Accéder au contenu principal

Quelques outils basiques pour apprendre l'épigraphie maya

Profitons du calme régnant dans le milieu archéologique mésoaméricain pour approfondir nos connaissances. Lorsqu'il m'a fallu préparer mon cours sur les Mayas pour le Museo de Historia Mexicana de Monterrey, je devais trouver des dynamiques amusantes et accessibles à un public hétéroclite mais avide de connaissances.

Je ne suis pas à proprement parler un mayiste et encore moins un épigraphiste. En France, nous disposons d'excellents chercheurs dans ce domaine comme Ramzy Barrois. En Europe en général, nous disposons d'excellent spécialistes comme Erik Boot, Nikolaï Grube ou Sven Gronemeyer. De l'autre côté de l'océan, l'école américaine n'est pas en reste si on considère des personnalités comme Stephen Houston, David Stuart, Mark Van Stone et consorts. Même chose au Mexique où un chercheur comme Erik Velazquez fait figure d'autorité, tout comme Guillermo Kantun ou Manuel Chavez.

Pour en revenir à nos moutons, j'ai été confronté au besoin d'enseigner rapidement à mes étudiants les glyphes-emblèmes, ceux des calendriers, certains glyphes-titres et quelques actions... Comment faire alors que je n'avais que des connaissances que limitées. Comme dit l'adage : "C'est en apprenant qu'on enseigne". Où pouvais-je trouver des références qui puisse m'expliquer simplement ce que j'allais devoir moi-même enseigner ensuite ? Mes premières recherches sur la Toile m'ont rapidement conduit à deux sites que je connais et qui sont référencés dans la section Investigations de ce carnet : FAMSI et WAYEB.

En fouillant les différentes ressources pédagogiques disponibles gratuitement sur les deux sites, je suis tombé sur plusieurs ouvrages anglophones disponibles gratuitement en format pdf. A la fin de chaque référence, vous trouverez une notation allant du plus accessible au plus difficile.
Etant donné mes besoins pour le cours, je me suis surtout reporté sur les ouvrages de Mark Pitts et d'Inga Calvin, qui sont des adaptations et des versions simplifiées d'ouvrages plus complexes. Ils forment une excellente mise en jambe avant de s'attaquer à des travaux plus complets et plus conséquents. 

Et vous, chers lecteurs, que recommanderiez-vous ?

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…