Accéder au contenu principal

Etudes bioanthropologiques à San Miguelito, Quintana Roo

La récente inauguration du Museo maya de Cancun a mis le petit site de San Miguelito sous le feu des projecteurs. Sandra Elizalde, archéologue en charge des fouilles, des restaurations et de l'étude de San Miguelito, bénéficie enfin d'une tribune digne des recherches qu'elle mène. L'INAH a publié dernièrement un bulletin sur une analyse bioanthropologique des restes de 47 enterrements retrouvés sur ce site. Pour être plus précis, ils avaient été déposés sous le sol de 11 constructions de type habitationnel, alors que le Yucatan était progressivement conquis par les Espagnols, coupant ainsi les routes commerciales, terrestres et maritimes, autour du Yucatan.

Les rapports médico-légaux font état de 30 enfants âgés entre 3 et 6 ans. Elizalde en conclut une forte mortalité infantile, très probablement provoquée par la multrition et la famine qui semble avoir frappé la côte orientale de la péninsule du Yucatan. Corrolaire de cette malnutrition, le mobilier funéraire accompagnant les défunts est limité autant en nombre qu'en qualité : les archéologues ont notamment retrouvé une figurine en céramique en forme de colibri et une seconde représentant une femme au visage ridé.

Des 17 enterrements restant, deux ont été effectué à des urnes en céramique. Si certains ossements restent encore à identifier, d'autres offrent quelques certitudes comme cet enterrement accompagné de bois de cervidés, d'un couteau et de pointes de projectile.

Les fouilles entreprises depuis 2010 ont permis de retrouver deux phases de construction : la première remonterait entre 1200 et 1350 de notre ère. La seconde phase présentent des similitudes architecturales avec les sites de Tulum, Xelha et Xcaret. San Miguelito formait très probablement un seul site avec El Rey. Idéalement situé à l'entrée de la lagune Nichupté, il faisait partie de cette ceinture de centres d'échanges et se trouvait sur les routes de cabotage opérant autour de la péninsule du Yucatan. 

San Miguelito compte 40 bâtiments répertoriés : 14 ont été restaurés pour permettre leur visite, couplée à celle du musée.  Ils sont répartis en cinq ensembles :
  • la grande pyramide, de douze mètres de côté,
  • l'ensemble Sud
  • l'ensemble Dragon
  • l'ensemble Chaac
  • l'ensemble Nord où ont été exhumés les 47 enterrements.
Un bâtiment, apparenté à un palais, comptait notamment deux représentations en relief de la divinité postclassique Chac et un autel où a été découvert une vaisselle scellée par une pierre. A l'intérieur, une microfouille a permis l'identification d'un éclat d'obsidienne, une pointe de projectile en silex, une hachette et des billes faites de différents matériaux.

Enfin un pendentif en nacre long de 5 cm contient un visage masculin gravé : son profil laisse penser qu'il est originaire du centre du Mexique. Différents outils en pierre, des blocs d'obsidienne non taillés et originaire du Guatemala, des objets en pierre et en nacre et des pièces en céramique grossièrement travaillées figurent au catalogue.

Pour en savoir plus, vous pouvez observer le diaporama disponible sur le site de l'INAH. En ce qui concerne les routes mayas de navigation, vous pouvez consulter le numéro 33 de la revue Arqueologia Mexicana.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…