Accéder au contenu principal

L'aviculture, une coutume bien ancrée à Paquimé

Les archéologues Arturo Guevara et Nawa Sugiyama ont commenté la presse les résultats de différentes analyses effectuées sur les ossements d'oiseaux retrouvés à travers plusieurs campagnes de fouilles sur le site de Paquimé.

Elever des oiseaux n'est pas une chose unique dans le Mexique ancien. Il semblerait que ce fut dès le Classique ancien à Teotihuacan. Les chroniques espagoles nous explique comment le tlatoani Moctezuma disposait d'un parc animalier qui comptaient de nombreuses espèces animales importées, notamment des quetzals ou certains rapaces.
Une telle hypothèse pourrait paraître a priori farfelue si on prend le temps d'observer l'environnement hostile autour de Paquimé.

Certains indices permettent de soutenir d'un élevage aviaire à Paquimé. Plusieurs céramiques reprennent des motifs de perroquets (aras rouges et aigles). Mais il semblerait que certaines constructions aient également servis à l'élevage d'autres espèces. Selon Sugiyama les restes de quatres psitaciformes ont été retrouvés (ara militaire, perruche à bec de ciseaux, deux autres de loriquets). D'autre part les ossements de onze espèces falconiformes (allant de l'aigle au vautour), quatre espèces de strigidés (incluant chouettes et hiboux) et onze espèces d'oiseaux vivant en milieu lacustre ainsi que différents mammifères ont été inventoriés.

Cela a amené les archéologues et archéozoologues que ces animaux étaient probablement placés sous surveillance et avaient vécu entre 1250 et 1400 de notre ère. L'ara rouge était un oiseau à connotations solaires. Les os de dindon semble également indiquer qu'ils étaient utilisés lors de rituels sacrificiels.

Pour plus d'informations, nous vous invitons à lire le bulletin publié par l'INAH sur son site. 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…