Accéder au contenu principal

L'archéologie en temps électoral

Si vous n'êtes pas au courant, les Mexicains vont se déplacer aux urnes pour des élections générales le premier juillet prochain. On renouvellera maire, députés locaux et fédéraux, sénateurs et surtout le président. Il est bon de rappeler qu'au Mexique, on ne peut être réélu pour le même poste. Cette mesure démocratique héritée de la Révolution de 1910 et du slogan antiréelectioniste de Francisco Madero n'en demeure pas moins illusoire: nombreux sont ceux qui abandonnent leur poste quelques mois avant la fin de leur mandat pour se préparer à un nouveau scrutin pour un autre poste ou dans un autre état.

Il n'en reste pas moins intéressant de savoir comment se développeront les projets archéologiques en cours au Mexique dans les prochains mois. L'avenir ne s'annonce guère brillant. Contraint au blackout et à la neutralité, les dépendances gouvernementales tournent au ralenti depuis plusieurs semaines. Les cours et les expositions se raréfient. Les crédits pour les grands projets s'achèveront cette année: c'est notamment le cas du Projet Templo Mayor et des fouilles entreprises depuis 2006 à l'emplacement du monolithe de Tlaltecuhtli.

A son arrivée au pouvoir, le président Calderon avait promis l'ouverture de 12 nouveaux sites archéologiques pour 2012. Qu'en est-il ? S'il semblerait que cet objectif soit atteint, on peut être sceptique sur la volonté des quatre candidats pour la magistrature suprême mexicaine. Ni Enrique Peña Nieto (candidat centriste du Partido de la Revolución Institucional resté 70 ans au pouvoir jusqu'en 2000 et favori des sondages truqués de l'agence Mitofsky), ni Joséfina Vázquez Mota (candidate conservatrice du Partido Acción Nacional), ni Andrés Manuel López Obrador (candidat de gauche du Partido de la Revolución Democrática), ni Gabriel Quadri Torres (candidat du centre-gauche du parti Nueva Alianza) n'ont pris d'engagements ou même évoqué le problème de la conservation et de la protection du patrimoine historique et archéologique mexicain. De la même manière, ils se sont bien gardés d'évoqué l'avenir des différents ethnies qui peuplent le Mexique.

Dès lors que penser de ce vide culturel dans la campagne présidentielle mexicaine ? S'agit-il d'un manque d'intérêt pour le patrimoine et sa valorisation à échelle internationale ? S'agit-il d'un manque d'information sur les dangers que ce patrimoine court face aux ambitions d'un certain nombre de promoteurs et de politiciens véreux ?
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…