Accéder au contenu principal

Une offrande découverte dans un cénote de Chichen Itza

"Cenote de los Sacrificios" at Chich...Image via Wikipedia
L'agence de presse de l'INAH a publié un communiqué qui a été repris par la plupart des rédactions des quotidiens mexicains. Dans un cenote (un de ses grands puits naturels formés par l'érosion du sol karstique de la péninsule du Yucatan) près de la pyramide du Castillo, des archéologues-plongeurs dirigés par Guillermo de Anda ont effectué quatre ans de fouilles et de plongées pour trouver une niche à l'accès plus que compliqué. Il faut d'abord descendre vingt et un mètres pour accéder au niveau de l'eau. Ensuite il faut plonger à 5 mètres de profondeur pour entrer dans la niche. Il faut ensuite avancer horizontalement, toujours sous l'eau, sur 25 mètres pour arriver sur le dépôt d'offrandes. Là reposait les restes d'au moins six individus, accompagnés de vaisselles, de perles en jadéite et en coquillage, des couteaux de silex, des bifaces, des os d'animaux et une grande quantité de charbon. Enfin des objets en coquillage rappellent les "lunettes" du Tlaloc mexicain figurent dans cet inventaire.
 
Les fouilles subaquatiques de l'équipe de Guillermo de Anda s'est également intéressé au fond du cenote, situé à 50 mètres sous la surface de l'eau, soit 71 mètres sous celle du sol ! Là les archéologues-plongeurs ont récupéré les ossements d'au moins 20 individus, plus d'une centaine de fragments osseux, de tessons de céramique et de sculptures. Parmi ces dernières, on peut mettre en exergue un porte-étendard en forme de jaguar, probablement semblable à cet autre, conservé au Museo Nacional de Antropología de Mexico.


Porte-étendard en forme de jaguar, Chichen Itza, Yucatan.
Maya, Postclassique ancien.
Photo disponible le 29/05/2011 sur : 

Comme nous l'avons mentionné plus haut, les archéologues pensent que les offrandes auraient été déposés et organisés dans un but propitiatoire : il s'agirait de réclamer des pluies aux divinités concernés. Pour justifier leur hypothèses, les spécialistes reprennent les résultats d'analyses paléoclimatologiques qui mettraient en évidence deux intenses périodes de sécheresses ayant eu lieu au IXème et XIIème siècle de notre ère. La présence massive de charbon semble étayer des rituels longs et importants. De Anda n'écarte pas la possibilité d'un éventuel sacrifice préalable à l'organisation de l'offrande.

Le cenote qui a été fouillé se situe à un peu plus de 2,3 kilomètres de la pyramide du Castillo et n'est pas accessible au public. Il fait d'un projet d'études régional, baptisé El culto al cenote, préparé par l'Universidad Autonoma De Yucatan et supervisé par l'INAH. Il présente l'intérêt de ne jamais avoir été dragué et fouillé à maintes reprises comme le grand cenote l'a été durant différentes campagnes entre 1882 et 1968. Vous pourrez retrouver la version originale
Enhanced by Zemanta
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…