Accéder au contenu principal

Découvertes de peintures murales de style teotihuacain à El Rosario, Queretaro

La presse mexicaine rapporte de manière extensive la découverte historique faite par une équipe d'archéologues du Centro INAH de Queretaro sur le site d'El Rosario. Parmi les archéologues concernés figurent Juan Carlos Saint Charles Zetina et Carlos Viramontes. Située sur la municipalité de San Juan del rio, la zone archéologique d'El Rosario est fouillée régulièrement depuis 1958. El Rosario a connu une longue occupation qui s'est achevée à l'Epiclassique (entre 750 et 900 après Jésus Christ).


Carte situant la zone d'El Rosario, retrouvé sur googlemaps le 12 juin 2009.

Pendant la campagne de fouilles réalisée de mars à mai de cette année, les archéologues ont fouillé le portail d'accès au centre cérémoniel du site. Ils ont découvert quatre panneaux peints de style teotihuacains. C'est la première fois qu'on découvre des restes de peintures murales de style teotihuacain hors de l'Etat de Mexico, où est située la ville de Teotihuacan. Les techniques de construction et de peinture confirment ce lien avec l'ancienne grande métropole du Haut Plateau central.

Ainsi les peintures ont été réalisées, pour une première sur un aplat d'argile recouvert de calcaire et pour une seconde directement sur un aplat d'argile.
La vivacité des tons employés témoigne du bon état de ces peintures : on retrouve du jaune, du rouge, du noir, et du bleu-vert. Le répertoire iconographique est composé de couteaux recourbés en obsidienne, de coeurs sanglants, d'un personnage (humain ou animal) entouré de volutes, d'un bouclier, d'un brasero à manche et d'un panache.

Dans le quotidien en ligne El Universal, on peut apprécier ce détail :


Crédit photo : EFE,
Disponible le 12 juin 2009 sur le site d'El Universal, édition du 10 juin 2009.

Le quotidien La Jornada propose une vue plus globale de deux panneaux :


Crédit photo : INAH/ Melitón Tapia.
Disponible le 12 juin 2009 sur le site de La Jornada, édition du 11 juin 2009

Ce dernier cliché est également disponible en cliquant sur le titre de cet article.

Le graffiti, dessinés à traits bruts, représente possiblement des oiseaux, des pétales et des figures anthropomorphes et géométriques dont l'objectif était probablement rituel, selon les archéologues

Le portique fouillé date du classique. Menaçant de s'effondrer, une équipe pluridisciplinaire (géologues, archéologues, géographes) avait été dépêchée pour trouver une explication aux effondrements ayant lieu dans la région.

Les fouilles ont également mis à jour des fragments de textiles, des troncs de bois, du charbon, des couteaux en obsdienne et des tessons de céramique teotihuacaines. Des trous dans la zone ont permis l'identification de quatre étapes de construction de la structure principale : trois sont du Classique, la dernière de l'Epiclassique. Des offrandes ont été retrouvées dans chaque phase : elles consistaient en des cendres sur des foyers de pierres rougies, de petits tas de sable, de petits os d'animaux (peut-être de chauve-souris), de matériel lithique et de poteaux de bois. L'ensemble semble identique à des offrandes faites à Teotihucan.

Face à cette découverte, l'INAH de Querétaro va demander le soutien financier de l'état de Querétaro pour récupérer, transporter et faire garder ces peintures au Musée régional où elles seront restaurées et étudiées. Il s'agit aussi d'éviter des fouilles sauvages qui sont fréquentes sur le site et donc empêcher tout enlèvement des peintures.

A titre de comparaison, voici une peinture murale visible à Teotihuacan et proposée sur le site Arssummum, disponible le 12 juin.


Il s'agit des aras peints visibles dans le Complexe de Quetzalpapalotl.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…