Accéder au contenu principal

Concert : Albin de la Simone à Amiens

L'accompagnateur de -M- , Matthieu Boogaerts ou Franck Monnet, faisait une étape dans sa ville natale pour présenter son album "J'ai changé" Récit...

Amiens, samedi 29 octobre, 15h30
Voilà quelques mois que je préparais un concert auquel Céline-attendue m'avait invité. Avec l'aide de Nono, nous la récupérons à la gare située en face de la Tour Perret récemment restaurée. Après avoir fait un détour par l'hôtel pour qu'elle enfile sa tenue de concert spéciale Albin, nous prenons la direction du quai Bélu pour bien repérer la salle.
Premier cadeau: Albin finit une interview avec la télévision locale et nous échangeons quelques mots rapides sur le concert du soir. Nous effectuons ensuite un petit tour en centre-ville, histoire de voir la cathédrale et d'acheter l'album à la FNAC (en prix vert à 10 euros, précipitez-vous!) pour le faire dédicacer.

Une bière en terrasse plus tard, Laure nous rejoint. Après quelques papotages, nous mettons le cap sur le quartier Saint Leu, paradis des étudiants amiénois le samedi soir.

21 heures. Un sandwich avalé et nous patientons pour pouvoir entrer dans la salle alors que le concert était prévu à 20h30. Subrepticement, Jeanne Cherhal, madame de la Simone à la ville, et Jipé Nataf se glissent à nos côtés. C'est une deuxième bonne surprise.
Les portes s'ouvrent : les quelques places assises de la petite salle (150 places) sont déjà occupées. La fosse se remplit rapidement et nous prenons place aux tout premiers rangs.
Autant dire que Céline-attendue ne se sent déjà plus de joie. La chaleur de la salle nous fait penser plus à un sauna et la seule porte qui permettrait de nous aérer doit rester fermée. Un mauvais point pour les organisateurs.
Elle finit par s'ouvrir et laisse entrer Jeanne Cherhal tenant sa basse et Jipé Nataf avec sa Gibson. Seraient-ils les musiciens d'Albin pour ce soir?
Non, ils viennent présenter leur groupe : les Redlegs. Notez sur le cliché le jeans rouge de Jipé et les collants de la même couleur portés par Jeanne. CQFD : ils ont bien les jambes rouges. Leur spécialité : la reprise de classiques de la variété française et internationale ( Brel, Souchon, Kate Bush, Gainsbourg...). "Quoi d'intéressant?" me direz-vous. Jipé vous répondrait qu'ils font ça juste pour le plaisir et qu'accessoirement, ils veulent être des juke-box humains, disponibles pour les baptêmes et les mariages (ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd).





Les Redlegs


Pourtant la réussite de leur duo tient à la qualité de leur interprétation, le côté coquin de Jeanne et la maîtrise musicale de Jipé apparaissant clairement. Ils nous proposent des rythmiques et des orchestrations surprenantes au point de mettre rapidement la salle dans leur poche. Telle était la troisième surprise de la soirée.

Un petit quart plus tard, Albin, accompagné de son batteur, de son bassiste et de son guitariste, monte sur scène dans une veste à faire pâlir Shalom. Malheureusement le premier morceau, Simone, est gâché par une mauvaise balance micro, un retour-son absent. Une improvisation au clavier le temps de tout remettre en ordre et le concert prend sa pleine mesure.



Albin : le maître des clés



Les morceaux prennent des tournures souvent rock et peuvent surprendre ceux qui ne connaissent Albin que par son CD. Qu'importent les erreurs de texte, dûes sans doute à l'émotion de se retrouver chez soi ! D'ailleurs Albin a invité un ensemble de cuivres local, le BBCL, pour l'accompagner notamment sur le morceau phare J'ai changé.


Albin et le Big Band des Collèges et Lycées d'Amiens


Le set se déroule jusqu'au premier rappel au cours duquel Jeanne et Jipé rejoignent Albin pour interpréter Ces mots stupides. Instant magique, tout en douceur et bien agréable. Le bassiste d'Albin s'est emparé de sa guitare GOAL 3, en forme de ballon de foot et qui contient un ampli intégré à la caisse de la guitare: original ! Supporter de l'ASC, Albin. Un deuxième et dernier rappel sur J'ai changé : Le public acccompagne Albin seul devant son clavier : papapapalabadabada...





Albin, Jeanne et Jipé interprétant Ces mots stupides


Dernier cadeau, lors d'une séance de dédicaces avec les artistes: une petite discussion avec Jipé sur les Redlegs, quelques mots échangés avec la sémillante Jeanne et un Albin victime de son succès. Nous repartons avec une énergie et un sourire incroyables. Il est plus d'une heure du matin. Nous traversons le quai Bélu pour prendre une dernière bière avant de nous séparer. Je rentre au radar à plus de quatre heures du mat', Albin dans l'autoradio et l'esprit encore embrumé par les mots, les notes et la simplicité du personnage. A voir et revoir de toute urgence.
Merci à Céline pour ce beau cadeau d'anniversaire (très en retard), à Nono, Mick et Laure, JP pour les instants de complicité.

http://www.albindelasimone.com


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…