avec une énergie et un sourire incroyables. Il est plus d'une heure du matin. Nous traversons le quai Bélu pour prendre une dernière bière avant de nous séparer. Je rentre au radar à plus de quatre heures du mat', Albin dans l'autoradio et l'esprit encore embrumé par les mots, les notes et la simplicité du personnage. A voir et revoir de toute urgence.
Merci à Céline pour ce beau cadeau d'anniversaire (très en retard), à Nono, Mick et Laure, JP pour les instants de complicité.

http://www.albindelasimone.com


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…