Accéder au contenu principal

Exposition "Les secrets de la civilisation maya"

Jonathan Javelle, lecteur de notre carnet, nous propose un compte-rendu de l'exposition Les secrets de la civilisation maya au Musée Royal d'Ontario, à Toronto. Nous le remercions pour sa précieuse collaboration.

Depuis le 19 novembre 2011 et ce jusqu’au 9 avril 2012, le Musée Royale de l’Ontario ou R.O.M. (à Toronto, Canada) présente une exposition riche en informations historiques et archéologiques dans une présentation pertinente et efficace. Les photos étant interdites lors de la visite, nous ne pourrons que décrire ce que nous y avons vu.

L’exposition concerne principalement la période classique (250-900 de notre ère) et se veut comme une déambulation dans le monde maya. "Le parcours de l’exposition mène le public de la campagne au cœur d’une cité maya classique" comme l’indique le guide de l’expo. Les nombreuses salles présentent les grands traits de la civilisation maya dite classique avec des artefacts bien mis en valeurs et remis en contexte. Chaque salle a son thème : la cité, le temple, l’écriture et cycle temporel, le palais et la mort. Le cheminement est simple, et chaque visiteur peut y trouver son compte.

Les textes explicatifs sont clairs et précis et certaines pièces importantes sont visibles à 360°. S’ajoutent à cela des maquettes illustrant l’exposition. Ces dernières ont un double rôle. L’un est de fournir des éléments ludiques et concrets pour le visiteur, l’autre sert aux visiteurs non-voyants, les créations pouvant être manipulées.

L’exposition base ses explications sur des grands sites comme Palenque, Toninà, Calakmul, Bonampak, Tikal, Copán, etc. Des reconstitutions de fresques des temples des Inscriptions ou de Bonampak, servent d’arrière plan général, tout en illustrant le thème de chaque salle par le choix d’une scène particulière. Les pièces présentées sont quant à elle riches et variées : vase tripode, stèle, bas-reliefs, brasero, parie de disques d’oreille, statue, masque funéraire, etc, provenant de sites comme Yachkilan, Xicalango, Chichen Itza, ou Altun Ha au Bélize. Parmi tous ces artefacts, deux sont particulièrement marquants. Le premier est un masque funéraire en jade provenant de Campeche, et le second, le bas-relief de Palenque reconstitué pour l’occasion, magnifique. Notons également l’explication du calendrier maya qui démonte toutes les théories apocalyptiques en replaçant le calendrier dans son contexte. Très instructif. Les grandes connaissances sur les Mayas sont là, sans tomber dans le cliché. Le cheminement de l’exposition se termine par une explication rapide de l’époque postclassique et de la résurgence et sauvegarde du patrimoine indigène dans des pays comme le Mexique ou le Guatemala.

Le catalogue est un simple carnet d’une valeur de 5$ canadien mais qui permet de garder une trace de cette exposition. Ce petit guide en anglais et en français, tout comme l’exposition est fort pratique et évite de s’encombrer avec un catalogue trop volumineux, surtout lors d’un voyage Il offre une présentation rapide de l’exposition et une sélection des différents artefacts présentés.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…