Accéder au contenu principal

Joya de Ceren, El Salvador

Le quotidien en ligne mexicain El Universal a récemment proposé un papier qui présente le site maya de Joya de Céren, situé sur la municipalité de San Juan Opico; à quelques 35 kilomètres à l'est de San Salvador, capitale du pays éponyme.

Agrandir le plan

Joya de Céren a connu plusieurs phrases d'occupation. D'abord le village fut peuplé jusqu'en 250 de notre ère, soit au Classique ancien. Puis il fut de nouveau occupé de 400 à 600, soit vers le Classique moyen. Ici pas de pyramide gigantesque ou de tombes aux riches offrandes. Joya de Ceren a une singularité qui a permis aux archéologues d'entrer dans le quotidien d'un petit village d'agriculteurs mayas d'il y a 1600 ans. Ce sont des archéologues américains, notamment Payson Sheets, qui ont commencé des travaux systématiques.

Les fouilles de Joya de Ceren ont cependant un point commun avec Herculanum et Pompéi, en Italie du sud. Ces cités ont été ensevelies par la lave lors de puissantes éruptions volcanique. A Joya de Ceren, c'est le volcan Loma Caldera qui a fait parler de lui. Situé à  moins d'un kilomètre du village, le volcan est entré en éruption vers 600 après Jésus Christ.  C'est une couche atteignant parfois cinq mètres de hauteur qui recouvrit et scella alors le village. De la même manière que les archéologues ont pu reconstituer les derniers instants de la population des deux villes de Campanie, leurs homologues de l'université du Colorado à Boulder aux Etats-Unis ont pu rétablir les derniers instants de vie sur ce site. Effrayés par les premiers soubresauts du volcan, les habitants abandonnèrent leurs demeures et leurs biens : vaisselles et jarres, semailles et épis de maïs encore entiers, graines de courges et de piments...

Même si, pour l'heure, les fouilles n'ont pas encore permis de déterminer les limites de la cité, elles n'ont pas permis une restauration suffisante d'un site pourtant classé Patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO (comme Chichen Itza, Teotihuacan ou Palenque). Les dégradations dûes à l'humidité constante et au vent ont passablement dégradé l'état de monuments découverts pour certains à la fin des années 1970 par l'archéologue américain Payton Sheets. Mais les autorités salvadoriennes ne semblent pas être en mesure de remédier à ces problèmes, alors que les campagnes de fouilles continuent sporadiquement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Le Groupe de la Série Initiale révèle de nouveaux monuments et matériaux à Chichen Itza

30 km2 : c'est la surface estimée de Chichen Itza (Schmidt, 2005). À 1,5 km à l'ouest de la pyramide surnommée El Castillo, le groupe des Séries initiales est un havre de paix : loin du tumulte des vendeurs non-autorisés et des cohortes de touristes guidés par des personnes parfois peu regardantes, les archéologues y travaillent tranquillement. Un accord entre le gouvernement de l'état du Yucatán et l'INAH a permis de reprendre des fouilles d'envergure et d'effectuer d'importants travaux de restauration et consolidation de plusieurs bâtiments-clé : le terrain de jeu de balle, le Temple des Guerriers, l'Église sont des endroits symboliques que voient les visiteurs. Contextualisons un peu notre billet en rappelant la chronologie d'occupation de Chichen Itza ou  Uucyabnal , nom de la ville apparaissant dans les inscriptions relevées (Schmidt, González de la Mata, Pérez Ruiz, Osorio León, 2005). Yabnal/Motul, 600-830 d.n.e. est la période céramique

Les isotopes au top : vers une identification géogénétique de prisonniers de guerre mayas à Uxul

La vision romantique que certaines personnes peuvent encore avoir est belle et bien révolue: "grands astronomes, pacifistes et" sont souvent des épithètes qui reviennent dans l'imagerie populaire et les bouches des guides touristiques pour répéter ad libidum  une image d'Épinal surfaite et mal venue. Les éléments que nous résumons dans les lignes suivantes pourront paraître crues, voir cruellement contemporaines. Ne croyez pas que nous en réjouissons : elle révèle simplement que la violence peut également être ritualisée. Maintenant que notre lectorat a été averti, entrons dans le vif du sujet, si nous pouvons parler ainsi.  En 2013, l'Université de Bonn rapportait la découverte d'une cavité artificielle à Uxul, site maya situé actuellement dans l'état mexicain de Campeche. Appelé chultun, ce puits faisait partie d'un réseau de points d'eau artificiel qui récupérait les eaux de pluie. Le projet archéologique, dirigé par Nikolai Grube avait pu m