Accéder au contenu principal

Le serpent à plumes de Santa Cecilia

Santa Cecilia Acatitlan est situé à quelques encablures de la capitale du México. Située à trois kilomètres de la pyramide double de Tenayuca, une pyramide aztèque restaurée se cache à côté de l'église. Un petit musée contient les principales sculptures et pièces découvertes au fil des différentes campagnes de fouilles. Parmi les objets découverts, il y a cette sculpture massive. Elle mesure 45 cm de haut pour 70 cm de diamètre maximum.


Serpent à plumes de Santa Cecilia Acatitlan, Edo de Mexico.
Photo prise le 30 septembre 2009 par B. LOBJOIS.

Observons le corps du serpent à plumes enroulé sur lui-même. Sur la partie supérieure, on peut reconnaître un grand coquillage (Gigas strombus) coupé dans sa longueur. Ce coquillage était appelé ehecacozcatl en nahuatl. Blas Castellon identifie cet attribut comme étant un signe de Vénus (2002 : p. 32). Mais le coquillage est avant tout considéré comme une représentation symbolique de la matrice. Pour Graulich notamment, le coquillage est en étroite relation avec la création de l'humanité. Les mythes relatant cette épisode donnent une place particulière au dieu Quetzalcoatl.

Si le corps de l'animal est parfaitement conservé, au point de voir des mouvements se dégager du corps emplumé, la tête et la gueule ont malheureusement été détruites. On ignore si un silex était présent sur la langue bifide ou si des plaques à motif de natte avaient été sculptées au-dessus de ses yeux.

Il ne fait aucun doute que ce serpent à plumes était une représentation du dieu Quetzalcoatl-Ehecatl postclassique sous l'apparence d'un de ses nanahualtin, le serpent à plumes. Les textes coloniaux comme le Codex Borbonicus décrivent le dieu avec ses attributs typiques : bec d'oiseau, bonnet conique en peau de jaguar, peinture noire des prêtres, peinture faciale typique faite de noir, d'une rayure verticale sur le nez et une partie du front, la bouche entourée de rouge (1991 : pl. 3). L'ehecacozcatl apparaît en pectoral.


Représentation de Tepeyollotl et de Quetzalcoatl, Codex Borbonicus, pl. 3.
Photo prise par B. LOBJOIS à partir du fac-simile publié en 1991.

Toutefois l'association entre le serpent à plumes et le coquillage n'est pas récente. Les premières associations datent en fait de Teotihuacan, si on prend en compte les reliefs peints des talud-tableros de la Pyramide du Serpent à plumes.


Détail du tablier nord-ouest,
Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacan, Edo de Mexico.
Photo prise en mai 2002 par B. LOBJOIS.

Sur les reliefs ornant la majestueuse pyramide de Xochicalco, on peut voir coquillages et serpents à plumes encore plus précisément. Ils sont directement présents sur le corps des créatures.


Serpent à plumes, Pyramide des serpents à plumes, Xochicalco, Morelos.
Photo prise le 12 octobre 2004 par B. LOBJOIS.

Le coquillage a plusieurs significations, toutes en relation avec la fertilité. Le coquillage représente la matrice, origine de la vie. C'est aussi l'instrument dans lequel on souffle, reproduisant ainsi le vent qui apporte les pluies, à l'instar de ce qui rapportent les informateurs de Sahagún.

Références bibliographiques :
Castellon Huerta, Blas.
2002. « Cúmulo de símbolos La serpiente emplumada ». In Arqueologia Mexicana, enero-febrero 2002, vol. IX, núm 53, Editorial Raices-INAH, p. 28-35.

Codex Borbonicus.
1991. El libro del Ciuacóatl. Homenaje para el año del Fuego Nuevo libro explicativo del llamado Códice Borbónico. Ferdinand Anders, Maarten Jansen et Luis Reyes García (éds.), Sociedad Estatal Quinto Centenario-Akademische Druck–und Verlagsanstalt- FCE, Madrid/Graz/Mexico.

Isis y la Serpiente Emplumada
2007. Catalogue de l'exposition Isis y la Serpiente Emplumada, Fundación Monterrey 2007, UNESCO-INAH-CONACULTA-Superior Council of Antiquities, Mexico.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…