Accéder au contenu principal

Publication du Codex Badiano en CD-Rom

L'INAH annonce la sortie de la version numérisée du Codice de la Cruz-Badiano, pour demain. Le Codex Badiano, longtemps conservé au Vatican, a été remis en personne par le pape Jean-Paul II lors de son voyage au Mexique en 1990,. Il a été ensuite placé en dépôt dans la réserve de la Biblioteca Nacional de Antropología, située dans le MNA, à Mexico.



C'est un document extrêmement précieux puisqu'avec le livre XI de la Historia general de las cosas de Nueva España, rédigée sous la houlette de Fray Bernadino de Sahagún et la Historia Natural de Nueva España, écrite par le médecin espagnol Francisco Hernández, deux autres documents sans titres composés par le moine Francisco Jiménez, et un autre en maya, il décrit les recettes médicinales des autochtone au moment ou peu après l'arrivée des Espagnols.
L'édition et les commentaires de ce CD-Rom ont été préparés par l'historien mexicain Miguel León-Portilla. L'INAH propose en effet une série de CD-Rom à prix accessibles et contenant des reproductions digitales de codex, fonctionnant seulement sous environnement Windows (à défaut, on utilisera WINE sous distribution Ubuntu). On peut citer parmi ceux-ci le Codex Becker.


Recette pour un corps blessé.
Planche du Codex Badiano pour tlahçolteoçacatl, tlayapaloni, axocotl y chicomacatl.
Retrouvée le 16 juin 2009 sur wikipedia :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/be/Badianus.jpg

Le Codex Badiano porte le nom de l'indigène qui traduit du nahuatl au latin ce document, Libellus de Medicinalibus Indorum Herbis, qui parle essentiellement d'herboristerie. Juan Badiano était un tlacuilo (mot nahuatl qu'on pourrait traduire par scribe) originaire de Xochimilco. Il fut charger de mettre sur papier les connaissances médicales récupérées par le médecin Martin de la Cruz. Le codex est constitué de 70 feuilles, soit 140 pages ornées de 185 illustrations en couleur, comportant par ailleurs des concepts rédigés au moyen de glyphes.

Pour plus d'informations :

Article "Códice Badiano" , disponible le 16 juin 2009 sur http://es.wikipedia.org/wiki/C%C3%B3dice_Badiano .

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre. Bonne lecture ! Références : Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Huey tlamatini Miguel León-Portilla

In cuicapicqui Ninonpehua, nihuelncuica ompa ye huitz Tollanitic,  nihuelicuica, otozcuepo, motoma xochitl Huel xiccaqui ye mocuic: cuicaichtequini ¿quen ticcuiz, noyol? Timotolinia yuhquin tlacuilolli huel titlani, huel xontlapalaqui at ahihuetzian timotolinia (León-Portilla, 2012, 148-159) On n'espérait pas entendre cette annonce dans les journaux télévisés mexicains, sur les réseaux sociaux, les pages de centres de recherches. Voilà plusieurs mois que Miguel León-Portilla était hospitalisé pour des soucis bronchopulmonaires et semblait se récupérer lentement, comme l'indiquait son épouse Ascención Hernández en mai dernier au quotidien Milenio . Finalement, le chercheur mexicain probablement le plus récompensé jusqu'à présent n'a pas résisté plus longtemps. Lire son CV sur le site de l'Instituto de Investigaciones Históricas vous permettra de vous faire une idée de son importance pour les sciences mexicaines. Réduir

Arqueologia Mexicana n°99

Avec le titre "De la crónica a la arqueología: visión de cinco ciudades prehispánicas", l'editorial propose une levée bimestrielle un peu moins rutilante que son précédent numéro sur Moctezuma. En même temps, il est difficile de faire plus fort que celui qui reste une figure importante de l'identité mexicaine. Faisons donc un rapide tour du propriétaire. Après les quelques brêves rappelant les fouilles à Chichen Itza, la restauration de la petite pyramide ronde du métro Pino Suarez ou la sortie du catalogue de l'exposition Moctezuma. Azteca Ruler, co-édité par Leonardo Lopez Lujan et Colin Mc Ewan, on peut lire l'hommage rendu par Eduardo Matos Moctezuma au Dr Miguel Leon-Portilla pour les 50 ans de la publication Visión de los Vencidos: relaciones indigenas de la Conquista . Suit une présentation du Codex Ixtlilxóchitl par Manuel Hermann Lejarazu. Le titre de ce document fait référence à son illustre propriétaire, Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578