Accéder au contenu principal

Musique aztèque

En Occident, la musique trouve son origine auprès des fameuses Muses grecques. A travers le monde, la musique a toujours une origine divine. Faisons un petit tour du côté des Aztèques et d'un de leurs mythes...

Alors qu'ils avaient créé le monde et l'humanité, les dieux se rendirent compte que quelque chose ne tournait pas rond. Les hommes étaient tristes après leur journée de labeur et ils avaient du mal à vivre les uns avec les autres. Comme d'habitude, les dieux se réunirent et Tezcatlipoca, le Miroir Fumant demanda de donner aux hommes la musique et le chant. Ainsi fut-il décidé.



Ill. 1. Représentation de Tezcatlipoca sur une urne funéraire.
Céramique, Culture Mexica, 1325-1521, Museo Templo Mayor.

Le miroir fumant rechercha sur la Terre un jeune homme. Il l'envoya chercher dans un endroit éloigné les musiciens et leurs instruments avec mission de les ramener vers la Terre pour profiter de leurs secrets.
"Tu auras pour charge d'apporter la joie aux hommes. Tu franchiras les océans et tu arriveras à la Maison du Soleil. Là tu rencontreras différents musiciens et chanteurs et trouveras maints instruments.
- Mais comment arriver jusqu'à la Maison du Soleil, Seigneur de la Terre? demanda le jeune homme avec incrédulité.
- Lorsque tu arriveras à la mer, tu demanderas leur aide aux tortues et aux baleines qui t'assisteront immédiatement. Ensemble, elles formeront un immense pont jusqu'au Soleil.
- Comment le Soleil saura que tu m'as envoyé? interrogea le jeune homme.
- Tu apprendras un chant que tu entonneras en sa présence, répondit Tezcatlipoca. Il t'attendra."

Après plusieurs jours de marche, le garçon arriva à la mer. Il appela les êtres aquatiques comme l'avait dit Tezcatlipoca : à différents endroits apparurent quelques baleines, des tortues sortant la tête de leur carapace . Les animaux se réunirent pour former un pont si long qu'aucun regard humain n'aurait pu en voir l'extrémité.Le jeune homme emprunta ce pont, à la recherche de la Maison du Soleil. Cela lui prit des jours entiers. Il commença à perdre de vue les montagnes et ensuite le reflet des eaux. Ensuite il ne voulut plus regarder en bas et préféra regarder devant lui et pmarcher, marcher, toujours marcher. Il arriva enfin devant la porte du Soleil et là, debout, il entonna la chanson que le dieu noir lui avait enseigné.



Ill. 2. Huehuetl, instrument de percussion, bois. Hauteur : 98 cm, diamètre : 54 cm.
Culture Mexica, Museo de Antropologia, Toluca.

Il chanta si harmonieusement que le Seigneur Soleil en personne s'en émut. Il devina la raison de la présence du jeune homme,. Il ordonna donc à ses musiciens de se boucher les oreilles pour que le chant ne les séduise pas:
"Ne l'écoutez pas! Ne lui répondez pas! Celui qui me désobéira devra partir pour toujours avec ce mortel".
En dépit de l'avertissement du Soleil, beaucoup n'eurent pas le temps de se boucher les oreilles et quittèrent la Maison du Soleil sans pouvoir l'éviter. Le jeune continua de chanter ce que Tezcatlipoca en descendant le pont. Mais, malheureusement pour le Soleil, ses musiciens l'abandonnèrent les uns après les autres et rejoignirent le jeune homme.



Ill. 3. Scène de danse et chant. Codex Tovar, pl. 2. XVIIème siècle.

Sur la Terre, les hommes vinrent à sa rencontre et firent une première fête. Ils étaient si contents d'entendre les mélodies des musiciens et les chanteurs venus de la Maison du Soleil, que, sans s'en rendre compte, leurs pieds se mirent à bouger et à dessiner d'incroyables figures. Tel fut le cadeau de Tezcatlipoca, le Miroir fumant.

En ce qui concerne la bibliographie, je vous recommande cet article de Miguel Leon-Portilla, disponible sur le site internet de la revue Estudios de Cultura Nahuatl, numéro 38.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…