Accéder au contenu principal

Inauguration du nouveau musée de Tlatelolco

La cité-soeur de Tenochtitlan bénéficie depuis le 15 décembre dernier d'un musée digne de son nom. L'UNAM a procédé à l'inauguration d'un nouveau musée situé dans le Centro Cultural Universitario, collé à la zone archéologique de Tlatelolco.

Au programme de la visite, trois cents objets retrouvés lors des nombreuses campagnes de fouilles effectuées au cours des soixante-cinq dernières années. Ils narrent l'histoire de la ville jumelle de Tenochtitlan de sa fondation (officiellement au début du XIVe siècle de notre ère) à sa conquête par l'envahisseur espagnol. Figurent des pipes, des braseros, des masques teotihuacains, des fragments de peintures murales et de textiles...

Une deuxième partie du musée propose des répliques des chroniques coloniales qui présente les réactions des Espagnols lors de la découverte de ces deux cités. Il s'agit aussi de présenter une visite interactive où le visiteur pourra redécouvrir l'environnement de l'époque au moyen de vidéos et d'éléments virtuels. On pourra voir en quoi Tenochtitlan et Tlatelolco différaient, notamment en ce qui concerne l'accès des macehualtin aux espaces sacrés.

L'archéologue Salvador Guilliem, directeur du projet Tlatelolco, a été nommé commissaire général des collections de ce musée. L'histoire de l'art Maria Teresa Uriarte s'est vue confier le poste de conservatrice des collections préhispaniques. Sa collègue Mercedes de la Garza a été nommée conservatrice de la collection Stavenhagen.

Elle est le fruit d'un collectionneur privé pendant plusieurs décennies. Regroupant plus de deux mille deux cent cinquante-cinq objets donnés à l'UNAM, elle a été transférée au Museo de la CCU Tlatelolco pour garantir sa convservation. L'exposition publique en comptera "seulement cinq cents" appartenant à de différentes cultures préhispaniques et sont présentés selon les axes thématiques suivants :
  • l'homme dans sa vie quotidienne,
  • l'indumentaire et les ornements corporels,
  • l'expression et le langage corporels,
  • les liens avec les animaux,
  • vie et mort,
  • le sacré.
Seul bémol, l'information proposée sur le site du Centro Cultural Universitario de Tlatelolco est réduite à la portion congrue, si on le compare avec ceux du Templo Mayor ou du MNA. Pour clore cette note, nous vous invitons à regarder cette petite vidéo disponible sur la chaîne CCUTlatelolco, disponible sur Youtube.

Pour en savoir plus sur ce musée, vous pouvez consulter la note de l'INAH et un article publié sur le site du quotidien El Economista en cliquant ici et . Soyez attentifs à cette dernière car la rédaction est assez médiocre et il convient de la prendre avec des pincettes. Vous pouvez également télécharger une bibliographie plus complète en format pdf sur le site de l'INAH.

Le musée est ouvert au public tous les jours de 8 heures à 18 heures. Un service de visite guidée est également proposé.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…