Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana - Hors série 46

La revue de divulgation publiée par l'INAH propose un nouveau catalogue visuel pour le bimestre octobre-novembre. Cette fois-ci il s'agit de redécouvrir le patrimoine mexicain et mexica surtout à travers sa réutilisation dans différents domaines comme le cinéma, le théâtre, la publicité, la philatélie, la numismatique, le tatouage, l'art urbain (1).


L'ensemble est précédé d'un texte rédigé par Eduardo Matos Moctezuma, membre du Colegio de México et chercheur émérite de l'INAH. Au-delà de certains aspects comiques de bon goût, frôlant parfois l’espièglerie, on notera la dénonciation féroce de certains abus commis contre le patrimoine mexicain, y compris par les propres gouvernements à niveau local ou fédéral.

L'archéologue mexicain revient entre autres sur l'abus généralisé et la mauvaise utilisation de l'adjectif "aztèque", appliqué pour désigner tout et n'importe quoi. De la même il regrette l'usage fallacieux de fin du monde et des extraterrestres fait par le secrétariat au tourisme pour promouvoir le Mexique.

C'est ainsi que Matos revient sans ambages sur le pillage et les collections privées, les spectacles son et lumière qui ont fleuri ou voulu fleurir ici et là sur le territoire, notamment à Teotihuacán sous la pression du président élu Enrique Peña Nieto, alors gouverneur de l'État de Mexico. Il dénonce vertement les processions de touristes dans les zones archéologiques lors des équinoxes et solstices pour "recharger leur batterie", sans qu'aucun élément archéologique n'ait corroboré de telles pratiques à l'époque préhispanique. Il fustige aussi les danses et rituels curatifs effectués près du Templo Mayor, résultats d'interprétations modernes et complètement infondées: on ignore tout en effet des rythmes, durées et chorégraphies utilisés au moment du contact.

Dernier point de son argumentaire : l'utilisation impropre des musées et sites archéologiques. Sans donner d'exemples concrets, Matos fait référence implicitement aux dîners privés organisés au Museo Nacional de Antropología, aux concerts de Chichen Itza ou  à la construction de bâtiments modernes sur des vestiges préhispaniques sans qu'il y ait eu une recherche et une restauration préalable comme l'exige la loi mexicaine. Il s'agit d'une mise au point juste et nécessaire.

On pourra regretter la couverture réduite des abus commis contre le patrimoine mexicain. En effet, le catalogue met en exergue presque exclusivement le patrimoine mexica postclassique et appelle nécessairement à une considération plus vaste de cette problématique dénoncé par l'auteur de Vida y muerte al hilo de la obsidiana. Regrettable également est l'absence de mise à jour du site officiel de la revue suite à la publication de cette revue, il y a maintenant trois semaines.

(1) Dans ce dernier ensemble, on peut regrouper l'architecture, les monuments civiques, les peintures murales, les noms de rue et les graffiti. 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…