Accéder au contenu principal

Quoi de neuf au Templo Mayor de Mexico ?

The Star est un quotidien canadien de Toronto. Sur son édition en ligne du 16 juin 2009, on peut y lire un article de Leslie Scrivener sur l'avancée des fouilles à l'endroit où était placée le grand monolithe de Tlaltecuhtli. Le titre est un rien tapageur, comme souvent dans la presse généraliste : "Lost Aztec tomb lies under Mexico City". Ce dernier retombe à plat dès le premier paragraphe quand Scrivener utilise l'adjectif "likely", à traduire par vraisemblable. Ah les effets d'annonces qu'il faut faire pour vendre du papier ! D'ailleurs le très sérieux Times annonçant la prochaine exposition Moctezuma au British Museum, proposait un article similaire sur son site web la semaine passée.

Il faut dire que l'auteur a eu l'occasion d'interviewer l'archéologue Leonardo Lopez Lujan et de lui poser des questions plus ou moins pertinentes. L'une d'elles concerne la lenteur de l'avancée des fouilles. Lopez Lujan rappelle à juste titre que le terrain n'aide pas les archéologues : gorgé d'eau, il faut pomper en permanence ce qui rend la tâche encore plus ardue, notamment en ce qui concerne la préservation des restes et des objets découverts. Il ne faut pas oublier que Tenochtitlan reposait au milieu de la lagune et donc qu'elle n'avait pas un sous-sol solide. Même après différents travaux d'assèchement, il reste des poches d'eaux souterraines.


L'archéologue Ximena Chavez Balderas,
en train de récupérer des échantillons de matières organiques sur le monolithe de Tlaltecuhtli.
Crédit : INAH-Proyecto Templo Mayor.
Retrouvée le 16 juin 2009 sur
http://media.thestar.topscms.com/images/a0/5f/4901a74f436690a8d1a104d332a1.jpeg

Cependant Lopez Lujan rappelle la belle découverte réalisée il y a peu par son équipe : un squelette de canidé (pas nécessairement un chien d'ailleurs), des pendants d'oreilles en turquoise, un collier de jadéite et une clochette en or. La présence de cet animal psychopompe, c'est à dire "accompagnateur des âmes" selon l'étymologie grecque, tend à renforcer l'hypothèse d'une tombe, certainement d'un personnage important. Ces objets s'ajoutent aux 4 conteneurs comptant environ les 3000 objets retrouvés depuis le début des fouilles en 2007.

Expliquant que, sous ses offrandes, des sceaux de plâtre en parfait état bloquaient le passage, le scientifique mexicain estime que ce qui se cache derrière n'est pas inondés. Il s'avance même à énumérer ce que son équipe va découvrir : "les restes incinérés d'un ou plusieurs souverains, des nains, des albinos, des musiciens sacrifiés lors des funérailles".

Convaincu qu'en cet endroit reposent les restes de plusieurs tlatloques, Lopez Lujan estime qu'en aucun cas, il ne peut s'agir des restes de Moctezuma. Sa mort, pour laquelle plusieurs versions ont été présentées, n'aurait pas été suivie d'une cérémonie funéraire traditionnelle : une fois son corps incinéré, ses cendres ont été bues par les personnes qui assistaient aux funérailles.

Nous respectons énormément le travail fait par le Dr Lopez Lujan. Il dirige une équipe compétente et professionnelle, consciente d'avoir peut-être à découvrir l'un des plus grands trésors de l'histoire mexicaine et peut-être de l'humanité. Mais comme nous l'avons déjà manifesté sur ce blog, ses déclarations, bien que sorties de leur contexte, peuvent prêter à un doute raisonnable, sinon un scepticisme exacerbé. Nous espérons sincèrement que son équipe découvrira ce qu'elle souhaite découvrir.

La référence aux sources coloniales pour rapporter les circonstances des funérailles de Moctezuma pose également problème. Ximena Chavez Balderas, éminente collègue de Lopez Lujan sur ce chantier, rapporte dans son ouvrage sur les rituels funéraires au Templo Mayor, que les corps ne pouvait être complètement incinérés et qu'il restait toujours des fragments osseux.

A l'instar de notre collègue et ami, livrons-nous au jeu des hypothèses. Si on découvre le corps de plusieurs individus, les différents ornements ne permettront pas une identification complètement sûre. Et pour peu que plusieurs corps portent des ornements indiquant un même statut, une identification ADN permettrait d'établir un lien de parenté directe. Mais cela ne suffirait toujours pas à déterminer clairement l'identité des individus, sauf peut-être en comparant cet ADN à des descendants actuels de la famille royale de Tenochtitlan. Mais le recoupement par ADN sera encore plus dur à faire si on découvre uniquement des urnes funéraires contenant des cendres ou des fragments osseux exposés aux flammes.

Bref, nous n'osons pas imaginer que le Dr Lopez Lujan n'ait pas pris en considération ces hypothèses, au risque peut-être d'aller au devant de certaines désillusions, en dépit des matériels déjà découverts et qui attenden toujours d'être analysés, étudiés, observés et commentés.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…