Accéder au contenu principal

Les restes d'un quartier tépanèque retrouvés à Azcapotzalco

Des fouilles de sauvetage archéologique entreprises sur l'avenue Aquilés Serdan, dans le quartier Azcapotzalco de la capitale mexicaine, ont permis de recueillir les restes d'une dizaine d'individus, en majorité des enfants, et de constructions. D'après les premières observations, il semblerait qu'il s'agisse des habitations d'une famille de commerçants (pochteca en nahuatl).

Azcapotzalco fut une importante cité de la vallée de Mexico pendant les XIII et XIVe siècle. Cette hégémonie prend fin en 1428 lors d’attaques combinées entreprises par les Huexotzincas, les Texcocas et les Mexicas qui font d’Azcapotzalco un centre secondaire, vassal de Tlacopan, une des villes de la Triple Alliance.

Sous la chapelle Saint Simon érigée par les Espagnols au moment de la conquête, se trouvait un temple indien. Les vestiges, datés d'environ 700 ans, faisaient probablement partie d'un centre civico-cérémoniel de certaine importance. Pour être plus précis, ce sont pour l'instant cinq unités qui sont fouillés depuis environ deux mois. L'une d'entre elles mesuraient 4 m de large pour 22 m de long. C'est là qu'une dizaine d'enterrements a été mise au jour. Les restes étaient assis et disposés dans des linceuls : cela donne un aperçu clair de la forte mortalité infantile qui frappait les peuples préhispaniques.

Selon l’archéologue Alejandra Jasso Peña, la majorité de ces enterrements étaient effectués dans de petites fosses distribués dans une cour recouverte d’un sol. Tous les enterrements d’enfants contenaient également une offrande d’objets en terre cuite : encensoirs, flûtes, encensoirs à manches, coupes, vaisselles, pièces de collier en forme d’oiseaux, plats. Certains présentaient des décors de style Aztèque II (noir sur rouge) et Rouge Texcoco.

Les archéologues ont également découvert les restes d’une jeune femme âgée d’environ 25 ans, probablement décédée suite à un accouchement. Elle portait une paire de boucles d’oreilles et un pendentif élaborés à partir de petites pierres en obsidienne de différentes teintes. Ces bijoux indique que la jeune femme appartenait à un groupe important du site.

Un des enfants enterrés à quelques mètres de là était couvert d’une vaisselle un peu plus grande que les autres. Les restes d’un chien avaient été déposés également à ses côtés, probablement pour son symbolisme psychopompe. Une plateforme de 4 x 6 m est également apparue : elle comportait plusieurs crânes perforés verticalement, laissant penser qu’il s’agissait d’un tzompantli différent de ceux qui furent édifiés postérieurement. Lorsque les Mexicas dominèrent la région, les perforations horizontales des crânes devinrent la norme.


Jorge Arturo Talavera González, chercheur également impliqué dans ces fouilles, revient sur la présence de deux coupes à pulque qui contenaient les restes incinérés de crânes humains. En se référant à différentes sources coloniales, on sait que l’incinération était le rituel funéraire d’une certaine élite, évitant ainsi la putréfaction du corps et renforçant l’idée qu’il s’agit d’un quartier de commerçants.

Jasso Peña commente encore que de nombreux enterrements secondaires ont été retrouvés : il s’agit de restes humains qui ont été déplacés de leur tombe originale pour une autre. Plusieurs figurines représentant des déesses de la fertilité et des vases liés aux cultes de Tlaloc et de Quetzalcoatl font également partie de ce contexte.

Bonne nouvelle: étant donné les multiples vestiges mis au jour, la campagne de sauvetage a été prolongée de manière indéterminée, interrompant tous les ouvrages d'art en cours. C'est d'ailleurs le même qui prévaudrait si une découverte importante survenait pendant la construction de la nouvelle entrée du Templo Mayor en centre-ville.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le bulletin en espagnol publié sur le site de l'INAH. Un petit diaporama est également visible sur le même site.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…