Accéder au contenu principal

Inauguration du nouveau musée de Tlatelolco

La cité-soeur de Tenochtitlan bénéficie depuis le 15 décembre dernier d'un musée digne de son nom. L'UNAM a procédé à l'inauguration d'un nouveau musée situé dans le Centro Cultural Universitario, collé à la zone archéologique de Tlatelolco.

Au programme de la visite, trois cents objets retrouvés lors des nombreuses campagnes de fouilles effectuées au cours des soixante-cinq dernières années. Ils narrent l'histoire de la ville jumelle de Tenochtitlan de sa fondation (officiellement au début du XIVe siècle de notre ère) à sa conquête par l'envahisseur espagnol. Figurent des pipes, des braseros, des masques teotihuacains, des fragments de peintures murales et de textiles...

Une deuxième partie du musée propose des répliques des chroniques coloniales qui présente les réactions des Espagnols lors de la découverte de ces deux cités. Il s'agit aussi de présenter une visite interactive où le visiteur pourra redécouvrir l'environnement de l'époque au moyen de vidéos et d'éléments virtuels. On pourra voir en quoi Tenochtitlan et Tlatelolco différaient, notamment en ce qui concerne l'accès des macehualtin aux espaces sacrés.

L'archéologue Salvador Guilliem, directeur du projet Tlatelolco, a été nommé commissaire général des collections de ce musée. L'histoire de l'art Maria Teresa Uriarte s'est vue confier le poste de conservatrice des collections préhispaniques. Sa collègue Mercedes de la Garza a été nommée conservatrice de la collection Stavenhagen.

Elle est le fruit d'un collectionneur privé pendant plusieurs décennies. Regroupant plus de deux mille deux cent cinquante-cinq objets donnés à l'UNAM, elle a été transférée au Museo de la CCU Tlatelolco pour garantir sa convservation. L'exposition publique en comptera "seulement cinq cents" appartenant à de différentes cultures préhispaniques et sont présentés selon les axes thématiques suivants :
  • l'homme dans sa vie quotidienne,
  • l'indumentaire et les ornements corporels,
  • l'expression et le langage corporels,
  • les liens avec les animaux,
  • vie et mort,
  • le sacré.
Seul bémol, l'information proposée sur le site du Centro Cultural Universitario de Tlatelolco est réduite à la portion congrue, si on le compare avec ceux du Templo Mayor ou du MNA. Pour clore cette note, nous vous invitons à regarder cette petite vidéo disponible sur la chaîne CCUTlatelolco, disponible sur Youtube.

Pour en savoir plus sur ce musée, vous pouvez consulter la note de l'INAH et un article publié sur le site du quotidien El Economista en cliquant ici et . Soyez attentifs à cette dernière car la rédaction est assez médiocre et il convient de la prendre avec des pincettes. Vous pouvez également télécharger une bibliographie plus complète en format pdf sur le site de l'INAH.

Le musée est ouvert au public tous les jours de 8 heures à 18 heures. Un service de visite guidée est également proposé.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…