Accéder au contenu principal

Avancée des fouilles à Lagartero, Chiapas

Les fouilles se poursuivent depuis treize ans sur le site maya de Lagartero au Chiapas.  Le site a été occupé de 300 à 1400 de notre ère, si on en croit les restes de céramique. 
 
Lors de cette saison de fouilles, l'équipe d'archéologues et d'ouvriers dirigée par Sonia Rivero Torres a travaillé sur un ossuaire situé sous la pyramide 2. Cet enterrement collectif a révélé la présence de quinze crânes (et logiquement d'autant d'individus), certains comptant avec une déformation bilobulaire propre. Mais les ossements sont en mauvais états et n'ont pas permis des études anthropologiques très précises. L'anthropologue Josefina Bautista signale cependant que deux crânes appartenaient à deux femmes âgées respectivement d'une vingtaine et d'une trentaine d'années et un autre à un homme d'une soixantaine d'années.

Plus surprenant est le mobilier qui accompagnait ses corps : un pendant d'oreille en ambre, des restes textiles et de la céramique et quatre pendants en cuivre. En quoi ces derniers artefacts sont-ils exceptionnels ? Rivero explique que c'est la première fois que des objets en cuivre sont retrouvés à Lagartero. Une analyse par spectroscopie de fluorescence par analyse dispersive en énergie a permis de déterminer qu'il s'agissait d'un alliage de carbone, d'oxygène, de silice et de calcium. Grâce au contexte céramique de l'ossuaire, on a pu dater les pièces d'orfèvrerie du Postclassique récent, vers 1400. Un seul est complet et est actuellement en cours de restauration avec les trois autres dans les laboratoires de l'ENCRyM à Mexico, selon la restauratrice Pilar Tapia. Rivero explique que des recherches devraient être menées pour déterminer l'origine de ce cuivre, puisque peu de mines préhispaniques produisant ce métal ont été identifiées.

La forme de ses pendants a retenu l'attention des archéologues. Ils représenteraient des caïmans (lagartero ou caiman en espagnol). Selon Rivero, leur présence pourrait indiquer que le site portait le même nom depuis longtemps. Cette hypothèse reste pour le moins hasardeuse. La seule présence de quatre objets ne saurait justifier le nom d'un site. Ce qui pourrait réellement faire foi, ce serait un glyphe. L'épigraphie a permis souvent de retrouver des noms différents de ce que nous connaissons aujourd'hui. Malheureusement, les glyphes ne semblent être légion à Lagartero.

Le quotidien mexicain El Universal propose ce cliché très flou dans son édition en ligne du 15 mars 2011.
Pendentif en cuivre, Lagartero, Chiapas, Postclassique.
Photo disponible le 20/03/2010 sur : 

Attendons les prochaines fouilles qui se poursuivront sur la pyramide 2.

Référence bibliographique
Rivero Torres, S. (2007). "El sitio arqueologico de Lagartero, Chiapas". In Liminar, vol. 5 n°1, p. 183-194, Tuxtla Gutierrez : Universidad Autonoma de Chiapas.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Le Groupe de la Série Initiale révèle de nouveaux monuments et matériaux à Chichen Itza

30 km2 : c'est la surface estimée de Chichen Itza (Schmidt, 2005). À 1,5 km à l'ouest de la pyramide surnommée El Castillo, le groupe des Séries initiales est un havre de paix : loin du tumulte des vendeurs non-autorisés et des cohortes de touristes guidés par des personnes parfois peu regardantes, les archéologues y travaillent tranquillement. Un accord entre le gouvernement de l'état du Yucatán et l'INAH a permis de reprendre des fouilles d'envergure et d'effectuer d'importants travaux de restauration et consolidation de plusieurs bâtiments-clé : le terrain de jeu de balle, le Temple des Guerriers, l'Église sont des endroits symboliques que voient les visiteurs. Contextualisons un peu notre billet en rappelant la chronologie d'occupation de Chichen Itza ou  Uucyabnal , nom de la ville apparaissant dans les inscriptions relevées (Schmidt, González de la Mata, Pérez Ruiz, Osorio León, 2005). Yabnal/Motul, 600-830 d.n.e. est la période céramique

Les isotopes au top : vers une identification géogénétique de prisonniers de guerre mayas à Uxul

La vision romantique que certaines personnes peuvent encore avoir est belle et bien révolue: "grands astronomes, pacifistes et" sont souvent des épithètes qui reviennent dans l'imagerie populaire et les bouches des guides touristiques pour répéter ad libidum  une image d'Épinal surfaite et mal venue. Les éléments que nous résumons dans les lignes suivantes pourront paraître crues, voir cruellement contemporaines. Ne croyez pas que nous en réjouissons : elle révèle simplement que la violence peut également être ritualisée. Maintenant que notre lectorat a été averti, entrons dans le vif du sujet, si nous pouvons parler ainsi.  En 2013, l'Université de Bonn rapportait la découverte d'une cavité artificielle à Uxul, site maya situé actuellement dans l'état mexicain de Campeche. Appelé chultun, ce puits faisait partie d'un réseau de points d'eau artificiel qui récupérait les eaux de pluie. Le projet archéologique, dirigé par Nikolai Grube avait pu m