Accéder au contenu principal

Les carnets mexicains de Don Cuervo

Pas question de faire une reprise de Luis Mariano ! D’ailleurs combien de préjugés et de faux semblants collent à la peau de ce pays et de ses habitants ! Cuervo évoque quelques souvenirs de la ville-pieuvre : Mexico…

Que diraient les Aztèques s’ils voyaient leur capitale Tenochtitlan telle qu’elle est aujourd’hui ? Probablement maudiraient-ils leurs descendants d’avoir asséché la grande lagune, d’avoir construit sur ces lieux sacrés que sont les montagnes. Comment prétendre alors connaître une telle ville, moi le Franchute ?
Car il faut bien se rendre à l’évidence : le Distrito Federal est devenu incontrôlable, insondable. La mégapole ne cesse d’enfler, de coloniser les montagnes et les vallées situées à plus de 100 km de son centre, le Zocalo, lieu de toutes les manifestations politiques, culturelles et sociales (parfois les trois simultanément). Dès qu'on arrive en ville, un grouillement permanent de vie vous saute à la figure. A six heures du matin les tiendas des petits vendeurs grouillent de clients dévorant leurs tacos al pastor ou leurs quesadillas (galettes de maïs remplies de viande ou de fromage fondu) et vidant leur bouteille de soda. Pour vous réveiller matinalement, il suffit de laisser sa fenêtre ouverte d’écouter le crieur de gaz ou l’éboueur dans la rue.

C’est près du Zocalo et de son drapeau tricolore gigantesque que se trouvent trois monuments symbolisant à eux seuls le Mexique. Le Palais présidentiel est un bâtiment colossal bien gardé par des militaires assez tatillons. Mais le portail franchi, quel bonheur de voir les fresques du maître Diego Rivera ! Elles racontent de manière très subjective (Rivera ayant longtemps été le chef du Parti Communiste mexicain) les souffrances endurées par les peuples préhispaniques, l’oppression des grands propriétaires terriens et des grands financiers capitalistes (sic !)...



Ill. 1. Fresque de Quetzalcoatl par Diego Rivera

Coincé au nord-est du Zocalo, les ruines aztèques du Templo Mayor mises au jour à la fin des années 1970 se donnent en spectacle aux badauds et aux touristes curieux. Le centre de Mexico est bâti sur l’ancien centre cérémoniel préhispanique de Tenochtitlan. La lagune et les nappes phréatiques ayant été asséchées, les sols se recroquevillent et font pencher les bâtiments, voire les détruisent. La cathédrale n’échappe pas à la règle.



Ill. 2. Templo Mayor et cathédrale de Mexico.

Une personne curieuse et prudente n’hésitera pas à se rendre dans les rues annexes du Templo Mayor, que sont Argentina ou Moneda. C’est là qu’on peut voir quotidiennement le plus grand marché à l’air libre de la ville. On y trouvera aussi bien des pantalons que des coupe-ongles ou de mauvaises reproductions d’objets précolombiens. En fait ces vendeurs sont sous la coupe de dirigeant(e)s mafieux(ses) qui n’hésitent pas à blanchir leur argent sale en fabriquant des contrefaçons à des prix défiants toutes concurrences. Si le cœur et surtout si vos intestins vous en disent, n’hésitez pas à manger dans la rue auprès des locaux. Si vous recherchez des nourritures plus spirituelles, il faut parcourir la Calle de las Donceles : c’est la rue des bouquinistes et des libraires.

A cinq cents mètres à l’ouest du Zocalo, se trouve le Palacio de Bellas Artes qui tient à la fois de grande salle de concerts classiques et d’opéras, mais aussi de lieu d’expositions. Vous pourrez y voir une petite trace française avec une bouche de métro offerte en son temps par la ville de Paris. D’ailleurs la station Louvre contient une trace de ce jumelage entre les métros chilango et parisien. A côté du Palacio se trouve la Torre Latino-Americana.



Ill. 3 et 4. Bouche de métro du Palacio de Bellas Artes et Torre Latino-Americana.

A elle seule la ville de l’Aigle dévorant le serpent regroupe un quart de la population du pays, soit vingt-cinq millions de Chilangos (nom dont les locaux s’affublent). Et, je me suis retrouvé ainsi sur des plus longues avenues du monde : le Paseo de la Reforma mesure en effet environ cinq kilomètres de long. Il comporte des sculptures de grande taille: la statue de Cuauhtemoc, le dernier empereur aztèque, et l’Ange de l'indépendance.




Ill. 5 et 6. Statue de Cuauhtemoc, Paseo de la Reforma.

Au milieu des minibus ou des vochos (les fameuses cocinelles vertes et blanches), difficile de se faire entendre ou de comprendre ce qu’on peut vous demander. Que faire ? Où aller ? Il y a tant à visiter. Le bon plan, c’est encore d’avoir des amis du cru chez qui loger. Ils vous conseillent les bons petits restos ou boutiques aux prix raisonnable. Ils vous emmènent au marché du quartier. Là les odeurs de chicharrones (couenne de porc frite dans l’huile), de papaye, de tepache (cidre d’ananas fermenté), de quesadillas de maïs vert au huitlacoche (une moisissure du maïs), s’entremêlent. Les couleurs vives sont partout, notamment quand il s’agit de préparer le jour des Morts début novembre.




Ill. 7 et 8. Xochimilco et Fontaine del Parque del Centenario à Coyoacan.

Pour les amateurs de calme et de verdure, deux solutions s’offrent. La première est de visiter le piège à touriste que sont les jardins flottants de Xochimilco (Le lieu des champs de fleurs) au sud-est de la ville. Patrimoine mondial de l’humanité, ils sont jumelés avec les hortillonnages d’Amiens (Picardie quand tu nous tiens !). Le calme y est relatif dans la mesure où vous pouvez écouter des mariachis chanter pour les couples sur les barques.
Plus intéressante est la visite de Coyoacan (Le lieu des coyotes). Ce quartier est le lieu des intellectuels et artistes fortunés. C’est là que se trouvent les demeures-musées de Frida Kahlo, de Diego Rivera ou de Léon Trotsky. Exilé au Mexique, il périt assassiné par un partisan de Staline. En novembre, le musée des Arts traditionnels organise une foire des cuisines régionales. Un vrai régal pour le palais. A quelques dizaines de mètres, la grand-place de Coyoacan est remplie de familles, d’étudiants, de couples venus déguster des glaces à l’ombre des arbres. Des jeunes mariés quittent leur vieille voiture pour rejoindre tranquillement l’Eglise de style colonial. La Maison de Cortés se dresse devant nous, austère mais tellement ancienne.




Ill. 9 et 10. Casa de Léon Trotsky et maison de Frida Kahlo et Diego Rivera, Coyoacan


N’allez pas croire que Mexico est une ville idyllique. Comme dans toute grande ville, la mendicité est là pour rappeler la précarité de bon nombre de Mexicains. N’allez pas croire qu’ils ne font rien : le Mexicain est travailleur, ne dispose pas de SMIC, d’assedic, de retraite ou de Sécurité Sociale. Il n’est donc pas étonnant de voir des petits vieux de soixante-quinze ou quatre-vingts ans passer dans les rames de métro pour vous revendre des compils de MP3 pirates ou des paquets de chewing-gums.
Mexico est sans doute une des villes les plus polluées au monde. Située à 2200 mètres d'altitude, elle est couverte par un smog pendant 300 jours par an. Autant dire qu'il faut s'habituer à la pression atmosphérique et aussi se prémunir des infections respiratoires.
Tepito est certainement le quartier le plus dangereux de la ville. Situé à quelques encablures du centre, les narco-trafiquants y font leurs affaires en toute impunité, parfois avec la complicité de certains policiers véreux. Les élites riches de la ville ont également leur quartier farouchement surveillé et protégé. Las Lomas est un immense Neuilly sur Seine avec des barbelés et des soldats à chaque entrée.

En souvenir ultime, je garde cette photo représentative du passé, du présent et de l’avenir de cette ville résolument active et accueillante : on peut y voir les ruines du Templo Mayor, la cathédrale et la Torre Latino-Americana.




Ill. 11. Trois époques, trois cultures, une nation.

Vous l’avez compris : Mexico est une ville paradoxale, tourmentée. Mais c’est dans cette complexité sociale, architecturale, historique que réside toute sa richesse. Je ne saurai que vous encourager à la parcourir. Et si vous en avez l’occasion, vous serez les bienvenidos en mi casa por otro lado del océano!

Quelques sites à visiter pour mieux connaître le DF:

http://www.mexicocity.gob.mx/
http://photoblog.parella.com/?cat=134
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mexico#Les_sites_remarquables
http://de.wikipedia.org/wiki/Mexiko-Stadt
http://mexique-fr.com
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…