Accéder au contenu principal

Sur la domestication du dindon ocelé en territoire maya

Le dindon ocelé, est une volaille originaire d'Amérique centrale: il est particulièrement visible au Yucatan. Il ne faut pas le confondre avec son voisin nord-américain le dindon sauvage d'Amérique du Nord (Meleagris gallopavo). Si sa consommation nous semble ordinaire et quotidienne, il ne faut pas oublier ses racines d'outre-Atlantique et particulièrement d'Amérique centrale.  Il faisait naturellement partie des gibiers chassés apportant des quantités protéiniques et énergétiques non négligeables. Sa domestication progressive a sans nul doute permis d'améliorer le quotidien de nombreuses populations, évitant de dépendre ainsi des résultats aléatoires de la chasse et facilitant la sédentarisation de certains groupes. Rappelons que les anciens peuples mésoaméricains ou andins ne disposait pas de bétail (ovin, porcin ou bovin), ce dernier étant introduit avec l'arrivée des Espagnols.


Dindon ocellé (Agriocharis Ocellata)
Photo: George Harrison. Disponible le 9/08/2012 sur :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bd/Meleagris_ocellata1.jpg/800px-Meleagris_ocellata1.jpg 

Erin Thornton, chercheuse associée au Florida Museum of Natural History et au Trent University Archaeological Research Centre, a récemment participé à une publication présentant les résultats d'analyses effectuées sur des os fossilisés de dindon sauvage, retrouvés dans les années 80 sur le site maya d'El Mirador, au Peten guatémaltèque.

Tout semble indiquer que le dindon aurait pu être consommé sous forme domestiquée dès le Préclassique tardif, soit entre 300 et 100 après Jésus-Christ. La présence de dindon sauvage d'Amérique du nord tend à montrer des traces d'échanges commerciaux entre le nord de la Mésoamérique et cette partie de la zone maya. Mais elle fait surtout reculer l'hypothèse d'une domestication de l'animal de plus de 1000 ans...

Nicolas Latsanopoulos a récemment publié une étude iconographique sur cet animal. Selon lui, cette découverte laisse cependant en suspens de nombreuses questions. Je cite un extrait d'une conversation électronique que nous avons eu à propos de cette annonce :

Le problème est de savoir s'il s'agit d'un spécimen sauvage ou domestiqué, puisqu'il n'existe aucun critère discriminant au niveau de la morphologie. [...] la question de savoir si les Mayas possédaient leurs propres "cheptels" de dindons domestiques reste ouverte (et il faut tenir compte qu'ils pouvaient être aussi bien approvisionnées en dindons sauvages qu'en dindons domestiques, ce qui ne simplifie par l'affaire).

En bref, l'hypothèse proposée semble bien mince. Pour en savoir plus, veuillez consulter l'information sur le site de l'Université de Floride : http://www.eurekalert.org/pub_releases/2012-08/uof-urd080812.php .

Vous pouvez également retrouver l'article complet sur le portail PLOS
Thornton EK, Emery KF, Steadman DW, Speller C, Matheny R, et al. (2012) "Earliest Mexican Turkeys (Meleagris gallopavo) in the Maya Region: Implications for Pre-Hispanic Animal Trade and the Timing of Turkey Domestication". PLoS ONE 7(8): e42630. doi:10.1371/journal.pone.0042630 . Disponible le 9/08/2012 sur : http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0042630?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+plosone%2FPLoSONE+%28PLoS+ONE+Alerts%3A+New+Articles%29 .

Sur le thème du dindon, vous pouvez également chercher une petite étude iconographique effectuée par Nicolas Latsanopoulos en contexte teotihuacain.

Latsanopoulos, N. (2011) "De chair et de plumes : données sur le symbolisme du dindon dans la culture Aztéque". N. Ragot, S. Peperstraete et G. Olivier (éds.), La quête du serpent à plumes : arts et religions de l'Amérique précolombienne : hommage à Michel Graulich. Turnhout: Brepols / Paris : Ecole Pratique des Hautes Etudes.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…