Accéder au contenu principal

Casa de Tlaltecuhtli au Templo Mayor : lettre ouverte des archéologues en charge du projet

A défaut de réponse de la part des autorités administratives de l'INAH, Eduardo Matos Moctezuma, Raul Barrera Rodriguez, Carlos Javier Gonzalez et Leonardo Lopez Lujan, spécialistes du Templo Mayor et du Proyecto de Arqueologia Urbana ont envoyé une lettre au quotidien El Universal évoquant le projet de construction d'un musée baptisé Casa de Tlaltecuhtli dans le terrain des Ajaracas, en cours d'exploration depuis 2006. Nous avons déjà mentionné ce projet dans deux notes sur notre carnet.

Ce document a été résumé dans de courts articles qui pose certaines questions sur le futur de la zone archéologique. Malheureusement ni El Universal (droite) ni La Jornada (extrême-gauche) ne reproduisent la lettre dans son intégralité, induisant le lecture à un point de vue biaisé. Il a été rédigé en réaction à un article rédigé par Abida Ventura pour le quotidien El Universal du 9 juin dernier et un autre d'Ana Monica Rodriguez dans La Jornada de la même date. Salvador Aceves Garcia, coordinateur du plan d'oeuvre, explique que les travaux de construction de la Casa de Tlaltecuhtli devraient commencer dès cette année :
Para este 2011, prosiguió Aceves García, se estima terminar la construcción del vestíbulo hundido –de cerca de 50 metros de longitud– que llevará a los visitantes a la casa de Tlaltecuhtl.
Aceves a assuré à La Jornada que le monolithe retournerait à son emplacement d'origine :
... las próximas visitas serán algo parecido al recorrido que se realiza en la explanada que antecede al Museo Nacional de Antropología, pero con la gran diferencia de que el trayecto consistirá en bajar una rampa y caminar en el mismo nivel donde fue hallado y será recolocado el monolito.
Enfin ses propos sur d'éventuels délais administratifs à respecter laissent songeurs :
La viabilidad de este proyecto –subraya el arquitecto– no está sujeta a tiempos administrativos, porque en sí mismo ostenta una dinámica y una inercia que nadie detendrá
En guise de comparaison, nous reproduisons ci-dessous la lettre des quatre en espagnol, avec l'autorisation de Leonardo Lopez Lujan, responsable du Proyecto Templo Mayor.

Carta para los diarios El Universal y La Jornada en torno a nota sobre la "Casa de Tlaltecuhtli".

A raíz de las declaraciones del arquitecto Salvador Aceves publicadas por El Universal y La Jornada el 9 de junio pasado y con relación al proyecto de un edificio para resguardar la escultura de la diosa Tlaltecuhtli, queremos aclarar lo siguiente:

  1. La prioridad debe ser la continuidad de los trabajos arqueológicos en el predio de las Ajaracas, ya que constituyen una oportunidad única e irrepetible para conocer un sitio de enorme trascendencia histórica. Hasta ahora, dichos trabajos han contado con el apoyo de la Dirección General, la Coordinación Nacional de Arqueología, y el Consejo de Arqueología del INAH, el cual ha aprobado en su momento los informes que se le han remitido sobre dichos trabajos. Debe considerarse también que aun esta pendiente la exploración del predio de la Casa de las Campanas, la cual deberá hacerse conforme a los protocolos científicos internacionales.
  2. En el año 2007; fuimos convocados por la Coordinación Nacional de Monumentos Históricos del INAH a varias reuniones, en las cuales se pretendían establecer los criterios para la construcción de un edificio que resguardaría la escultura de Tlaltecuhtli y cuyo proyecto seria sometido a un concurso.
  3. Mucho tiempo después, se nos volvió a convocar para solicitar nuestra opinión respecto a un proyecto elaborado por el arquitecto Francisco Serrano.
  4. Como consecuencia de esa segunda convocatoria, elaboramos un documento en septiembre de 2009, en el cual presentamos una serie de señalamientos y recomendaciones de carácter arqueológico, de conservación y de museografía, los cuales implicarían una adecuación del proyecto del arquitecto Serrano. Hasta el momento, ignoramos si nuestras propuestas han sido tomadas en cuenta.
  5. En lo que toca al tema del aspecto visual de la fachada del inmueble proyectado, así como su integración con el entorno arquitectónico inmediato, consideramos que son las personas e instituciones especializadas en la materia, en particular el Consejo de Monumentos Históricos del INAH, quienes deberán opinar y pronunciarse al respecto.
  6. Por ultimo, e independientemente de las adecuaciones que se puedan realizar para un nuevo museo y un mejor acceso a la zona arqueológica del Templo Mayor y su Museo, consideramos que la ubicación actual de la escultura monumental de Tlaltecuhtli constituye un emplazamiento digno que favorece su conservación y permite apreciarla desde diferentes ángulos y alturas, lo que realza sur gran calidad artística.
Suivent les signatures des quatre auteurs sus-mentionnés.

Deux sons de cloches très discordants apparaissent si on consulte toutes ces informations. Les quatre spécialistes rejettent l'idée de construction tant que les fouilles en cours n'auront pas été complètement effectuées, notamment sur le terrain de la Casa de la Campana. Ils estiment en outre que l'emplacement actuel (dans le musée du Templo Mayor) du monolithe permet de l'apprécier pleinement et de maintenir son intégrité physique.

A notre avis, il semblerait que certains fonctionnaires de l'INAH estiment que le temps passe trop lentement et qu'il s'agisse de rentabiliser désormais les investissements consentis, quitte à faire fi de ce qu'on pourrait encore y découvrir. Les propos de M. Aceves sont plus que maladroits et entretiennent une image bureaucratique et financière de l'INAH. Mexique Ancien estime sa profonde préoccupation sur le devenir des fouilles en cours et rejette toute pression exercée sur les équipes de chercheurs du Templo Mayor qui contribuent chaque jour à améliorer notre connaissance de l'ancienne Tenochtitlan et de ses habitants.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…