Accéder au contenu principal

Arqueología Mexicana 109

Un très beau numéro que la dernière publication de Raices-INAH. Au programme de ce bimestre, un sujet difficile à résumer en si peu de pages : les Nahuas.


Grâce à des auteurs aussi réputés que Miguel León-Portilla, son épouse Ascensión Hernández, Xavier Noguez ou Patrick Johansson, il était difficile de trouver meilleur casting pour nous parler du peuple indigène dont la langue est la plus parlé au Mexique.

Le dossier propose une vision englobant des axes d'études très distincts pour avoir une vision générale des Nahuas. En premier, Miguel León-Portilla présente rapidement le développement de cette culture à travers le temps et l'espace mexicain. Son épouse résume ensuite les aspects et l'évolution de la langue nahuatl. Suit un article de Noguez sur la production des codex nahuas dans le centre du Mexique. Patrick Johansson poursuit ce travail en présentant les principaux écrits coloniaux et modernes (comme la Constitution de 1857 et les ordonnances de l'empereur Maximilien de Habsbourg). Natalio Hernandez nous donne une vision contemporaine des Nahuas, en montrant comment le territoire de cette langue et de cette culture s'étend un peu plus mais n'en est pas moins menacée.

En complément du dossier principal, on pourra lire les résultats d'une étude d'anthropologie physique et plus particulière de paléopathologie sur deux corps retrouvés sous l'ex-couvent de San Jeronimo, au DF. Ces squelettes de l'époque vice-royale ont révélé des maladies osseuses aux origines surprenante. Les paléopathologues ont ainsi déterminé que l'une des deux femmes avait probablement souffert d'un cancer du sein dont les métastases avaient gagné d'autres parties du corps et de son squelette. L'autre femme souffrait pour sa part d'ostéopéquilose. D'ailleurs pour plus d'informations sur la paléopathologie et ses applications pratiques, faites un tour sur le carnet de Bertrand (encore un !) Mafart ou sur son site internet.

On remarquera aussi la première reproduction de la Descripción de Monumentos antiguos Mexicanos, oeuvre rédigée par Guillaume Dupaix et illustrée par José María Polanco. Publié en 1794, cet ouvrage présentait alors sert toujours de référence pour les anthropologues spécialistes du Templo Mayor, puisque on peut retrouver. Dans un article historiographique sur ce livre Leonardo López Luján propose de comparer les commentaires de Dupaix et les dessins de Polanco avec les photographies des monuments conservés pour la plupart. C'est ainsi qu'on apprend que le serpent à plumes de Santa Cecilia Acatitlan n'était pas décapitée. López Luján explique également que la tête avait été retrouvée récemment dans les réserves du Museo Nacional de Antropología et avait retrouvé son corps, lors d'une récente restauration.


Vue supérieure du serpent à plumes de Santa Cecila Acatitlan,
Pierre volcanique, Mexica, Postclassique.
Photo B. LOBJOIS, prise le 28 décembre 2007.


Qui plus est, une petite carte du centre historique agrémentée des différents monuments présentés par Dupaix permettent de situer rapidement l'emplacement actuel de leur découverte.

Pour les olméquistes, on pourra lire un article de John Garwood Hodgson et Emiliano Gallaga Murrieta décrivant le Monument 3 du site de Ojo de agua, situé sur la côte chiapanèque, à plusieurs centaines de kilomètres de ce qui est considéré habituellement la zone olmèque. L'analyse de ce monument est l'occasion d'en savoir un peu plus sur un site ancien et méconnu.

Terminons avec les deux documents proposés par Manuel Hermann Lejarazu et Xavier Noguez. Le premier nous rapporte les aventures tumultueuse du Codex Tulane tandis que le second décortique le Codex de Jilotepec.

De quoi bien se documenter avant la prochaine livrée sur la royauté maya, prévue en juillet.
Enhanced by Zemanta
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Compte-rendu Arqueología mexicana 142

Arqueología mexicana nous propose une réflexion très complète et bien ficelée dans son numéro de novembre-décembre. A première vue, parler de législation pourrait paraître peu lié à ce qui constitue la raison même de la revue co-éditée par l’INAH et l’éditeur Raíces. Cependant il s’agit d’un thème qui nous plonge au coeur du mode de vie des peuples préhispaniques et l’adaptation de ces systèmes à celui importé du royaume de Castille et León.




Le dossier thématique contient huit articles. Dans le premier, rédigé par Carlos Brokmann, il est question de la diversité des systèmes juridiques dans l’ancien Mexique. Un point commun est qu’il s’agit de systèmes de lois reposant sur la tradition orale, répondant à une punition correspondant à chaque acte s’éloignant de la coutume ou de la conduite enfreinte. Si la majorité des documents font surtout référence aux lois et au système juridiques des Mexicas, il serait inapproprié que tous avaient la même organisation ou les mêmes règles de vie soci…

Décès du mayiste Erik Boot

Le nom d'Erik Boot ne vous est probablement pas très familier. Anthropologue néerlandais, diplômé de l'Université de Leyden et épigraphiste très doué, Boot était notamment un chercheur indépendant et un carnetier passionné : il en rédigeait trois en anglais depuis plus d'une dizaine d'années.

Maya News Update, un carnet présentant différentes actualités sur les groupes mayas préhispaniques.Ancien Mesoamerica News Update, carnet d'informations sur les découvertes concernant les anciennes cultures du Mexique et d'Amérique centrale.Maya Glyph Blog, un dernier carnet contenant les différentes propositions épigraphiques de Boot.Ses derniers billets concernaient une exposition sur les Mayas que le gouvernement guatémaltèque avait envoyé aux Pays-Bas en début d'année.
Mais Erik Boot n'était pas qu'un simple carnetier. Il avait notamment publié une quarantaine d'articles et d'essais qu'on peut retrouver sur la page Academia.edu. Comme tout bon may…