Accéder au contenu principal

Etudes bioanthropologiques à San Miguelito, Quintana Roo

La récente inauguration du Museo maya de Cancun a mis le petit site de San Miguelito sous le feu des projecteurs. Sandra Elizalde, archéologue en charge des fouilles, des restaurations et de l'étude de San Miguelito, bénéficie enfin d'une tribune digne des recherches qu'elle mène. L'INAH a publié dernièrement un bulletin sur une analyse bioanthropologique des restes de 47 enterrements retrouvés sur ce site. Pour être plus précis, ils avaient été déposés sous le sol de 11 constructions de type habitationnel, alors que le Yucatan était progressivement conquis par les Espagnols, coupant ainsi les routes commerciales, terrestres et maritimes, autour du Yucatan.

Les rapports médico-légaux font état de 30 enfants âgés entre 3 et 6 ans. Elizalde en conclut une forte mortalité infantile, très probablement provoquée par la multrition et la famine qui semble avoir frappé la côte orientale de la péninsule du Yucatan. Corrolaire de cette malnutrition, le mobilier funéraire accompagnant les défunts est limité autant en nombre qu'en qualité : les archéologues ont notamment retrouvé une figurine en céramique en forme de colibri et une seconde représentant une femme au visage ridé.

Des 17 enterrements restant, deux ont été effectué à des urnes en céramique. Si certains ossements restent encore à identifier, d'autres offrent quelques certitudes comme cet enterrement accompagné de bois de cervidés, d'un couteau et de pointes de projectile.

Les fouilles entreprises depuis 2010 ont permis de retrouver deux phases de construction : la première remonterait entre 1200 et 1350 de notre ère. La seconde phase présentent des similitudes architecturales avec les sites de Tulum, Xelha et Xcaret. San Miguelito formait très probablement un seul site avec El Rey. Idéalement situé à l'entrée de la lagune Nichupté, il faisait partie de cette ceinture de centres d'échanges et se trouvait sur les routes de cabotage opérant autour de la péninsule du Yucatan. 

San Miguelito compte 40 bâtiments répertoriés : 14 ont été restaurés pour permettre leur visite, couplée à celle du musée.  Ils sont répartis en cinq ensembles :
  • la grande pyramide, de douze mètres de côté,
  • l'ensemble Sud
  • l'ensemble Dragon
  • l'ensemble Chaac
  • l'ensemble Nord où ont été exhumés les 47 enterrements.
Un bâtiment, apparenté à un palais, comptait notamment deux représentations en relief de la divinité postclassique Chac et un autel où a été découvert une vaisselle scellée par une pierre. A l'intérieur, une microfouille a permis l'identification d'un éclat d'obsidienne, une pointe de projectile en silex, une hachette et des billes faites de différents matériaux.

Enfin un pendentif en nacre long de 5 cm contient un visage masculin gravé : son profil laisse penser qu'il est originaire du centre du Mexique. Différents outils en pierre, des blocs d'obsidienne non taillés et originaire du Guatemala, des objets en pierre et en nacre et des pièces en céramique grossièrement travaillées figurent au catalogue.

Pour en savoir plus, vous pouvez observer le diaporama disponible sur le site de l'INAH. En ce qui concerne les routes mayas de navigation, vous pouvez consulter le numéro 33 de la revue Arqueologia Mexicana.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…