Accéder au contenu principal

Arqueología mexicana 118

Calendriers mayas, des Mexicas pilleurs à Teotihuacan, dindes et un site tributaire de Tenochtitlan sont au sommaire du dernier numéro de la revue de divulgation publiée par l'INAH.


La "fin du monde" approchant, il était presque évident qu'Arqueología mexicana allait nous proposer un nouveau numéro sur les Mayas, après celui sur les dernières découvertes faites à Palenque et un hors-série. Ce ne sera pas de trop pour lutter contre les mauvaises informations qui sont véhiculées par les médias de communication depuis quelques années.

Quoi de mieux que l'étude des calendriers utilisés par les Mayas pour comprendre qu'ils n'en étaient pas les utilisateurs, ni créateurs comme on l'entend ou le lit souvent. A ce titre, l'article proposé par Carlos Pallán Gayon est particulièrement révélateur et instructif. L'auteur revient notamment sur le Compte long, el tzolk'in de 260 jours (étroitement lié au cycle vénusien, le ha'ab de 360 jours. Pallán Gayon résiste à l'idée d'ajouter un bissexte, préférant plutôt un décalage progressif des fêtes et cérémonies et surtout des porteurs d'année. Il explique notamment comment à différents moments et en différents endroits ces porteurs d'années varient. Enfin il évoque rapidement les possibles computs effectués à partir de l'observation de planètes comme Mars, Jupiter et éventuellement Saturne.

Guillermo Bernal Romero se charge de nous expliquer plus préciser le fonctionnement et surtout les origines du Compte long. En effet, contrairement à ce qui est régulièrement présenté comme une invention des Mayas, le Compte long est en effet présent sur la stèle 2 de Chiapa de Corzo.

Relevé de la Stèle 2, Chiapa de Corzo,
Epi-olmèque, Préclassique tardif.

L'existence de ce Compte long implique nécessairement une date zéro et donc l'utilisation de ce chiffre, là encore attribué à tort aux Mayas. Toutefois on ne dispose pas de cette date. En revanche on dispose au moins d'une inscription indiquant une date de démarrage de ce compte sur la stèle C de Quiriguá.


Stèle C, Quiriguá.
Maya, Classique récent.

L'anthropologue Stanislaw Iwanisewski s'attarde sur l'importance des lunaisons dans le calendriers. Si on ne dispose d'aucune preuve directe de ce lien, nombreuses sont les pistes indiquant un comput des lunaisons associé au Compte long. L'auteur s'appuie sur une étude des calculs lunaires dans le Codex de Dresde et celui des lunaisons observé sur le site guatémaltèque de Xultun. Vous pouvez d'ailleurs consulter cette autre étude si vous êtes intéressé par le sujet.

De son côté, l'archéastronome Jesús Galindo Trejo propose une hypothèse intéressante sur l'iconographie de la Salle des fresques de Mayapán : les peintres auraient représenté le transit de Vénus qui a eu lieu soit en 1152 ou en 1275 de notre ère.

Il est également question d'archéoastronomie dans le papier rédigé à quatre mains par Pedro Francisco Sánchez Nava et Ivan Spracj. Les deux auteurs proposent une série d'alignements combinant l'architecture et le soleil.

L'archéologue Gabrielle Vail, responsable d'un très bon site sur les codex mayas, propose de revisiter les codex mayas en fonction des mythes diffusés au Postclassique. Enfin la participation de Patrick Johansson consiste en un exposé sur  les fameux jours néfastes, appelés nemontemi par les Mexicas.

Parallèlement à ce dossier sur le calendrier maya, on peut également des articles traitants de thèmes plus ou moins éloignés de ce dernier.

L'archéologue Raúl Barrera Rodríguez présente les différents travaux de fouilles et de restaurations entrepris sur le site d'Ixcateopan, soumis au tribut mexica bien que situé à une certaine distance de Tenochtitlan.

Un article tout aussi intéressant montre l'importance symbolique, mythologique et rituelle de la dinde. Il est l'oeuvre d'Edith Peña Sánchezet d'Alfredo Paulo Maya. A ce titre, je vous renvoie à la note que nous avons publiée il y a quelque temps sur les travaux entrepris par notre collègue Nicolas Latsanopoulos sur cet animal.

Le premier  article qui ouvre ce dernier numéro pour 2012 est l'oeuvre de Leonardo López Luján, Amaranta Argüelles et Saburo Sugiyma. Il fait le point et met à jour la présence d'objets teotihuacains dans des offrandes déposées dans le Templo Mayor de Tenochtitlan.

Xavier Noguez, enseignant-chercheur du Colegio del Estado de México, revient rapidement sur la Roue calendaire N°5 de Veytia.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…