Accéder au contenu principal

Le passé indigène par Alfredo López Austin et Leonardo López Luján

Il y a des classiques des études qui méritent d'être tranposés dans la langue de Molière. Car comme les Mexicains n'ont jamais douté de l'utilité de publier les ouvrages de Jacques Soustelle, de Guy Stresser-Péan, de Claude Baudez ou de Michel Graulich dans celles de Cervantés.

Dans le cas qui nous concerne, Le passé indigène fait figure d'un classique de la littérature américaniste. Déjà disponible depuis plusieurs années en anglais ou en italien, il est ENFIN disponible depuis le 15 juin dernier sur Amazon et fort logiquement en librairie. L'éditeur Les Belles Lettres, plus connu pour sa collection Budé de textes bilingues qui ont fait pâlir plus le porte-monnaie d'un étudiant latiniste et/ou hélléniste poursuit un effort entrepris avec la publication des Guides de civilisation Les Mayas par Claude Baudez en 2004 et Les Aztèques par Jacqueline de Durand-Forest en 2008.


Il y a plus d'une décennie, les éditions Maisonneuve et Larose avaient proposé une série de traductions d'ouvrage sur les Mayas à prix exhorbitant et surtout les fameux Paradis de brume d'Alfredo López Austin.

Preuve que l'ouvrage des anthropologues père et fils fait parler de lui, on pouvait récemment en écouter un compte-rendu sur France Inter.


Que pourrait donc trouver dans cet ouvrage contre la modique somme de 35 € ? Selon l'un des auteurs, il n'y aura pas de grandes différences avec l'original mexicain publié au Fondo de Cultura Económica et disponible pour 195 pesos (soit 12 € sans compter les frais de port).
Pour les curieux et amateurs du Mexique ancien qui ne parlent pas un traître mot d'espagnol, l'intérêt est tout trouvé. Pour les hispanophones, il est moindre. En tout cas il était nécessaire que les ouvrages de cette dynastie de chercheurs arrivent au public francophone. D'une part ils proposent un large spectre d'analyse, utilisant à la fois l'histoire, l'histoire de l'art, l'archéologie, l'anthropologie sociale, culturelle, physique, l'ethnohistoire. D'autre part ils couvrent plus de 30000 ans d'histoire sur un territoire vaste et varié, s'attachant à retrouver des points culturels communs à des ethnies très différentes, notamment sur le point de vue linguistique.

J'ai personnellement hâte de voir si les autres collaborations des López seront publiés en France dans les prochaines années, en particulier leur ouvrage référence sur le Grand Temple de Tenochtitlan, publié par l'INAH. Les seuls travaux d'Alfredo López Austin ont provoqué un avant et un après dans notre perception et notre connaissance de l'homo mesoamericanus.  Je pense notamment à Cuerpo humano e ideología ou Hombre dios. Son fils Leonardo n'est pas en reste: sa thèse sur la Maison des Aigles est l'exemple d'une analyse pluri et interdiscplinaire digne d'intérêt et relativement accessible pour le béotien que je suis.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…