Accéder au contenu principal

Exposition Comer y ser

Un des faits anthropologiques les plus intéressants est sans conteste l'alimentation. On connaît bien les divisions céréalières qui expliquent les principales cultures au cours des millénaires et de la sédentarisation de l'homme. En Europe, le blé est au cœur de bon nombre de préparations. En Asie, c'est le riz qui l'emporte. Aux Amériques, c'est la culture du maïs et de la pomme de terre qui se détache.

Les autorités du Museo de Historia Mexicana, à Monterrey, se sont attachés à produire une exposition temporaire sur le thème de l'identité d'un groupe en fonction de son alimentation. Intitulée Comer y ser, cette exposition s'intéresse particulièrement à l'identité culinaire du Mexique. Pour se faire, 131 pièces des collections privées Armella Spitalier et FEMSA, et certaines de l'INAH sont proposées au public dans une muséographie divisée en sept espaces.
C'est en grande partie dans son passé préhispanique et gastronomique que le Mexique puise une grande partie de son identité nationale. La domestication du maïs trouve son écho dans la conception mésoaméricaine de l'homme et de l'univers.

L'exposition Comer y Ser est visible jusqu'en mars prochain au Museo de Historia Mexicana à Monterrey, de 10 à 18 heures. L'accès est gratuit le mardi et le dimanche. Pour préparer votre visite, vous pouvez vous procurer trois volumes d'Arqueología Mexicana que nous avons déjà commenté sur ce carnet :
Le numéro hors-série 12 sur la cuisine préhispanique donnera aussi une bonne idée générale de ce thème.

Un extrait de la conférence inaugurale, présentée par le Dr Erik Estrada Lugo, professeur  à l'Universidad Autónoma de Chapingo, est disponible sur Youtube.


Une autre vidéo offre un aperçu rapide des pièces exposées.


Vous pouvez également consulter ce diaporama préparé par votre serviteur lors de sa visite le 15 janvier dernier.


 

View more PowerPoint from Mexique Ancien

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…