Accéder au contenu principal

Quelques outils basiques pour apprendre l'épigraphie maya

Profitons du calme régnant dans le milieu archéologique mésoaméricain pour approfondir nos connaissances. Lorsqu'il m'a fallu préparer mon cours sur les Mayas pour le Museo de Historia Mexicana de Monterrey, je devais trouver des dynamiques amusantes et accessibles à un public hétéroclite mais avide de connaissances.

Je ne suis pas à proprement parler un mayiste et encore moins un épigraphiste. En France, nous disposons d'excellents chercheurs dans ce domaine comme Ramzy Barrois. En Europe en général, nous disposons d'excellent spécialistes comme Erik Boot, Nikolaï Grube ou Sven Gronemeyer. De l'autre côté de l'océan, l'école américaine n'est pas en reste si on considère des personnalités comme Stephen Houston, David Stuart, Mark Van Stone et consorts. Même chose au Mexique où un chercheur comme Erik Velazquez fait figure d'autorité, tout comme Guillermo Kantun ou Manuel Chavez.

Pour en revenir à nos moutons, j'ai été confronté au besoin d'enseigner rapidement à mes étudiants les glyphes-emblèmes, ceux des calendriers, certains glyphes-titres et quelques actions... Comment faire alors que je n'avais que des connaissances que limitées. Comme dit l'adage : "C'est en apprenant qu'on enseigne". Où pouvais-je trouver des références qui puisse m'expliquer simplement ce que j'allais devoir moi-même enseigner ensuite ? Mes premières recherches sur la Toile m'ont rapidement conduit à deux sites que je connais et qui sont référencés dans la section Investigations de ce carnet : FAMSI et WAYEB.

En fouillant les différentes ressources pédagogiques disponibles gratuitement sur les deux sites, je suis tombé sur plusieurs ouvrages anglophones disponibles gratuitement en format pdf. A la fin de chaque référence, vous trouverez une notation allant du plus accessible au plus difficile.
Etant donné mes besoins pour le cours, je me suis surtout reporté sur les ouvrages de Mark Pitts et d'Inga Calvin, qui sont des adaptations et des versions simplifiées d'ouvrages plus complexes. Ils forment une excellente mise en jambe avant de s'attaquer à des travaux plus complets et plus conséquents. 

Et vous, chers lecteurs, que recommanderiez-vous ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Codex de Florence disponible en haute résolution

La Bibliothèque Numérique Mondiale est une alternative intéressante à la diffusion du patrimoine littéraire universel. C'est dans ce cadre que la Bibliotèque laurentienne a autorisé la numérisation de cet ouvrage si important pour les chercheurs sur le Mexique ancien. Il est désormais possible de consulter électroniquement le texte bilingue nahuatl-castillan et les illustrations qui accompagnaient chaque livre.

Bonne lecture !

Références :
Bernardino de Sahagún (2012). Codex de Florence . [En ligne] Disponible sur : http://www.wdl.org/fr/item/10096/#q=Codex+de+Florence&view_type=list&search_page=1&qla=fr. [Dernier accès 02/09/2013].

Les isotopes au top : vers une identification géogénétique de prisonniers de guerre mayas à Uxul

La vision romantique que certaines personnes peuvent encore avoir est belle et bien révolue: "grands astronomes, pacifistes et" sont souvent des épithètes qui reviennent dans l'imagerie populaire et les bouches des guides touristiques pour répéter ad libidum une image d'Épinal surfaite et mal venue. Les éléments que nous résumons dans les lignes suivantes pourront paraître crues, voir cruellement contemporaines. Ne croyez pas que nous en réjouissons : elle révèle simplement que la violence peut également être ritualisée. Maintenant que notre lectorat a été averti, entrons dans le vif du sujet, si nous pouvons parler ainsi. 

En 2013, l'Université de Bonn rapportait la découverte d'une cavité artificielle à Uxul, site maya situé actuellement dans l'état mexicain de Campeche. Appelé chultun, ce puits faisait partie d'un réseau de points d'eau artificiel qui récupérait les eaux de pluie. Le projet archéologique, dirigé par Nikolai Grube avait pu mettre…

Raíces 326 - Exposiciones en el Museo Maya de Cancún con Ximena Arrellano

Esta semana en Raíces recibimos a la historiadora Ximena Arrellano, coordinadora de eventos en el Museo Maya Cancún. Con ella, presentamos una doble exposición albergada en este recinto cultura ubicado en la zona hotelera de la ciudad quintanarooense: La ofrenda a Xochipilli. Entre luces llega y canta el sol y Sangre para los dioses. El sacrificio en la visión de los mayas y de los mexicas.



Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.


Créditos musicales
Estrellas del Bicentenario - Quintana RooHombres de maíz - Son de fiesta (Chiapas)
Referencias bibliográficas Aguilera, C. (2004). Xochipilli dios solar. Estudios de cultura náhuatl, 35, 69-74. [archivo pdf] recuperado de http://www.historicas.unam.mx/publicaciones/revistas/nahuatl/pdf/ecn35/706.pdf
Campos, N. G. T. (2014). La sustitución en los ritos de sacrificio. Antropología Experimental, (5). [archivo pdf] recuperado de http://revista.ujaen.es/huesped/rae/articulos2005/taipe2005.pdf
Díaz, D. (199…