Accéder au contenu principal

Vers un retour temporaire de la coiffe de Moctezuma ?

C'est que pense savoir le quotidien Milenio sur son site internet dans une note qui ravive la polémique. L'histoire de la coiffe de Moctezuma est alambiquée, trouble et compliquée. Elle est au coeur d'un imbroglio politico-culturo-diplomatique entre le Mexique, lieu où il a été conçu et l'Autriche où il est gardé, à la Bibliothèque Nationale de Vienne, pour être précis.

Les autorités autrichiennes auraient récemment indiqué qu'elles seraient favorables à un retour de l'objet mais de manière temporaire. Jusqu'à présent, elles s'y étaient opposé, arguant que la coiffe était fragile et ne saurait être conservée dans des conditions optimales. Au Mexique, on peut voir une copie de cette coiffe monumentale dans la salle mexica du Museo Nacional de Antropologia. Elle fut d'ailleurs récemment intégrée à l'exposition Moctezuma, au Museo del Templo Mayor. L'argument du manque d'installations adéquates pour accueillir l'objet et le conserver n'a plus lieu d'être : combien d'objets (en tissu ou en vannerie) sont quotidiennement conservés dans des conditions optimales.
Néanmoins, histoire de s'assurer du retour de cette coiffe en terre de Mozart, les autorités diplomatiques et culturelles ont proposé qu'en échange leurs homologues mexicaines envoient le carrosse doré de l'empereur Maximilien Ier du Mexique, membre de l'ancien famille régnante des Habsbourg et une autre pièce mexicaine. De bonne guerre, pourrait-on dire.
Les réactions mexicaines sur cet hypothétique retour au bercail sont souvent passionnées et contradictoires. Depuis des dizaines d'années, cette coiffe est devenu le symbole d'un nationalisme mexicain attaché à certains symboles préhispaniques. Bon nombres de Mexicains estiment qu'il s'agit d'un vol, à l'instar du Dr Zawi Hawass lorsqu'il évoque le cas des antiquités égyptiennes gardées au British Museum ou au Musée du Louvre.

D'autres estiment que ce retour serait éminemment politique pour le parti qui réussirait à le récupérer. Ils préféreraient que le gouvernement actuel s'attèle à résoudre des problèmes nationaux (lutte contre les trafiquants de drogue, corruption...) plus importants que le rapatriement d'un objet dont une très grande majorité ne connaît l'histoire exacte.

Nous nous garderons bien d'entre dans ce jeu, même si par le passé, nous avons pris parfois des positions politiques extrêmement marqués. Il me semble, comme bon nombre de personnes le pressentent, que le retour de cet artefact serait un moyen de satisfaire l'ego de beaucoup de Mexicains et d'occulter tous les problèmes liés à la préservation du patrimoine mexicain, sachant que les autorités fédérales ne mettent pas les moyens économiques et humains nécessaires à cette tâche immense.

Références bibliographiques complémentaires.
Rojas Urrutia, Carlos. 
2008. "La disputa por el penacho de Moctezuma". In El Universal [en ligne] du 19/11/2008, disponible le 16/01/2011 sur : http://www.eluniversal.com.mx/notas/556636.html.

s.a.
2011. "El penacho de Moctezuma podria regresar a México. In Milenio [en ligne] du 16/01/2011, disponible le 16/01/2011 sur : http://www.milenio.com/node/622949.

[Edition du 23 janvier 2011. Suite à un communiqué repris le quotidien mexicain Milenio,  l'INAH et le ministère mexicain des affaires étrangères annonce leur volonté de collaborer avec les autorités autrichiens pour répondre à leur proposition d'échanges. Il semblerait donc que la fameuse coiffe dite de "Moctezuma". Cette annonce semble laisser circonspecte les réactions des lecteurs du quotidien : d'autres problèmes sont prioritaires à l'organisation de cet échange temporaire".]
1 commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…