Accéder au contenu principal

Et si les Aztèques avaient utilisé des crânes et des flèches pour compter

Au hasard de mes errances sur la toile, j'ai trouvé cet article intéressant paru sur le site Scientific American. La mathématicienne Maria del Carmen Jorge y Jorge, chercheuse à l'UNAM, a exploré le Codex Vergara et a émis l'hypothèse que les Aztèques n'utilisaient pas uniquement le système traditionnellement connu de points et barres qui existait en Mésoamérque depuis les Mayas. Un point représente une unité et une barre vaut 5 unités.

Le Codex Vergara est un document colonial préparé sur du papier européen et signé par le juge Vergara, probablement aux alentours de 1540. A l'instar du cadastre napoléonien en France, En effet ce document fait l'inventaire des terrains et de leurs dimensions. Si on en croit la description de M. Thouvenot, le Vergara (conservé à Paris) est une partie d'un document dont la seconde moitié, le Codex Santa Maria Asunción est conservé à Mexico.


Codex Santa María Asunción : milcocolli : f. 8v
In Thouvenot, 1998. Disponible en ligne le 9 juin 2009 sur
http://celia.cnrs.fr/FichExt/Am/A_23_05_fichiers/image005.jpg

Selon les observations faites par Jorge y Jorge, ce sont 367 terrains dont la surface a été dûment mesurée : 60 % en multipliant longueur par largeur. Mais 69 terrains ont été mesurés en utilisant le nombre premier 211 qui ne peut être obtenu en utilisant le système vigésimal normalement en vigueur à l'arrivée des Espagnols. Pour Jorge y Jorge, il semblerait donc que les Aztèques utilisaient des "fractions" ou plutôt "monades" car le terme "fraction" n'est pas approprié selon la mathématicienne.

Pour les Aztèques utilisaient le tlalquahuitl comme unité de mesure basique. Mais apparemment pour la moitié d'un tlalquahuitl, ils dessinaient une flèche. Ainsi pour un terrain de 210, il pouvait multiplier 20 tlaqualhuihuites pour 10 tlalquahuihuites et une demi-flèche.

Deux flèches correspondraient donc à un tlaquahuitl, un coeur à 2/5 d'un tlalquahuitl, et trois mains à trois tlalquahuihuites. D'autres subdivisions comme le bras et l'os étaient également utilisées. Jorge y Jorge émet l'hypothèse que la flèche correspondrait à une mesure allant de l'épaule jusqu'à la main, le coeur à la distance entre cette organe et la main, et la main comme la longueur de deux mains étirées. Mais prudente, la mathématicienne explique qu'il ne s'agit que d'une interprétation car aucune donnée archéologique ne vient l'appuyer. D'ailleurs une certaine confusion à la fin de l'article semble lui donner tout à fait raison...

Références bibliographiques et internet.

THOUVENOT, Marc.
1998. "Valeurs phoniques et unités de langue dans les glyphes des Codex Xolotl et Vergara". In Amerindia, n°23, CELIA-CNRS, Paris. Disponible le 5 juin 2006 sur : http://celia.cnrs.fr/FichExt/Am/A_23_05.pdf

WILLIAMS, Barbara J. and H.R. Harvey.
1988 "Content, Provenience, and Significance of the Codex Vergara and the Códice de Santa Maria Asunción", American Antiquity, 53(2), pp. 337-351.

1997 The Códice de Santa Maria Asunción, Facsimile and Commentary: Households and Lands in Sixteenth-Century Tepetlaoztoc, University of Utah Press, Salt Lake City.


Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…