Accéder au contenu principal

Découvertes de peintures murales de style teotihuacain à El Rosario, Queretaro

La presse mexicaine rapporte de manière extensive la découverte historique faite par une équipe d'archéologues du Centro INAH de Queretaro sur le site d'El Rosario. Parmi les archéologues concernés figurent Juan Carlos Saint Charles Zetina et Carlos Viramontes. Située sur la municipalité de San Juan del rio, la zone archéologique d'El Rosario est fouillée régulièrement depuis 1958. El Rosario a connu une longue occupation qui s'est achevée à l'Epiclassique (entre 750 et 900 après Jésus Christ).


Carte situant la zone d'El Rosario, retrouvé sur googlemaps le 12 juin 2009.

Pendant la campagne de fouilles réalisée de mars à mai de cette année, les archéologues ont fouillé le portail d'accès au centre cérémoniel du site. Ils ont découvert quatre panneaux peints de style teotihuacains. C'est la première fois qu'on découvre des restes de peintures murales de style teotihuacain hors de l'Etat de Mexico, où est située la ville de Teotihuacan. Les techniques de construction et de peinture confirment ce lien avec l'ancienne grande métropole du Haut Plateau central.

Ainsi les peintures ont été réalisées, pour une première sur un aplat d'argile recouvert de calcaire et pour une seconde directement sur un aplat d'argile.
La vivacité des tons employés témoigne du bon état de ces peintures : on retrouve du jaune, du rouge, du noir, et du bleu-vert. Le répertoire iconographique est composé de couteaux recourbés en obsidienne, de coeurs sanglants, d'un personnage (humain ou animal) entouré de volutes, d'un bouclier, d'un brasero à manche et d'un panache.

Dans le quotidien en ligne El Universal, on peut apprécier ce détail :


Crédit photo : EFE,
Disponible le 12 juin 2009 sur le site d'El Universal, édition du 10 juin 2009.

Le quotidien La Jornada propose une vue plus globale de deux panneaux :


Crédit photo : INAH/ Melitón Tapia.
Disponible le 12 juin 2009 sur le site de La Jornada, édition du 11 juin 2009

Ce dernier cliché est également disponible en cliquant sur le titre de cet article.

Le graffiti, dessinés à traits bruts, représente possiblement des oiseaux, des pétales et des figures anthropomorphes et géométriques dont l'objectif était probablement rituel, selon les archéologues

Le portique fouillé date du classique. Menaçant de s'effondrer, une équipe pluridisciplinaire (géologues, archéologues, géographes) avait été dépêchée pour trouver une explication aux effondrements ayant lieu dans la région.

Les fouilles ont également mis à jour des fragments de textiles, des troncs de bois, du charbon, des couteaux en obsdienne et des tessons de céramique teotihuacaines. Des trous dans la zone ont permis l'identification de quatre étapes de construction de la structure principale : trois sont du Classique, la dernière de l'Epiclassique. Des offrandes ont été retrouvées dans chaque phase : elles consistaient en des cendres sur des foyers de pierres rougies, de petits tas de sable, de petits os d'animaux (peut-être de chauve-souris), de matériel lithique et de poteaux de bois. L'ensemble semble identique à des offrandes faites à Teotihucan.

Face à cette découverte, l'INAH de Querétaro va demander le soutien financier de l'état de Querétaro pour récupérer, transporter et faire garder ces peintures au Musée régional où elles seront restaurées et étudiées. Il s'agit aussi d'éviter des fouilles sauvages qui sont fréquentes sur le site et donc empêcher tout enlèvement des peintures.

A titre de comparaison, voici une peinture murale visible à Teotihuacan et proposée sur le site Arssummum, disponible le 12 juin.


Il s'agit des aras peints visibles dans le Complexe de Quetzalpapalotl.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…