Accéder au contenu principal

Raíces 28 - L'affaire Wirikuta avec Johannes Neurath

La semaine derni[ere, j'ai eu la chance de pouvoir converser avec Johannes Neurath sur le projet de mines à Real de Catorce, dans l'état mexicain de San Luis Potosí, et son impact sur la population huichole. Les Huicholes sont un groupe indigène d'environ 40000 individus qui font partie des rares peuples non vaincus par les Espagnols pendant la Conquête et la Colonie.
Les Huicholes ont des croyances anciennes et profondément ancrées dans leur mode de vivre. L'une d'entre est la récolte du peyote, ce champignon psychotrope qui provoque des visions. Chaque année, les Huicholes se rendent en masse sur un espace sacré appelé Wirikuta.
Bien que protégés par différentes lois fédérales et la constitution mexicaine, le gouvernement fédéral a donné plusieurs permis d'exploitation minière à différentes exploitations canadiennes et mexicaine.
C'est à la croisée entre respect des groupes indigènes et les intérêts économiques de firmes internationales que se situent le problème. 

Johannes Neurath, conservateur de la Salle Gran Nayar au Musée National d'Anthropologie, nous explique tous les tenants et aboutissants de cet imbroglio.

Ce numéro de Raíces n'existerait pas sans l'aide d'Oscar et de Sergio, nos ingénieurs si habiles. Il a été enregistré dans les siudios de Radio UdeM le 10 novembre dernier et émis le 12 novembre. Il est disponible sur Soundcloud et Divshare.




Nous vous invitons également à participer à la lutte des Huicholes pour préserver leurs lieux de cultes. Consultez la page Facebook Salvemos Wirikuta. N'oubliez pas de nous laissez vos commentaires et suggestions

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…