Accéder au contenu principal

Une "cuisinière" préhispanique retrouvée à Xiuic, Yucatan

900 billets publiés sur Mexique !

Une équipe américano-mexicaine d’archéologues a annoncé la récente découverte d’objets qui nous plongent au cœur de la vie quotidienne du site yucatèque de Kiuic. Situé dans la région Puuc, Kiuic a été apparemment abandonné à la fin du Classique terminal, vers 850-900 de notre ère.

Dans un article publié dans le Journal of Archaeological Science, les archéologues Stephanie Simms, Francesco Berna de la Boston University et George Bey III, du College Milsaps et Tomas Gallareta Negron de l’INAH Yucatan, annoncent les résultats d’analyses effectués sur des boules de terre cuite mises au jour  . Pour être précis, le corpus étudié compte soixante-dix-sept balles complètes et quelques neuf cents fragments qui ont été mise au jour.

Cette découverte n’est pas aussi spectaculaire qu’un masque de jadéite ou une offrande de temple. Mais elle n’en demeure pas moins essentielle pour comprendre le quotidien maya à cette époque, notamment sur la manière dont les anciens Mayas procédaient leurs aliments avant de les consommer.

Mais comment être sûr que ces boules en terre cuite n’avaient pas une autre fonction ? L’archéologue tabasqueña Miriam Gallegos rappelle sur le réseau social Facebook que des sphères semblables avaient été découvertes près de Comalli : il semblerait qu’elles aient été utilisées comme des poids pour lester des filets de pêche en eau douce.

Cependant, selon l’archéologue Charles Kolb, les boules en terre cuite de Kiuic comptent des traces successives d’exposition au feu mais également des traces microscopiques de maïs, d’haricot et de courge. La céramique utilisée a été produite localement et a une ancienneté de plus de mille ans. Les sphères étaient chauffées sur des braises avant d’être plongées dans des récipients qui contenaient les aliments devant être consommés.

L’archéologue Simms propose un processus un peu plus complexe mais encore observable dans certaines villages mayas modernes. Après creusé un trou dans le sol, on dispose les pierres ou les sphères au fond. On élabore un feu au moyen de branches au-dessus de manière à ce que les braises tombent sur les pierres. Ensuite les fruits ou les paquets de nourritures sont enroulés dans du maïs et couverts de terre. Après une heure, on peut découvrir les aliments et les consommer.

Pour sa part le mayiste Justin Kerr, dans une participation publiée sur le groupe Aztlan, rappelle l’existence d’un comal et de trois sphères en calcaire travaillé et gravé. Ils faisaient partie d’une offrande retrouvée près des restes d’une femme. Ces trois préalablement chauffées servaient de support au comal qui étaient utilisé pour cuire les aliments.

Références bibliographiques :
Simms, Stephanie R1; Parker, Evan2; Bey, George J3; Negrón, Tomás Gallareta, “Evidence from Escalera al Cielo: Abandonment of a Terminal Classic Puuc Maya hill complex in Yucatán, Mexico”. In Journal of Field Archaeology, Volume 37, Numéro 4, November 2012 , Maney Publishing, pp. 270-288(19)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…

Les 80 ans de l'INAH : un anniversaire en pointillés

L'Institut National d'Anthropologie et d'Histoire (INAH) fêtait le 3 février dernier ses 80 ans. Un âge pour le moins respectable puisque le CRNS est né la même année. Pourtant dans les deux institutions, la crise est bien présente et pour des raisons relativement semblables.



Malheureusement les correspondants des médias européens et francophones ont oublié d'évoquer les conséquences désastreuses du budget voté par les députés de son parti MORENA, Mouvement de Régénération Nationale, créé de toute pièce pour lui permettre de récupérer un siège présidentielle qui lui échappait depuis 2006. À deux mois de sa prise de fonction, alors que la majorité de MORENA siège au parlement mexicain depuis le mois d'août, le président López Obrador ne semble pas clairement avoir mesuré les conséquences dramatiques de l'autorité républicaine qu'il s'est certes appliqué à lui-même, mais en entraînant avec lui celles et ceux dont les conditions de vie étaient déjà précaire…