Accéder au contenu principal

Découverte d'un "théâtre" à Plan de Ayutla, Chiapas

Dans le cadre du VII Coloquio de arqueología qui se tient depuis le 27 août dernier au Musée du Templo Mayor, l'archéologue Luis Alberto Martos a présenté l'avancée des fouilles sur le site chiapanèque de Plan de Ayutla, Sak T’zi’ selon son glyphe-emblème. Sa conférence a été résumée et présentée sur le site de l'INAH.

L'annonce faite lors de sa présentation a de quoi surprendre : un "théâtre" a été retrouvé par des archéologues de l'INAH sur l'Acropole nord de Plan de Ayutla.

Lors de son exposé, Martos est notamment revenu sur les cas de théâtre découverts par le passé dans différentes cités mayas depuis le Classique comme Tikal, au Guatemala; Chinkultic, au Chiapas; Pechal, Peor es Nada et Edzná au Campeche.  Il cite également la Relación de las Cosas de Yucatán de Diego de Landa selon lequel les locaux utilisaient la Plateforme des Aigles et des Jaguars et celle de Vénus pour effectuer des danses. Martos a rappelé enfin que ce type de construction est étudié depuis 1985 par Armando García Gutiérrez et plus récemment par Takeshi Inomata, archéologue de l'University of Arizona.

Le "théâtre" maya partagerait certains éléments avec le nôtre qui trouve ses origines dans l'Antiquité gréco-romaine. La représentation théâtrale est avant tout motivée religieusement. Dans le cadre de Plan de Ayutla, l'espace scénique a été aménagé à partir d'un palais qui existait préalablement (entre 250 et 550 de notre ère). Une cour intérieure a vu une de ses façades, longue de 8 m, abattue afin de créer l'espace et l'acoustique nécessaires aux représentations. Puis une plateforme à trois marches encadrées par deux rampes a été élevée.

Cet emplacement limite sérieusement la quantité de spectateurs : Martos estime qu'elle ne pouvait en accueillir plus de 120. Si on considère sa position en haut de l'acropole, à 42 m au-dessus du niveau des places du site, il est presque évident que les représentations proposées étaient réservés à une élite.

Aux abords du théâtre, plusieurs artefacts ont été retrouvés et semblent confirmer la fonction de l'édicule : des ocarinas et des sifflets figurent notamment parmi les trouvailles. Des sculptures en stuc représentant un captif et des divinités du maïs, du soleil, et une chauve-souris faisaient probablement partie des éléments qui pouvaient représenter l'humiliation d'un seigneur capturé au combat.

Rappelons que Sak Tz'i a connu une occupation continue depuis 150 avant J.-C à 1100 de notre ère, fait suffisamment rare pour être souligné.

Pour en savoir plus sur cette annonce, consultez la note en espagnol publiée sur le site de l'INAH et le diaporama suivant.

[Mise à jour du 30/09/2012. Le Dr Miguel Rivera Dorado, professeur à l'Universidad Complutense de Madrid a émis de sérieux doutes sur cette découverte. Sa réflexion, présentée sur son carnet, porte autant sur le terme grec utilisé pour qualifier un espace architectural que sur le manque de véritables indices archéologiques qui corroboreraient son utilisation.]
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…