Accéder au contenu principal

L'INAH signe un partenariat stratégique avec Google

Mais pourquoi la firme de Mountain View, en Californie, a-t-elle proposé ces services à l'INAH? Nous savons que l'industrie touristique mexicaine est en crise depuis quelque temps déjà, bien avant le séisme financier mondial de l'automne dernier. De plus l'image du Mexique est passablement écornée à l'étranger après la crise sanitaire (et surtout la tempête médiatique) qui a accablé le pays en avril et mai dernier.

Google, toujours à la recherche de recettes publicitaires, va proposer donc d'utiliser le patrimoine archéologique et historique du Mexique pour améliorer sa position dominante sur le web local. Le patron de Google Mexico parle de 27 millions de connectés à Internet mais il semble oublier des récents articles sur la fracture numérique que connaît le pays par rapport à d'autres pays d'Amérique centrale et latine, et à plus grande échelle, avec ses partenaires américains et canadiens de l'ALENA et les pays de l'UE.

Pourquoi donc un tel article sur ce blog? Tout simplement pour montrer que l'INAH, sous la direction d'Alfonso de Maria y Campos continue de se détourner de sa mission première, à savoir l'exploration et la sauvegarde du patrimoine archéologique, historique et ethnologique, pour devenir une annexe du Secrétariat du tourisme, succombant à une dérive mercantile et mercantiliste qui pourrait s'avérer lui être néfaste à plus ou moins long terme.

Officiellement l'accord signé hier cherche à "augmenter l'intérêt des utilisateurs d'Internet pour des thèmes d'anthropologie, d'archéologie et d'histoire, et ceci dans une stratégie qui permettra une meilleure connaissance et une sensibilisation à l'importance de la conservation des biens culturels du Mexique, en plus de la promotion de la visite physique des 173 zones archéologiques et des 116 musées sous responsabilité de l'INAH".

D'ailleurs cet accord a d'ors et déjà donné naissance à un projet appelé Pongamos a México en el Mapa con Google (Mettons le Mexique sur la carte avec Google). En fait ce sont trois applications de Google qui seront spécialement adaptés pour promouvoir le patrimoine mexicain : Youtube, Googlemaps et Google Earth. En ce qui concerne Youtube, l'internaute pourra regarder la chaîne INAHTV. Sur Googlemaps, l'internaute pourra récupérer un guide d'adresses et des routes incluant des sites à visiter, avec la possibilité de voir la distance à parcourir. Enfin un filtre sera créé pour Google Earth : on pourra ainsi récupérer la localisation d'un site par ses coordonnées satellites mais aussi des plans des musées, des zones archéologiques et des lieux historiques. Mais dans un pays où les conducteurs découvrent à peine la navigation par satellite, ce genre d'information reste limité.

Je vous propose de regarder cette petite vidéo disponible sur Youtube.



Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…