Accéder au contenu principal

Holtun, Peten, une fausse vraie découverte

Sur le site du quotidien espagnol El Mundo, on peut lire cette brève qui reprend une annonce faite par le National Geographic.
Des archéologues dirigés par Brigitte Kovacevich ont annoncé la cartographie d'un site jusque alors inconnu de la communauté mésoaméricaniste. Nommé Holtun, "Tête de pierre", ce site n'est pas tout à fait méconnu. A la lecture du papier proposé par NG, les populations locales avaient signalé dès la fin des années 1990 que quelque chose de grand était caché sous les certains monticules. Suite à une cartographie en trosi dimension effectuée par GPS, l'équipe de Kovacevich a repéré une centaines de bâtiments, incluant une pyramide, un terrain de jeu de balle, un observatoire astronomique et des maisons en pierre. L'utilisation de ce matériau était souvent réservé à l'élite d'une cité.

Le toponyme Holtun a été attribué par les archéologues en raison des grands masques de stuc qui ont été retrouvés dans la pyramide. Pour Kathryn Reese-Taylor, mayiste à l'University of Calgary, Holtun permettra d'améliorer nos connaissances sur la vie quotidienne dans des villes mayas secondaires. En l'occurence Holtun s'est développée dans l'ombre de Tikal dont elle dépendait.

Si Holtun n'a jamais été fouillée de manière scientifique, elle n'en a pas moins été victime de pillages si on en juge la légende de la photo publiée dans l'article de National Geographic.


L'archéologue Brigitte Kovacevich à l'entrée d'un tunnel de pilleurs.
Holtun, Peten, Guatemala, Maya, Préclassique-Classique.
Photo Michael G. Callaghan, retrouvée le 05/05/2011 sur :

Bref, le titre tapageur de National Geographic est à relativiser. Si Holtun n'était pas officiellement connu des archéologues, d'autres personnes en ont vent, détruisant un patrimoine dont le contexte est perdu et ne pourra pas être retrouvé.

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Découverte d'une structure sous le temple double de Teopanzolco, Morelos

Les séismes qui frappent l'axe volcanique le centre du Mexique font partie de la vie quotidienne de ses habitants depuis que l'homme parcourt cette partie du pays. Pleinement intégrés à la conception du monde et de l'univers par les anciens aztèques sous la forme du glyphe ollin, les séismes comme ceux qui causèrent mort et destruction le 19 septembre 1985 et le 19 septembre 2017 font aussi ressurgir le passé de manière imprévue. Ce fut le cas en 2006 avec la découverte du monolithe de Tlaltecuhtli et des dizaines d'offrandes qui l'accompagnaient sous l'édifice des Ajauracas, dans le centre de México.



Ce fut le cas également il y a quelques mois, suite au profond séisme l'automne dernier dont l'épicentre se trouvait à la frontière des états de Morelos, Puebla et Oaxaca. Lors d'une conférence de presse organisée par la déléguée du Centre INAH Morelos sur le site, Campos Goenaga, les archéologues Bárbara Konieczna, responsable de la zone archéologique …

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…