Accéder au contenu principal

Soleils d'ailleurs

Le soleil est un élément récurrent dans les mythes et les panthéons de toutes les civilisations, anciennes ou modernes. Découvertes vous propose un petit tour du monde des représentations et des récits les plus étonnants.

L’astre du jour a exercé dans l’inconscient humain une influence considérable: il a nourri les créations artistiques, religieuses et philosophiques les plus variées qui soient. Impossible dès lors de te proposer, ô toi lecteur gazettien, un catalogue de ce qu’a symbolisé ou ce que symbolise le soleil. Il a fallu opérer une petite sélection cohérente mais variée des divinités solaires. Notre petit parcours débutera pourtant en des temps fort anciens.

Partons d’abord vers l’antique Mésopotamie qui a connu des civilisations possédant les systèmes d’écriture les plus anciens au monde. Cette région, située entre les fleuves Tigre et Euphrate de l’actuel Irak, a vu la succession des Sumériens, des Assyriens et des Babyloniens entre 5500 et 1750 avant J.-C. Dans la religion sumérienne, Shamash, Soleil, fait partie d’une triade planétaire également composé de Sin (Lune) et Ishtar (Vénus). Shamash est également le dieu de la justice. Il a pour attributs le disque solaire et ses rayons, parfois ailé à l’instar de Râ chez les Egyptiens. Un peu plus tard, il est représenté sous la forme d’un chariot ce qui rappelle le dieu du soleil grec, Apollon, qui parcourait le ciel sur un char. Les jours de notre semaine, hérités du latin, trouvent leur origine dans l’observation astronomique des Sumériens. Ce sont eux qui ont associé le premier jour de la semaine, le dimanche au Soleil. Il en va de même avec les autres jours, chacun honorant un astre différent : Sin, la lune, est célébré en deuxième position et Ishtar, Vénus, en sixième position.



Ill. 1. Shamash-Utu s’élevant entre les montagnes jumelles de Mashu. Civilisation Akkadienne, 3000 avant J.-C., British Museum, Londres.


Autre civilisation, autre époque. Le Japon est un pays où les courants de pensée se sont mutuellement nourris. La présence du soleil sur le drapeau du Pays du Soleil levant (Nihon) n’est pas innocente. Le shintoïsme, en dépit de l’introduction du bouddhisme demeure essentiel à qui veut comprendre des codes et des valeurs qui régissent encore la vie quotidienne des Nippons. Chose curieuse : le soleil est une divinité féminine dans le panthéon shinto. Elle a pour nom Amaterasu Omikami et l’Empereur actuel est considéré comme son descendant direct. Amaretasu est la patronne de toutes les divinités shinto appelées kami. Un mythe raconte que la déesse, contrariée, trouva refuge dans une grotte. Les hommes l’en firent sortir en prétendant avoir trouvé une nouvelle déesse. Curieuse, elle sortit. ils lui présentèrent un miroir octogonal en or. Son reflet lui plaisant, elle les rejoignit définitivement et éclaira le monde de sa lumière protectrice et bienfaisante.



Ill. 2. Utagawa Kunisada (1786-1865), Amaterasu émergeant de la lumière. Bois coupé et peint, sans date, Trustees of the Victoria & Albert Museum, Londres.


Les deux grands jinja (sanctuaires shinto) d'Ise Kôdai jingû et Toyôke Dai jingû sont situés au sud de l’île Honshu. Ces deux derniers forment avec plusieurs autres bâtiments le grand sanctuaire d'Ise dédié à la déesse du soleil. Depuis le septième siècle après J.-C., ils sont rebâtis tous les vingt ans.



Ill. 3. Grand Temple d’Amaretsu Okami, Ise, île d’Honshu.



Traversons le Pacifique et rendons-nous chez les Aztèques. Comme beaucoup de peuples précolombiens, le Soleil y occupe une place de tout premier ordre. Si Viracocha est le dieu attitré des Incas, l’affaire est plus compliqué chez les Aztèques. Plusieurs divinités possèdent en effet des aspects solaires. Commençons par le dieu Soleil appelé Tonatiuh. Aisément reconnaissable dans les codex précolombiens à ses peintures faciales rouges et jaunes, à son disque solaire dardé de rayons rouges. Curieusement, aucun mythe ne fait allusion à ses hauts faits.



Ill. 4. Tonatiuh. Codex Cospi, détail planche 12 recto, vers 1300-1400 après J.-C.


Les Aztèques de la vallée de Mexico-Tenochtitlan identifiaient volontiers le Soleil au dieu tutélaire de leur cité : Huitzilopochtli. Son nom traduit, « Colibri de la gauche » est une métaphore désignant le soleil au zénith. Les peuples du Mexique avaient une conception cyclique de l’univers : ils considéraient notamment que quatre soleils s’étaient succédé avant de disparaître lors de différents cataclysmes naturels. Chez les peuples du Mexique central, un cinquième soleil avait été inauguré et dirigé par Huitzilopochtli.



Ill. 5. Huitzilopochtli. Codex Azcatitlan, détail folio 11, vers 1550, Bibliothèque Nationale.



La vénération que les Aztèques portaient au Soleil, donc à Huitzilopochtli et Tonatiuh, trouve une de ses manifestations les plus fortes à travers la Pierre du Soleil. C'est une sculpture en tout point remarquable. D’abord en raison des ses dimensions imposantes. Ensuite parce qu’elle reprend des éléments très importants aux mythes et rituels aztèques. Enfin pour son lieu de découverte : au pied de la grande pyramide double dédiée pour partie à Huitzilopochtli. Le dieu Tonatiuh est visible dans le disque central de la sculpture où il tire une langue de silex, outil utilisé lors des sacrifices humains. Les quatre Soleil précédents sont représentés sous forme de glyphes encadrant le visage de Tonatiuh.
Six autres cercles viennent se superposer aux deux évoqués à l'instant. Le troisième contient notamment les 20 jours qui se répètent pendant 18 mois. Ajoutés à 5 jours néfastes, ils constituent les 365 jours du calendrier solaire que nous connaissons. Viennent ensuite les 280 jours du calendrier vénusien que les anciens mésoaméricains maîtrisaient parfaitement. Le dernier cercle est sculpté de deux serpents de feu ou xiuhcoatl, double animal de Huitzilopochtli. Les deux créatures sont accolées en haut à un glyphe qui donne la date du Feu nouveau (13 Roseau). Cette date marquait la coïncidence des calendriers solaires et vénusiens et faisait l’objet de rituels sacrificiels très importants. En effet, les Aztèques, et à moindre mesure, les autres peuples d’Amérique centrale, estimaient que l’homme était redevable au Soleil et qu’il fallait donc sacrifier pour que la mécanique céleste suive son chemin.
Cette sculpture, les Mexicains l’ont tous les jours au fond de leur poche : elle est représentée sur une des faces de certaines pièces de monnaie.



Ill. 6. Pierre du Soleil ou calendrier aztèque. Civilisation aztèque, XVème siècle après J.-C. Diamètre : 3, 60 m, Museo Nacional de Antropologia, Mexico.



Sauf rares exceptions, le Soleil reste essentiellement présenté sous forme masculine. A travers de nombreuses civilisations, il possède les mêmes fonctions, attributs et représentations. Il est avant tout la vie, la lumière. Il évoque la fertilité, vivifie et manifeste les choses. Il peut être destructeur et demandeur de sang. Hélios, Baldr, Lug, Rê... sont autant de Soleils que nous n'avons pas pu évoquer. Aujourd'hui le soleil continue de nous faire rêver et de fasciner. Les astrophysiciens vont le chercher à plusieurs milliers d'années-lumière pour expliquer les origines de l'univers et de la vie sur Terre. Pourtant faites attention avant de vous rendre sur les plages si vous ne souhaitez pas finir à la casserole.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…