Accéder au contenu principal

Sur la domestication du dindon ocelé en territoire maya

Le dindon ocelé, est une volaille originaire d'Amérique centrale: il est particulièrement visible au Yucatan. Il ne faut pas le confondre avec son voisin nord-américain le dindon sauvage d'Amérique du Nord (Meleagris gallopavo). Si sa consommation nous semble ordinaire et quotidienne, il ne faut pas oublier ses racines d'outre-Atlantique et particulièrement d'Amérique centrale.  Il faisait naturellement partie des gibiers chassés apportant des quantités protéiniques et énergétiques non négligeables. Sa domestication progressive a sans nul doute permis d'améliorer le quotidien de nombreuses populations, évitant de dépendre ainsi des résultats aléatoires de la chasse et facilitant la sédentarisation de certains groupes. Rappelons que les anciens peuples mésoaméricains ou andins ne disposait pas de bétail (ovin, porcin ou bovin), ce dernier étant introduit avec l'arrivée des Espagnols.


Dindon ocellé (Agriocharis Ocellata)
Photo: George Harrison. Disponible le 9/08/2012 sur :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bd/Meleagris_ocellata1.jpg/800px-Meleagris_ocellata1.jpg 

Erin Thornton, chercheuse associée au Florida Museum of Natural History et au Trent University Archaeological Research Centre, a récemment participé à une publication présentant les résultats d'analyses effectuées sur des os fossilisés de dindon sauvage, retrouvés dans les années 80 sur le site maya d'El Mirador, au Peten guatémaltèque.

Tout semble indiquer que le dindon aurait pu être consommé sous forme domestiquée dès le Préclassique tardif, soit entre 300 et 100 après Jésus-Christ. La présence de dindon sauvage d'Amérique du nord tend à montrer des traces d'échanges commerciaux entre le nord de la Mésoamérique et cette partie de la zone maya. Mais elle fait surtout reculer l'hypothèse d'une domestication de l'animal de plus de 1000 ans...

Nicolas Latsanopoulos a récemment publié une étude iconographique sur cet animal. Selon lui, cette découverte laisse cependant en suspens de nombreuses questions. Je cite un extrait d'une conversation électronique que nous avons eu à propos de cette annonce :

Le problème est de savoir s'il s'agit d'un spécimen sauvage ou domestiqué, puisqu'il n'existe aucun critère discriminant au niveau de la morphologie. [...] la question de savoir si les Mayas possédaient leurs propres "cheptels" de dindons domestiques reste ouverte (et il faut tenir compte qu'ils pouvaient être aussi bien approvisionnées en dindons sauvages qu'en dindons domestiques, ce qui ne simplifie par l'affaire).

En bref, l'hypothèse proposée semble bien mince. Pour en savoir plus, veuillez consulter l'information sur le site de l'Université de Floride : http://www.eurekalert.org/pub_releases/2012-08/uof-urd080812.php .

Vous pouvez également retrouver l'article complet sur le portail PLOS
Thornton EK, Emery KF, Steadman DW, Speller C, Matheny R, et al. (2012) "Earliest Mexican Turkeys (Meleagris gallopavo) in the Maya Region: Implications for Pre-Hispanic Animal Trade and the Timing of Turkey Domestication". PLoS ONE 7(8): e42630. doi:10.1371/journal.pone.0042630 . Disponible le 9/08/2012 sur : http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0042630?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+plosone%2FPLoSONE+%28PLoS+ONE+Alerts%3A+New+Articles%29 .

Sur le thème du dindon, vous pouvez également chercher une petite étude iconographique effectuée par Nicolas Latsanopoulos en contexte teotihuacain.

Latsanopoulos, N. (2011) "De chair et de plumes : données sur le symbolisme du dindon dans la culture Aztéque". N. Ragot, S. Peperstraete et G. Olivier (éds.), La quête du serpent à plumes : arts et religions de l'Amérique précolombienne : hommage à Michel Graulich. Turnhout: Brepols / Paris : Ecole Pratique des Hautes Etudes.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Curieuses découvertes au pied de la Pyramide de la Lune à Teotihuacan

Dans un bulletin publié hier sur le site de l'INAH, Verónica Ortega, sous-directrice de la zone archéologique de Teotihuacan, a annoncé une série de découvertes troublantes reprises dans différents médias mexicains comme la Jornada, Milenio ou El Universal. Cette partie du site est d’ailleurs le pré carré de la chercheuse mexicaine, elle qui fut notamment en charge de la supervision du Palais de Quetzalpapalotl.



“La nature a horreur du vide”, disait Aristote. Force est de constater que le vide était abhorré dans la cosmovision mésoaméricaine. En plus de cent années d’exploration à Teotihuacan, la place située au pied de la Pyramide de la Lune n’a été sondée et fouillée superficiellement que dans les années 1960 ! La Structure A qui la ferme au nord est pourtant en train de révéler des secrets trop longtemps gardés. Mesurant 25 m de côté, cette structure continue de générer de nombreuses interprétations et de polémiques entre spécialiste. Elle est composée en surface d’une dizaine …

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement le monument le plus représenté et le plus publié sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnu comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts sompteux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.


Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante à El Pañhü, Hidalgo, ou à Teteles de Ocotit…

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…