Accéder au contenu principal

Un édifice funéraire retrouvé à Atzompa, Oaxaca

Les archéologues pensait jusqu'à présent qu'Atzompa était un petit site satellite de la grande Monte Alban. Force este de constater que ce statut a tendance à évoluer depuis quelques mois. En janvier dernier, nous rapportions la découverte d'un four pour céramiques, montrant la fonction principale de ce site. Déjà en 2009, la mise au jour de différents terrains de jeu de balle sur le site interrogeait les chercheurs.

La récente publication d'une note sur le site de l'INAH conforte ce questionnement plus qu'il ne le résout. Dans le cadre du projet dirigé par la Dr Nelly Robles, les archéologues Enrique García et Jaime Vera fouillent quelques temps l'édifice 6, situé sur la partie nord de la Place B. Ses dimensions atteignent 18,6 m de long pour 24,5 m de profondeur et 6,6 m de haut. Il est adossé à un autre édifice appelé Maison des Autels, très probablement, un résidence réservé à l'élite du site.

C'est en avril dernier que les chercheurs ont détecté la présence de trois chambres funéraires disposés verticalement, l'une sur l'autre. La surprise est que ces tombes sont situés au-dessus du niveau du sol, patron jamais observé jusqu'alors dans la région de Monte Alban.

La chambre 1 est située au centre de la structure tandis que les chambres 2 et 3 ont été construites quasiment au niveau de l'édifice, légèrement en deçà de la première sépulture. Elle mesure 2,5 m de large pour 1,8 m de haut au maximum et 4 m de profondeur. De grandes pierres plates forment un toit voûté reposant sur des murs en pierre et présentant quelques vestiges de stuc. Des niches sont visibles de chaque côté de la voûte.

La chambre 2 mesure 4 m de profondeur et son accès a seulement 1 m2 de surface. Le toit plat est formé de grandes pierres plates taillés. Des peintures murales ornent les parois : une cénèphe encadrée par deux lignes bleus reprend des motifs géométriques (I, disques jaunes tâchetés de trois points et à trois rayures, disques blancs). Leur signification n'est pas bien claire pour l'instant. Il pourrait toutefois s'agir de références au terrain de jeu de balle dont la forme en I est fréquemment utilisée. Les disques jaunes et tâchés de noir pourrait avoir un rapport. La dernière forme est plus problématique: s'agit-il d'un disque solaire comme le propose García ou d'une balle ? Les deux ne sont pas incompatibles. Il semblerait que différents glyphes ont été peints avant d'être rayés.

D'ailleurs ce signe de destruction et de mutilation n'est pas extraordinaire. Comme nous l'avons récemment vu à El Zotz, les peuples mésoaméricains avaient l'habitude de considérer les temples comme des être vivants. Différents tessons de céramiques semblent indiquer que cette structure a été rituellement détruites peu avant l'abandon de la cité, vers 850 à 900.

Pour le moment les tombes ont été datées entre IIIB-IV de Monte Albán, soit entre 650 et 850 de notre ère. Mais le mobilier funéraire et les matériaux découverts au moment de creuser un puits de sondage seront prochainement analysés par un laboratoire de l'université, une fois la convention signée entre l'INAH et cette institution. En effet les restes d'un individu jeune et d'un canidé ont pu être extraits. Des restes céramiques, un petit metate, un os de tortue, un fragment de coquillage et une carapace travaillés et une perle en jade feront également l'objet d'études plus poussées.

Afin de vous rendre mieux compte de la découverte, vous pouvez regarder cette vidéo disponible sur la chaîne INAHTV.

Un diaporama est également consultable sur le site de l'INAH. Le bulletin espagnol est en version intégrale au même endroit. Nous suivrons cette actualité avec intérêt puisque les fouilles systématiques de la chambre 3 viennent de démarrer et un orifice a déjà permis l'observation d'un toit voûté et de fragments de peinture murale.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…