Accéder au contenu principal

Débat autour de la "découverte" d'El Rosario

Il semblerait que nous devons revenir à plus de prudence en ce qui concerne l'annonce faite par l'INAH sur son site suscite un débat passionnant sur la liste Aztlan.
En premier lieu, il convient de mettre en valeur tout le travail explicatif et récapitulatif de Roberto Romero. Il reprend la chronologie proposée par le quotidien El Sol de San Juan del Rio pour montrer que les influences teotihuacaines à El Rosario sont connues depuis le début des fouilles en 1958 par Roberto Gallegos.

Michael Ruggeri, annonceur de la "découverte" sur Aztlan, se demande si El Rosario n'a pas été une des premières colonies de Teotihuacan ou si les peintures visibles à El Rosario n'ont pas directement influencé les artistes qui ont ensuite peint les murs de Teotihuacan.

Michael Smith se joint à la perspective centraliste de Roberto Romeros en mettant clairement en cause une conquête de cette partie du Querétaro par Teotihuacan. Il propose ainsi de voir les traits culturels teotihuacains de El Rosario comme une décision consciente des élites locales pour des raisons locales. Smith pense que ces élites ont cherché à montrer "leur sophistication" ou leur contact avec Teotihuacan. A titre de comparaison relative, il compare la décision des élites de El Rosario à ce que faisaient certaines élites de l'Antiquité eloignées de Rome et qui copiaient son style de vie ou son architecture.


Crédit photo : D. Alvarez. Disponible le 15 juin 2009 sur le site du quotidien El Sol de San Juan del Rio, édition du 12 juin 2009 : http://i.oem.com.mx/ef4bbaf2-3d1f-4cbd-a82e-3116972352b8.jpg

Lloyd Anderson propose une autre hypothèse : "un trait culturel originaire d'un endroit différent de du "centre" où il est le plus connu, mais qu'il partage à égalité avec d'autres endroits, avant de se développer et de s'étendre". Anderson cite notamment l'exemple du style dit "olmèque" qui s'est notablement diffusé à partir d'éléments "pré-olmèques" présents à une échelle géographique encore plus étendue. Il explique que les centres puissants ont ainsi tendance à éclipser des zones qui avaient moins d'importance politique ou économique. Enfin Anderson rappelle qu'il est difficile de changer le nom d'un style alors que celui-ci se révèle être inapproprié.

Pour apporter un bémol à l'analyse très poussée d'Anderson, il convient de rappeler qu'un centre de pouvoir ne se résume pas à avoir une influence politique ou économique notable. Dans les sociétés précolombiennes, le développement des civilisations précolombiennes, il est important de mettre en avant la religion et la mythologie qui permettent d'expliquer ces traits culturels. Cholula, ville du pélerinage à Quetzalcoatl au moins pendant le classique, jouissait d'une aura toute particulière qui faisait de Quetzalcoatl une divinité davantage révérée par les autres populations que par les Mexicas qui l'avaient remplacé par Huitzilopochtli.

A la fin de cet article, on est en droit de s'interroger sur cette sortie médiatique qui peut induire le curieux et/ou le professionnel en erreur. Il convient de prendre avec un certain recul les gros titres. Quel était l'objectif de ces archéologues en annonçant une découverte qui, en fait, n'en est pas une ?

Référence bibliographique :
Smith, Michael E. and Lisa Montiel (2001) "The Archaeological Study of
Empires and Imperialism in Prehispanic Central Mexico". Journal of
Anthropological Archaeology
20:245-284.


Mise à jour : El Sol de San Juan del Rio faisait état hier de l'appui financier du gouvernement de l'état de Querétaro pour transporter et sauvegarder les peintures.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…