Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana n°112

Voici un petit résumé du dernier numéro de la revue de divulgation de l'INAH. Après la livrée 111 sur les rebellions indigènes, on nous propose de continuer sur un thème d'ethnohistoire où l'archéologie sert d'argument pour expliquer les intrigues de palais chez les anciens peuples mexiques.

En guise d'hors-d'oeuvre, on lira la première partie d'un long article de Claude Baudez sur les batailles rituelles en Mésoamérique. Remarquablement documenté et précis, il constitue sans nul doute une proposition intéressante sur les différentes types de guerre auxquelles se livraient les anciens peuples mésoamérique.
 
 
 Vient ensuite le plat de résistance constitué de six articles:
  •  Avec Miguel Pastrana Flores, on retrouve l'archétype de l'intrigue et du complot à travers la lutte entre Quetzalcoatl et Tezcatlipoca pour le trône de la mythique Tula.
  • Le chercheur français Patrick Lesbre propose une lecture simple et éclairante du Codex Xolotl afin d'établir les problèmes de succession à la mort de Tezozomoc dans la cité d'Azcapotzalco.
  • Le néerlandais Hans Roskamp s'est intéressé aux manoeuvres par don Petro Cuiniharangui au début de la Colonie pour prendre possession du pouvoir au Michoacan.
  • Vient ensuite un article récapitulant les versions espagnoles et indigènes de la mort de Moctezuma Xocoyotzin, expliquant notamment que son décès était le bienvenu d'une partie comme de l'autre.
  • On notera enfin l'ouverture judicieuse de cette thématique à l'horizon inca. Luis Millones avait déjà collaboré avec Alfredo Lopez Austin pour établir des ponts d'interprétation et de recherches entre les zones mésoaméricaines et andines.
Nous avons particulièrement apprécié l'article sur les paquets sacrés dans l'état de Guerrero : il complète très bien les recherches de Guilhem Olivier sur ce thème publiées dans différentes revues et publications.

Les archéologues et épigraphistes Nikolai Grube et Kai Delvendahl proposent une revue rapide de différentes scènes de jeu de balle sculptées sur des monuments d'Uxul, au Campeche. Ils expliquent la relation étroite de cette cité avec sa grande voisine, Calakmul.

Enfin on notera deux articles d'anthropologie physique ou de médecine légale en l'occurrence. Le premier est l’œuvre de Ana Garcia Barrios et Vera Tiesler : les auteures établissent des liens entre les déformations crâniennes des anciens Mayas et celles de leurs dieux. Le second est une étude à la fois historique et médicale sur le rôle des confréries religieuses face à la maladie et à la mort dans la Nouvelle Espagne.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…