Accéder au contenu principal

Exposition Xochicalco. Patrimonio Mundial. 100 años de investigaciones arqueológicas 1910-2010

Les carnets d'Erik Boot Maya News Update et Ancient Mesoamerica News Update constituent de bonnes sources d'information tierces quand on est en manque de nouvelles pour préparer un programme radio. E. Boot est à l’affût de tout et souvent nous proposons des informations identiques, la principale différence, étant qu'il ne propose que trop rarement des approfondissements sur tel ou tel information. C'est aussi un épigraphiste de première catégorie, peut-être parmi les meilleurs de sa génération.

C'est en tout cas grâce à lui que j'ai trouvé de cette exposition au Museo Regional Cuauhnahuac. Intitulée Xochicalco. Patrimonio Mundial. 100 años de investigaciones arqueológicas 1910-2010, elle a pour commissaire l'archéologue et restauratrice Silvia Garza Tarazona. Dans une note publiée sur le site de l'INAH, elle aura lieu jusqu'en juillet prochain. Cette exposition est l'occasion de présenter ensemble trois sculpures en terre cuite retrouvées au début des années 1990. Pour être plus précis, l'équipe dirigée alors par Norberto González Crespo avait trouvé dans un des bâtiments de la Grand-Placel un dépôt de fragments de céramique, d'ossements humains et animaux, de vaisselles. Ce sont 343 qui formaient entre autres dix-huit figures qui avaient probablement leur place sur le toit qui a chu, lors d'un incendie qui ravagea la cité au début du Postclassique, peut-être par un mouvement de rébellion interne. Cet ensemble était composée de 11 personnages anthropomorphes, quatre iguanes et trois pumas.

Chaque catégorie est présente dans l'exposition. A commencer par un iguane long de 1,05 m, haut de 47 cm, et 34 cm de profondeur. Sa queue relevée et sa gueule tournée vers la gauche lui confère un dynamisme peu courant dans les céramiques.


Iguane, céramique stuqué, Xochicalco, Postclassique.
Photo disponible le 5/05/2011 sur :

Il y a aussi cette figure anthropomorphe surnommée "El Creador", en raison des deux longs pénis qui s'entrelacent sous la forme d'une liane, se nouent sur la poitrine, remontent vers les épaules et redescendent vers la cuisse. Il est évident que ce personnage avait une relation étroite avec la fécondité. Ce qui frappe, ce sont ses yeux qui sont semblables à certaines divinités représentées dans l'art maya. Sa coiffe


Le Créateur, céramique stuquée, Xochicalco, Postclassique.
Photo INAH disponible le 5/05/2011 sur :

Le jaguar propose des couleurs d'origine: rouge sur les gencives et la langue, la poitrine blanche et le corps jaune. Haut de 77 cm, large de 51 sur 54 cm de profondeur, ce jaguar est assis, les oreilles pliées vers l'arrière. Il semble prêt à bondir. un petit cordon dont les extrémités forment un rectangle, entoure son cou.

A l'instar du serpent, le puma avait une place symbolique et rituelle non négligeable comme le rappelle très bien le numéro 72 d'Arqueología Mexicana.

A voir donc.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…