Accéder au contenu principal

Découvertes de peintures murales de style teotihuacain à El Rosario, Queretaro

La presse mexicaine rapporte de manière extensive la découverte historique faite par une équipe d'archéologues du Centro INAH de Queretaro sur le site d'El Rosario. Parmi les archéologues concernés figurent Juan Carlos Saint Charles Zetina et Carlos Viramontes. Située sur la municipalité de San Juan del rio, la zone archéologique d'El Rosario est fouillée régulièrement depuis 1958. El Rosario a connu une longue occupation qui s'est achevée à l'Epiclassique (entre 750 et 900 après Jésus Christ).


Carte situant la zone d'El Rosario, retrouvé sur googlemaps le 12 juin 2009.

Pendant la campagne de fouilles réalisée de mars à mai de cette année, les archéologues ont fouillé le portail d'accès au centre cérémoniel du site. Ils ont découvert quatre panneaux peints de style teotihuacains. C'est la première fois qu'on découvre des restes de peintures murales de style teotihuacain hors de l'Etat de Mexico, où est située la ville de Teotihuacan. Les techniques de construction et de peinture confirment ce lien avec l'ancienne grande métropole du Haut Plateau central.

Ainsi les peintures ont été réalisées, pour une première sur un aplat d'argile recouvert de calcaire et pour une seconde directement sur un aplat d'argile.
La vivacité des tons employés témoigne du bon état de ces peintures : on retrouve du jaune, du rouge, du noir, et du bleu-vert. Le répertoire iconographique est composé de couteaux recourbés en obsidienne, de coeurs sanglants, d'un personnage (humain ou animal) entouré de volutes, d'un bouclier, d'un brasero à manche et d'un panache.

Dans le quotidien en ligne El Universal, on peut apprécier ce détail :


Crédit photo : EFE,
Disponible le 12 juin 2009 sur le site d'El Universal, édition du 10 juin 2009.

Le quotidien La Jornada propose une vue plus globale de deux panneaux :


Crédit photo : INAH/ Melitón Tapia.
Disponible le 12 juin 2009 sur le site de La Jornada, édition du 11 juin 2009

Ce dernier cliché est également disponible en cliquant sur le titre de cet article.

Le graffiti, dessinés à traits bruts, représente possiblement des oiseaux, des pétales et des figures anthropomorphes et géométriques dont l'objectif était probablement rituel, selon les archéologues

Le portique fouillé date du classique. Menaçant de s'effondrer, une équipe pluridisciplinaire (géologues, archéologues, géographes) avait été dépêchée pour trouver une explication aux effondrements ayant lieu dans la région.

Les fouilles ont également mis à jour des fragments de textiles, des troncs de bois, du charbon, des couteaux en obsdienne et des tessons de céramique teotihuacaines. Des trous dans la zone ont permis l'identification de quatre étapes de construction de la structure principale : trois sont du Classique, la dernière de l'Epiclassique. Des offrandes ont été retrouvées dans chaque phase : elles consistaient en des cendres sur des foyers de pierres rougies, de petits tas de sable, de petits os d'animaux (peut-être de chauve-souris), de matériel lithique et de poteaux de bois. L'ensemble semble identique à des offrandes faites à Teotihucan.

Face à cette découverte, l'INAH de Querétaro va demander le soutien financier de l'état de Querétaro pour récupérer, transporter et faire garder ces peintures au Musée régional où elles seront restaurées et étudiées. Il s'agit aussi d'éviter des fouilles sauvages qui sont fréquentes sur le site et donc empêcher tout enlèvement des peintures.

A titre de comparaison, voici une peinture murale visible à Teotihuacan et proposée sur le site Arssummum, disponible le 12 juin.


Il s'agit des aras peints visibles dans le Complexe de Quetzalpapalotl.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…