Accéder au contenu principal

Les restes d'un quartier tépanèque retrouvés à Azcapotzalco

Des fouilles de sauvetage archéologique entreprises sur l'avenue Aquilés Serdan, dans le quartier Azcapotzalco de la capitale mexicaine, ont permis de recueillir les restes d'une dizaine d'individus, en majorité des enfants, et de constructions. D'après les premières observations, il semblerait qu'il s'agisse des habitations d'une famille de commerçants (pochteca en nahuatl).

Azcapotzalco fut une importante cité de la vallée de Mexico pendant les XIII et XIVe siècle. Cette hégémonie prend fin en 1428 lors d’attaques combinées entreprises par les Huexotzincas, les Texcocas et les Mexicas qui font d’Azcapotzalco un centre secondaire, vassal de Tlacopan, une des villes de la Triple Alliance.

Sous la chapelle Saint Simon érigée par les Espagnols au moment de la conquête, se trouvait un temple indien. Les vestiges, datés d'environ 700 ans, faisaient probablement partie d'un centre civico-cérémoniel de certaine importance. Pour être plus précis, ce sont pour l'instant cinq unités qui sont fouillés depuis environ deux mois. L'une d'entre elles mesuraient 4 m de large pour 22 m de long. C'est là qu'une dizaine d'enterrements a été mise au jour. Les restes étaient assis et disposés dans des linceuls : cela donne un aperçu clair de la forte mortalité infantile qui frappait les peuples préhispaniques.

Selon l’archéologue Alejandra Jasso Peña, la majorité de ces enterrements étaient effectués dans de petites fosses distribués dans une cour recouverte d’un sol. Tous les enterrements d’enfants contenaient également une offrande d’objets en terre cuite : encensoirs, flûtes, encensoirs à manches, coupes, vaisselles, pièces de collier en forme d’oiseaux, plats. Certains présentaient des décors de style Aztèque II (noir sur rouge) et Rouge Texcoco.

Les archéologues ont également découvert les restes d’une jeune femme âgée d’environ 25 ans, probablement décédée suite à un accouchement. Elle portait une paire de boucles d’oreilles et un pendentif élaborés à partir de petites pierres en obsidienne de différentes teintes. Ces bijoux indique que la jeune femme appartenait à un groupe important du site.

Un des enfants enterrés à quelques mètres de là était couvert d’une vaisselle un peu plus grande que les autres. Les restes d’un chien avaient été déposés également à ses côtés, probablement pour son symbolisme psychopompe. Une plateforme de 4 x 6 m est également apparue : elle comportait plusieurs crânes perforés verticalement, laissant penser qu’il s’agissait d’un tzompantli différent de ceux qui furent édifiés postérieurement. Lorsque les Mexicas dominèrent la région, les perforations horizontales des crânes devinrent la norme.


Jorge Arturo Talavera González, chercheur également impliqué dans ces fouilles, revient sur la présence de deux coupes à pulque qui contenaient les restes incinérés de crânes humains. En se référant à différentes sources coloniales, on sait que l’incinération était le rituel funéraire d’une certaine élite, évitant ainsi la putréfaction du corps et renforçant l’idée qu’il s’agit d’un quartier de commerçants.

Jasso Peña commente encore que de nombreux enterrements secondaires ont été retrouvés : il s’agit de restes humains qui ont été déplacés de leur tombe originale pour une autre. Plusieurs figurines représentant des déesses de la fertilité et des vases liés aux cultes de Tlaloc et de Quetzalcoatl font également partie de ce contexte.

Bonne nouvelle: étant donné les multiples vestiges mis au jour, la campagne de sauvetage a été prolongée de manière indéterminée, interrompant tous les ouvrages d'art en cours. C'est d'ailleurs le même qui prévaudrait si une découverte importante survenait pendant la construction de la nouvelle entrée du Templo Mayor en centre-ville.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le bulletin en espagnol publié sur le site de l'INAH. Un petit diaporama est également visible sur le même site.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 297 - Exposición Lakii'n: poderio del oriente maya con Alfredo Barrera Rubio

Esta semana en Raíces recibimos al Dr. Alfredo Barrera Rubio, investigador yucateco reconocido por sus aportes a la arqueología y antropología de este estado. En el caso que nos concierna, el Dr. Barrera Rubio ha sido parte de la curaduría de la exposición Lakii'n: poderio del oriente maya que tiene sede en el Museo del Palacio Cantón, radicado en la ciudad de Mérida.


Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.



Créditos musicales
Referencias bibliográficas
Exposiciones Exposición Lak'iin: poderío del oriente maya, Museo Palacio Cantón, Mérida, Boletín INAH, hasta junio 2017.
Maya, das rätsel der Königsstädte, Historisches Museum der Pfalz, Domplatz, Espira, Alemania, 2/10/2016 - 23/04/2017.

Exposición Milpa, pueblos del maíz, Museo Regional de Querétaro, Querétaro, México, hasta el 5/03/2017.
Exposición Xipe Totec y la regeneración de la vida, Museo del Templo Mayor, Ciudad de México, hasta marzo 2017. 
Exposición Lo de candela: afrodescendien…