Accéder au contenu principal

Des enterrements fouillés en plein centre de Puebla

C'est bien connu : les centre-villes sont souvent de vraies mines d'informations pour les archéologues. Après Mérida qui révèle son ancien passé (voir notre note du 4 décembre), c'est désormais Puebla, capitale de l'état mexicain homonyme qui redécouvre son très lointain passé.

Sous la Casa del Mendrugo, édifice religieux construit pendant la Colonie et utilisé comme bureau de perception par les Jésuites, les archéologues de l'INAH dirigés par Arnulfo Allende ont fait une découverte qui redéfinit la chronologie de l'occupation de cette ville à l'époque préhispanique. Une série de 49 pièces en céramique datées entre les XVIe et XVIIIe siècles a été mise au jour dans la cour centrale de l'édifice. Sous l'un des coins de cette cour, les archéologues ont dégagés plusieurs pavements successifs remontant jusqu'au XVIe siècles.

En creusant plus profondément, un mur de contention préhispanique (probablement d'une ancienne maison) est apparu. A côté de ce dernier les archéologues ont dégagé un pavement de pierres calcaires taillées et cimentées par de la boue. C'est sous ce sol que se trouvaient 26 objets en céramiques noires et blanches et les restes de deux individus.

Le squelette le plus complet est celui d'une femme âgée d'environ 55 ans. Il semblerait que certaines côtes aient été fracturées plus récemment, probablement par les mêmes jésuites qui édifièrent le bâtiment coloniale. Le second dont seul le crâne, les clavicules et les humérus ont été exhumés appartient à un homme. Des analyses ADN seront effectuées sur une molaire afin de déterminer le groupe ethnique des individus.


Crâne de l'enterreent de la Casa del Mendrugo, Puebla.
Préclassique moyen.
Photo de Melitón Tapia-INAH disponible le 6/12/2011 sur : 

Les datations du Préclassique ancien et moyen (entre 1500 et 1200 avant notre ère) ont pu être corroborées par la présence d'une offrande placée à l'intérieur d'une jarre en céramique orange. Elle contient une série de 35 objets : des figurines anthropomorphes de 15 à 18 cm de hauteur et des pectoraux en pierre verte, deux petits miroirs complet et les fragments d'un troisième en magnétite, d'autres figurines féminines incomplètes en céramique, des pectoraux en coquillage, un noyau d'obsidienne noire pour fabriquer des lamelles.


Figurines en pierre verte, style olmèque, Préclassique ancien et moyen.
Casa del Mendrugo, Puebla.
Photo de Melitón Tapia-INAH, disponible le 6/12/2011 sur :
http://inah.gob.mx/images/stories/Multimedia/Fotogalerias/2011/Diciembre/cultura_madre/demo/img/foto2.jpg.

Les caractéristiques iconographiques des figurines en obsidienne sont propres au style dit "olmèque". Cela ne signifie pas nécessairement que Puebla eût été un site olmèque mais cela témoigne de la diffusion de ce style en Mésomarique. Les sites de Chalcatzingo dans l'état voisin de Morelos sont un bon exemple de cette diffusion, tout comme le site de las Bocas, fouillé par María de la Cruz Paillés Hernández dans l'état de Puebla. Cependant, comme nous l'indiquions au début de cette note, c'est toute la chronologie de la zone qui s'en trouve bouleversée.

Bibliographie complémentaire.
Paillés Hernández. M. 2003. Proyecto Arqueológico Las Bocas, Puebla. FAMSI. Disponible en ligne le 6/12/2011 sur : http://www.famsi.org/reports/99041es/index.html .
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…