Accéder au contenu principal

De la lecture tronquée des statistiques

La publication de statistiques officielles sur l'affluence des touristes dans la zone archéologiques mexicaines fait lieu d'une lecture raccourcie et biaisée de la part de l'INAH. Passons sur le fait que la publication n'est pas dénotée d'influence politicienne. Une fenêtre émergente sur le site de l'INAH (et d'autres sites gouvernementaux) nous rappelle

"... doit être suspendue la diffusion dans les médias de communication sociales de toute propagande gouvernementale. C'est pour cette raison que du 30 mars au 1er juillet inclus, l'accès aux sections contenant la diffusion de programmes, actions, travaux et réussite du gouvernement."
Cette publication est en contradiction totale avec la loi mexicaine. Car le tableau publié dans ce bulletin propose bien des chiffres lues de manière biaisée et partiale. A lire le titre, on pourrait croire que le nombre de visiteurs a augmenté partout, ce qui est loin d'être le cas. D'ailleurs le bulletin reconnaît qu'au total, de janvier à avril 2012, l'affluence de visiteurs nationaux et étrangers dans les sites archéologiques et les musées du pays s'est élevée à 6967166 de personnes, chiffre qui représente une baisse de 0.51 % par rapport à la même période pour 2011


Mais la baisse est encore plus significative quand on prend en compte uniquement les visiteurs en zone archéologique. Ce sont environ 400000 entrées nationales de moins soit 12,38 % de baisse pour seulement 1,47 % de hausse pour les visiteurs étrangers !  Pas aussi glorieux que le titre de la note veut bien le faire croire. Personnellement, je considère cette baisse comme une bénédiction: Alfredo Barrera Rubio, ancien délégué de l'INAH Yucatan, avait récemment mis en garde contre la surexploitation touristique des sites archéologiques yucatèques et les dégradations qu'ils subissent continuellement.

Prenons l'emblématique cas de Chichen Itza, un des sites les plus visités au Mexique avec Teotihuacan :  - 1,9 % de nationaux, -27,5 % d'étrangers si on compare avec la même période en 2011. Comment exliquer une telle baisse sur ce site ? Il ne fait aucun doute que la politique d'augmentation des tarifs imposée par CULTUR, polémique structure privée et publique dirigée par un proche de la gouverneure Ivonne Ortega (PRI), a atteint ses limites et a découragé plus d'un visiteur mexicain et étranger à payer 200 pesos par personne (environ 10 €) ! Imaginez une famille avec les parents et deux enfants plus les grands-parents, on atteint 1000 pesos (50 €) sans compter le parking, les restaurants et les souvenirs ! Il est évident que l'affluence vers des sites proches comme Ek Balam augmente, même si l'entrée à Ek Balam a elle aussi vu son prix croître. Mais cela ne permet pas une récupération. Curieusement le site de Coba, situé à 80 kms de Chichen Itza, a vu sa fréquentation étrangère augmenter de 35 % et la locale baisser de 26,4 %.

Pourquoi publier un article avec un titre aussi trompeur, voir mensonger ? Il est évident que les politiques et notamment le parti présidentiel se doivent de montrer des chiffres favorables quant à la fréquentation touristique afin de favoriser leurs candidats respectifs pour les élections générales (présidentielle et législative) qui auront lieu le 1er juillet prochain. Mais le détournement de la loi ne saurait être justifié.

Pour en savoir plus.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…