Accéder au contenu principal

Nouvelles données sur le déclin maya.

Si vous êtes lecteur régulier de ce blog, vous aurez remarqué que certaines notions ou hypothèses ont été durement critiquées par votre serviteur : la prophétie maya, les sacrifices humains massifs. Il est une autre polémique régulièrement alimentée et souvent mal argumentée : la "disparition" des Mayas. Concept romantique s'il en est, proposé par des mayistes et archéologues des années 1930 à 1950 selon lequel les différentes groupes mayas abandonnent du jour au lendemain leurs villes, leurs habitations.

En fait, cet abandon concerne avant tout les grands centres urbains des Basses terres centrales comme Tikal ou Calakmul entre 750 et 900 de notre ère. D'autres villes ont connu des abandons rapides avant cette époque appelée Classique terminal. D'autres encore se sont épanouis ensuite comme Uxmal, puis Chichen Itza ou Mayapan au nord de la Péninsule du Yucatan. Qui plus est l'abandon n'est jamais total. Si les palais et autres habitations de l'élite sont abandonnés, de petits groupes ont continué d'occuper et d'utiliser temples et pyramides, comme en témoignent des dépôts d'offrandes postérieurs.

Dzibanché s'étend sur plus de 40 km² à travers quatre ensembles de constructions : le Groupe principal, Tutil, le Groupe central et l'acropole de Kinichna. Le site connut son acmé entre les IIIe et XIe siècles de notre ère. Les campagnes successives de fouilles, de restaurations et conservation entreprises sur le site de Dzibanché pourraient battre en brèche la chronologie actuellement en vigueur. C'est en tout cas ce que prétend résumer ce bulletin publié sur le site de l'INAH. Sandra Balanzario, chargée du projet Dzibanché, est revenue sur une série de découvertes faites par l'équipe dirigée par feu  Enrique Nalda .

Une vaisselle rituellement tuée indique que le site a été habité et utilisé jusqu'au Postclassique tardif. Sur cette céramique peinte, les archéologues ont pu déchiffré la présence du frère d'un dirigeant de la dynastie Ka'an qui régna de nombreux siècles sur Calakmul.

Parallèlement le travail de fouilles a été suspendu jusqu'à présent afin de restaurer et consolider les bâtiments qui furent les derniers fouillés par Nalda. Parti à la recherche des maisons de habitants de Dzibanché, c'est en fait un complexe de quatre palais apparemment de caractère administratif qui a été mis au jour situé dans la Petite acropole.

70 % des espaces conservent en effet des traces de peinture murale polychrome et des graffitis. Des glyphes faisant référence à la dynastie Ka'an ont été également déchiffrés. D'autre part des restes osseux appartenant à quatre individus démembrés ont été retrouvés à proximité d'encensoirs-effigies tués rituellement. Des couteaux d'obsidienne et de silex, des restes d'animaux et un poinçon en os gravé d'une scène de sacrifice par cardiectomie complètent ce catalogue d'objets datés du Postclassique.

Dans un autre ensemble, la Place Pom, l'équipe de Nalda avait fouillé les vestiges de pièces occupées probablement par l'élite de la ville pendant le Classique. Cela se traduit par la présence de banquettes, des objets servant à moudre, des céramiques polychromes associées à des activités domestiques et d'une peinture murale comportant des traces de peintures rouges, bleu, jaune, vert et noir. On peut observer un serpent aux crocs saillants et à la gueule grand ouverte : sur son corps on peut reconnaître les bras et mains de différents personnages. Etant donné la proximité de ce complexe de la zone monumentale de Dzibanché, il n'est pas exclu qu'il s'agisse de la résidence des gouvernants de la dynastie Ka'an.

Au Temple des cormorans tout proche, un autre relief en stuc peint pendant le Classique a révélé la représentation de la montagne sacrée, si importante dans la cosmovision mésoaméricaine : il s'agit du lieu d'origine des principaux lignages. Le relief est particulièrment bien conservé dans la mesure où c'est l'agrandissement de cette pyramide au Postclassique qui l'a sauvegardé du temps. Ce relief est actuellement en cours de conservation.

Si vous souhaitez savoir à quoi ressemblent ces reliefs peints, vous pouvez jeter un œil au diaporama préparé par l'INAH.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…