Accéder au contenu principal

Découverte d'une nouvelle occurence de la fermeture de baktun à la Corona

Le Projet Régional Archéologique La Corona (PRALC) est le fruit d'une collaboration entre le Middle American Research Institute, centre de recherche de l'Université de Tulane en Louisiane et celle de la Valle de Guatemala. Situé au coeur du Peten, dans la biosphère La Corona est également appelé site Q par Peter Mathews pour qué ? en espagnol, Sak Nikté en maya. Le site est connu depuis les années 1960 par un pillage systématique : une trentaine de panneaux portant le glyphe-emblème (ill. 1) de ce site sont actuellement éparpillés un peu partout dans le monde, en particulier au Peabody Museum d'Harvard. Voici une petite vidéo de présentation.



Placé sous la direction de Marcello Canutto, enseignant à l'Université de Tulane et Tomas Barrientos, archéologue à l'Universidad del Valle de Guatemala, le projet a déjà fait quelques révélations surprenantes. Son emplacement était stratégique : il était situé au centre des routes qui rejoignaient la côte du Golfe du Mexique et les Basses Terres Centrales, dans un environnement particulièrement doté en eaux douces.

 
Ill. 1. Glyphe-emblème de Sak Nikté (La Corona, Guatemala)
Dessin de Stanley Guenter (Canuto et Barrientos, 2011: 16)
Reproduit avec l'autorisation de Marcello Canutto.

Le site a notamment connu son acmé pendant le Classique. D'autres glyphes ont permis d'établir que La Corona était allié à Calakmul grâce au mariage diplomatique d'une fille du roi Yuknoom Took' K'awiil, souverain de Calakmul entre 702 et 731, avec un souverain local en 721. Deux autres mariages de ce type sont également répertoriées dans des inscriptions remontant au VI et VIIe siècke. Cette alliance établissait de fait une rivalité entre La Corona et Tikal, grand ennemi de Calakmul.

Il y a quelques jours Canutto et Barrios ont présenté à la presse un travail d'épigraphie qui a fait l'effet d'une petite. Jusqu'à présent, on croyait que seul le monument 6 d'El Tortuguero était le seul à contenir la date 13.0.0.0.0 4 Ahaw 3 K’ank’in (23 décembre 2012) qui marque le début d'un nouveau bakt'un. Ce n'est désormais plus le cas. Treize blocs sculptés composent l'Escalier hiéroglyphique 2 (EH2). Neuf autres avaient été découverts puis abandonnés par des pilleurs. Leur décontextualisation laisse pourtant penser qu'ils faisaient probablement partie de l'EH 2. Sur le bloc 5 (ill. 2) l'archéologue et épigraphiste David Stuart a déchiffré la date qui mettra en émoi toute la communauté new age et les studios d'Hollywood.

Ill. 2. Bloc 5, Escalier hiéroglyphique 2, La Corona, Guatemala
Photo: David Stuart-La Corona Archaeological Project.
Disponible le 30/06/2012 sur : 
Reproduit avec l'autorisation de David Stuart.

Malheureusement, point de descente de dieu ni de fin du monde annoncée. Navré de vous décevoir ! Selon Stuart, enseignant-chercheur à l'University of Texas at Austin, elle rapporte la visite d'un dirigeant de Calakmul à Sak Nikté le 29 février 696. Comment expliquer la présence de fin de baktun dans ce site ? Pour Stuart (ill. 3), il faut la relier au chaos géopolitique ambiant dans cette région et au besoin du souverain de faire référence à cette date. Pour Canutto, cette projection dans le futur avait peut-être pour but de montrer qu'en dépit de la récente défaite de Calakmul contre Tikal, le roi était toujours bien vivant et garantissait sa protection à ses vassaux, que la stabilité était encore de mise. La date marque un changement de calendrier important comme le premier janvier pour nous.

Ill. 3. Relevé du bloc 5, Escalier hiéroglyphique 2, La Corona, Guatemala
Photo: David Stuart-La Corona Archaeological Project.
Disponible le 30/06/2012 sur : 
Reproduit avec l'autorisation de David Stuart

Selon la lecture de Stuart, trois autres dates du Bloc 5 font état d'autres événements qui montrent que La Corona/ Sak Nikte' était clairement sous influence de Calakmul:
  • 9.10.2.1.10 10 Ok 8 Kumk’u : jeu de balle à Sak Nikte’ (La Corona) impliquant Yuknoom Ch’een de Calakmul. Il convient de commenter à ce titre que Sak Nikte disposait d'un petit terrain de jeu de balle, mais en position centrale comme dans d'autres sites.
  • 9.13.3.16.17 8 Kaban 10 Kumk’u : visite de Yuknoom Yich’aak K’ahk’ à Sak Nikte'
  • 10.0.0.0.0 7 Ahaw 18 Sip : nouveau katun
Pour si on en doutait encore, les Mayas se projettaient dans l'avenir dans la mesure où leur perception du temps est cyclique, à différence de la nôtre qui est linéaire.

Le Middle American Research Institute de l'Université de Tulane fait bien les choses et propose une actualisation constante sur le site internet et le groupe (restreint) Facebook du projet. Plusieurs rapports de fouilles sont disponibles et permettent de comprendre tous les travaux entrepris depuis 2008. Celui publié pour la campagne 2011 compte pas moins de 500 pages !

Je tiens à remercier publiquement le Dr David Stuart de m'avoir autorisé à reproduire sa photo et son relevé du Bloc 5 et le Dr Marcello Canutto pour sa relecture et l'autorisation à reproduire le glyphe-emblème de Sak' Nikte.

Références bibliographiques:

Canutto, Marcello et Tomas Barrientos. 2011. "La Corona: un acercamiento a las políticas del reino Kaan desde un centro secundario del noroeste de Petén". In Estudios de Cultura Maya, XXXVII, p. 13-43. Mexico: Instituto de Investigaciones Filológicas/UNAM. Archivo pdf disponible el 29/06/2012 en : http://www.iifilologicas.unam.mx/estculmaya/uploads/volumenes/xxxvii/lacorona.pdf .

Stuart, David. 2012. Notes on a new text from La Corona. Disponible en linea el 30/06/2012 en Maya Decipherment: http://decipherment.wordpress.com/2012/06/30/notes-on-a-new-text-from-la-corona/ .

Autres références :
Site du MARI, Tulane University : http://mari.tulane.edu/index.html .
Site du PRALC :  http://mari.tulane.edu/PRALC/index.html .
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 297 - Exposición Lakii'n: poderio del oriente maya con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, investigador yucateco reconocido por sus aportes a la arqueología y antropología de este estado. En el caso que nos concierna, el Dr. Barrera Rubio ha sido parte de la curaduría de la exposición Lakii'n: poderio del oriente maya que tiene sede en el Museo del Palacio Cantón, radicado en la ciudad de Mérida.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.



Créditos musicales
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH, hasta junio 2017.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición Milpa, pueblos del maíz, Museo Regional de Querétaro, Querétaro, México, hasta el 5/03/2017.
Exposición Xipe Totec y la regeneración de la vida, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, hasta marzo 2017. 
Exposición Lo de candela: afrodescendien…