Accéder au contenu principal

Sur la domestication du dindon ocelé en territoire maya

Le dindon ocelé, est une volaille originaire d'Amérique centrale: il est particulièrement visible au Yucatan. Il ne faut pas le confondre avec son voisin nord-américain le dindon sauvage d'Amérique du Nord (Meleagris gallopavo). Si sa consommation nous semble ordinaire et quotidienne, il ne faut pas oublier ses racines d'outre-Atlantique et particulièrement d'Amérique centrale.  Il faisait naturellement partie des gibiers chassés apportant des quantités protéiniques et énergétiques non négligeables. Sa domestication progressive a sans nul doute permis d'améliorer le quotidien de nombreuses populations, évitant de dépendre ainsi des résultats aléatoires de la chasse et facilitant la sédentarisation de certains groupes. Rappelons que les anciens peuples mésoaméricains ou andins ne disposait pas de bétail (ovin, porcin ou bovin), ce dernier étant introduit avec l'arrivée des Espagnols.


Dindon ocellé (Agriocharis Ocellata)
Photo: George Harrison. Disponible le 9/08/2012 sur :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bd/Meleagris_ocellata1.jpg/800px-Meleagris_ocellata1.jpg 

Erin Thornton, chercheuse associée au Florida Museum of Natural History et au Trent University Archaeological Research Centre, a récemment participé à une publication présentant les résultats d'analyses effectuées sur des os fossilisés de dindon sauvage, retrouvés dans les années 80 sur le site maya d'El Mirador, au Peten guatémaltèque.

Tout semble indiquer que le dindon aurait pu être consommé sous forme domestiquée dès le Préclassique tardif, soit entre 300 et 100 après Jésus-Christ. La présence de dindon sauvage d'Amérique du nord tend à montrer des traces d'échanges commerciaux entre le nord de la Mésoamérique et cette partie de la zone maya. Mais elle fait surtout reculer l'hypothèse d'une domestication de l'animal de plus de 1000 ans...

Nicolas Latsanopoulos a récemment publié une étude iconographique sur cet animal. Selon lui, cette découverte laisse cependant en suspens de nombreuses questions. Je cite un extrait d'une conversation électronique que nous avons eu à propos de cette annonce :

Le problème est de savoir s'il s'agit d'un spécimen sauvage ou domestiqué, puisqu'il n'existe aucun critère discriminant au niveau de la morphologie. [...] la question de savoir si les Mayas possédaient leurs propres "cheptels" de dindons domestiques reste ouverte (et il faut tenir compte qu'ils pouvaient être aussi bien approvisionnées en dindons sauvages qu'en dindons domestiques, ce qui ne simplifie par l'affaire).

En bref, l'hypothèse proposée semble bien mince. Pour en savoir plus, veuillez consulter l'information sur le site de l'Université de Floride : http://www.eurekalert.org/pub_releases/2012-08/uof-urd080812.php .

Vous pouvez également retrouver l'article complet sur le portail PLOS
Thornton EK, Emery KF, Steadman DW, Speller C, Matheny R, et al. (2012) "Earliest Mexican Turkeys (Meleagris gallopavo) in the Maya Region: Implications for Pre-Hispanic Animal Trade and the Timing of Turkey Domestication". PLoS ONE 7(8): e42630. doi:10.1371/journal.pone.0042630 . Disponible le 9/08/2012 sur : http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0042630?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+plosone%2FPLoSONE+%28PLoS+ONE+Alerts%3A+New+Articles%29 .

Sur le thème du dindon, vous pouvez également chercher une petite étude iconographique effectuée par Nicolas Latsanopoulos en contexte teotihuacain.

Latsanopoulos, N. (2011) "De chair et de plumes : données sur le symbolisme du dindon dans la culture Aztéque". N. Ragot, S. Peperstraete et G. Olivier (éds.), La quête du serpent à plumes : arts et religions de l'Amérique précolombienne : hommage à Michel Graulich. Turnhout: Brepols / Paris : Ecole Pratique des Hautes Etudes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Découverte de vestiges teotihuacains dans le Bois de Chapultepec

Si vous visitez le Musée National d'Anthropologie, vous traverserez l'avenue Reforma pour vous promener dans le Bois de Chapultepec. C'est là que vous pourrez connaître le château homonyme, qui fut la résidence de l'empereur Maximilien et de son épouse Charlotte. Mais Chapultepec abrite une longue histoire qui se matérialise par une zone archéologique polygonale. Un bulletin de l'INAH fait le point sur des fouilles en cours depuis 2009. Lourdes Camacho López, en charge du projet Bosque, cerro y castillo de Chapultepec a donc présenté les restes d'un hameau teotihuacain au pied du château, dont les signes d'une double occupation remontant entre 220 et 650 de notre ère. 

Trois fronts de fouilles ont été ouverts desquels deux ont révélé des vestiges de singulière importance à moins de 30 cms de la surface actuelle du sol. C'est au nord-ouest de ce la zone archéologique qu'un mur double a été découvert sous une plateforme rectangulaire. Des fragments de …

Quand un projet de restauration devient un projet de fouilles à Palenque

Après le séisme révélateur d'une structure antérieure à Teopanzolco, c'est un chantier de restauration qui permet de nouvelles découvertes à Palenque, Chiapas. Inutile de décrire longuement ce site chiapanèque inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO. Nous vous invitons d'ailleurs à consulter nos billets avec l'étiquette correspondante et à écouter les prochains programmes de Raíces sur Radio UDEM pour en savoir plus pour vous en faire une idée plus complète.

Revenons pour l'heure à cette annonce faite personnellement par le directeur général de l'INAH, Diego Prieto, qui aura pu se mettre du baume au cœur après les critiques persistantes sur sa continuité à la tête de l'institution octogénaire. 

Résumons dans un premier le contexte des restaurations entreprises à Palenque. Le Palais du Gouverneur et les maisons qui le composent sont actuellement dans une première phase de restaurations payées par l'ambassade des États-Unis au M…