Accéder au contenu principal

Débat autour de la "découverte" d'El Rosario

Il semblerait que nous devons revenir à plus de prudence en ce qui concerne l'annonce faite par l'INAH sur son site suscite un débat passionnant sur la liste Aztlan.
En premier lieu, il convient de mettre en valeur tout le travail explicatif et récapitulatif de Roberto Romero. Il reprend la chronologie proposée par le quotidien El Sol de San Juan del Rio pour montrer que les influences teotihuacaines à El Rosario sont connues depuis le début des fouilles en 1958 par Roberto Gallegos.

Michael Ruggeri, annonceur de la "découverte" sur Aztlan, se demande si El Rosario n'a pas été une des premières colonies de Teotihuacan ou si les peintures visibles à El Rosario n'ont pas directement influencé les artistes qui ont ensuite peint les murs de Teotihuacan.

Michael Smith se joint à la perspective centraliste de Roberto Romeros en mettant clairement en cause une conquête de cette partie du Querétaro par Teotihuacan. Il propose ainsi de voir les traits culturels teotihuacains de El Rosario comme une décision consciente des élites locales pour des raisons locales. Smith pense que ces élites ont cherché à montrer "leur sophistication" ou leur contact avec Teotihuacan. A titre de comparaison relative, il compare la décision des élites de El Rosario à ce que faisaient certaines élites de l'Antiquité eloignées de Rome et qui copiaient son style de vie ou son architecture.


Crédit photo : D. Alvarez. Disponible le 15 juin 2009 sur le site du quotidien El Sol de San Juan del Rio, édition du 12 juin 2009 : http://i.oem.com.mx/ef4bbaf2-3d1f-4cbd-a82e-3116972352b8.jpg

Lloyd Anderson propose une autre hypothèse : "un trait culturel originaire d'un endroit différent de du "centre" où il est le plus connu, mais qu'il partage à égalité avec d'autres endroits, avant de se développer et de s'étendre". Anderson cite notamment l'exemple du style dit "olmèque" qui s'est notablement diffusé à partir d'éléments "pré-olmèques" présents à une échelle géographique encore plus étendue. Il explique que les centres puissants ont ainsi tendance à éclipser des zones qui avaient moins d'importance politique ou économique. Enfin Anderson rappelle qu'il est difficile de changer le nom d'un style alors que celui-ci se révèle être inapproprié.

Pour apporter un bémol à l'analyse très poussée d'Anderson, il convient de rappeler qu'un centre de pouvoir ne se résume pas à avoir une influence politique ou économique notable. Dans les sociétés précolombiennes, le développement des civilisations précolombiennes, il est important de mettre en avant la religion et la mythologie qui permettent d'expliquer ces traits culturels. Cholula, ville du pélerinage à Quetzalcoatl au moins pendant le classique, jouissait d'une aura toute particulière qui faisait de Quetzalcoatl une divinité davantage révérée par les autres populations que par les Mexicas qui l'avaient remplacé par Huitzilopochtli.

A la fin de cet article, on est en droit de s'interroger sur cette sortie médiatique qui peut induire le curieux et/ou le professionnel en erreur. Il convient de prendre avec un certain recul les gros titres. Quel était l'objectif de ces archéologues en annonçant une découverte qui, en fait, n'en est pas une ?

Référence bibliographique :
Smith, Michael E. and Lisa Montiel (2001) "The Archaeological Study of
Empires and Imperialism in Prehispanic Central Mexico". Journal of
Anthropological Archaeology
20:245-284.


Mise à jour : El Sol de San Juan del Rio faisait état hier de l'appui financier du gouvernement de l'état de Querétaro pour transporter et sauvegarder les peintures.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…