Accéder au contenu principal

Exposition "Les masques de jade mayas"

Erik Le Bras est un de nos lecteurs et suiveurs assidus sur les réseaux sociaux. Il a aimablement accepté de rédiger une chronique suite à sa visite de l'exposition "Les masques de jade mayas", actuellement à la Pinacothèque de Paris. Nous le remercions pour sa participation qui, espérons-le, ne sera pas la dernière.

J’ai vu pour vous « Les masques de jade mayas » à la Pinacothèque de Paris (jusqu’au 10 juin 2012 - 28 place de la Madeleine). Voici mon compte-rendu.



Un événement culturel consacré aux masques de jade ? 

Autant vous prévenir tout de suite, l’intitulé de l’exposition est une accroche commerciale sans grand rapport avec son contenu. Les 14 thèmes qui jalonnent le parcours sont particulièrement éloquents :
  1. L’Univers maya de la période classique
  2. L’Image dans la plastique maya classique, conception d’un processus de transformation L’Essence des objets
  3. L’Art des mosaïques dans les masques funéraires de pierre verte 
  4. Le Souverain comme centre de l’univers Palenque 
  5. Le mobilier funéraire, expression du cosmos dans l’univers temporel des mayas Reconstitution du mobilier funéraire de Pakal 
  6. Calakmul 
  7. Offrande funéraire de la structure VII de Calakmul
  8. Offrande funéraire de la structure III de Calakmul 
  9. Oxkintok 
  10. Dzibanché 
  11. La Déformation céphalique, une constante dans les représentations faciales 

Un titre axé sur le mobilier funéraire de l’élite maya – 7 thèmes sont dédiés à ce sujet (7 à 13) - aurait été nettement plus approprié…

Quid des masques de jade ? 

Les pièces en question ne sont que 9 et ne bénéficient d’aucune présentation particulière visant à les distinguer des autres œuvres. Même si il n’y a pas de quoi en faire tout un battage publicitaire, les masques valent vraiment le coup d’être vus…

Mais que voit-on dans l’exposition ?

Sur la centaine d’objets de l’époque classique montrés au public, les céramiques (monochromes et polychromes) et les sculptures en pierre et/ou stuc (stèles, éléments d’architecture…) sont les plus nombreuses. On retiendra plus particulièrement le mobilier funéraire plus ou moins complet de sépultures découvertes à Palenque, Calakmul, Oxkintok et Dzibanché. La reconstitution en image de plusieurs d’entre elles, permet au visiteur de replacer in situ les pièces visibles dans les vitrines.

Pakal & pacotilles

L’un des temps forts de l’exposition est sans conteste la salle consacrée à la tombe de Pakal. On y découvre une silhouette humaine dessinée sur un plan horizontal, laquelle est agrémentée de l’importante parure funéraire en jade du souverain défunt : masque, colliers, ornements d’oreilles, ceinture ornée de petits masques, bagues, diadème, bracelets… Ne vous y méprenez pas, cette reconstitution plutôt réussie n’est composée que de fac-similés : en effet, ce trésor archéologique ne peut sortir du musée National d’Anthropologie et d’Histoire de Mexico. Le sentiment de déception est d’autant plus accentué à la vue des mauvaises copies des deux fameuses têtes en stuc et en calcaire de la crypte de la Pyramide des Inscriptions de Palenque. Pour une approche didactique, c’est complètement raté…

Admirez mais ne lisez pas !

La grande qualité des pièces exposées est quelque peu gâchée par le contenu des cartels et des panneaux d’explication tant ils sont truffés d’informations dépassées, erronées, douteuses ou sans aucun rapport avec l’objet concerné. Ne laissez pas les textes pervertir les œuvres.

N’achetez pas mais lisez plutôt…

Que dire du catalogue d’exposition si ce n’est qu’il est cher (49 euros – catalogue d’une exposition lambda coûte généralement autour de 40 euros) et que son contenu n’a aucun intérêt scientifique. On conseillera toutefois le hors série n°481 de Connaissance des Arts (8 euros seulement).

Pour avoir une idée des pièces exposées, vous pouvez regarder ce reportage de BFMTV disponible sur Youtube.


Le Figaro Magazine s'est intéressé également à cette exposition en publiant sur Youtube cet entretien avec le directeur de la Pinacothèque de Paris.



Et vous, chers lecteurs, qu'en avez-vous pensé ?
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…