Accéder au contenu principal

Inauguration de l'exposition Mayas : de l'aube au crépuscule

Aujourd'hui, les présidents français et guatémaltèque vont inaugurer une exposition qui mettra sans doute du baume au coeur après l'annulation de l'Année du Mexique en France. En effet, suite à la guerre diplomatique entre ces deux pays, deux expositions (l'une à Saint Romain sur les cultures du Veracruz et l'autre à la Pinacothèque de Paris sur les masques mayas en jadéite) ont tout simplement été supprimées.



Mais pour les amateurs des Mayas, n'oublions pas que les frontières politiques actuelles n'étaient pas les mêmes à l'époque préhispanique, notamment au cours du Classique. C'est donc grâce à différents mécènes privés guatémaltèques (plus intéressés par le développement touristique de leur pays que par la sauvegarde de leur patrimoine) que le public français pourra connaître l'ancienne cité d'El Mirador.

Hébergée au Musée du Quai Branly jusqu'au 2 octobre prochain, l'exposition a commencé à susciter l'intérêt des médias. C'est ainsi que Le Monde Diplomatique s'est fendu d'un article dénonçant la mainmise d'un lobby d'entrepreneurs sur les fouilles entreprises à El Mirador par l'archéologue américain Richard Hansen et les découvertes qui y ont été faites. Un autre papier, publié dans Le Monde Magazine et disponible en ligne, revient sur les fouilles entreprises par une équipe franco-guatémaltèque dirigée par Dominique Michelet et Philippe Nondedeo, chercheurs à l'UMR 8096 Archéologie des Amériques, sur le site de Naachtun.

On pourra les entendre parler de leurs découvertes lors du colloque organisé par la même UMR 8096 et le Musée du Quai Branly les 1er et 2 juillet prochains au théâtre Claude Lévi-Strauss. Ils ne seront pas les seuls gros poissons à figurer parmi les locuteurs reconnus dans leur domaine. Le Musée du Quai Branly a d'ores et déjà mis en ligne le programme du colloque, disponible en format pdf. On y retrouve l'archéologue et ministre guatémaltèque de la culture, le Dr Escobedo, assidu de Facebook, le vétéran américain Arthur Demarest, l'inventeur de San Bartolo William Saturno, l'épigraphe David Freidel, l'équipe française du Projet La Joyanca dirigé par Marie-Charlotte Arnauld, l'Américain Stephen Houston, la germanophone Crista Schieber qui travaille sur T'akalik Ab'aj, etc. Bref, que du beau monde pour un événement académique qui n'a que trop rarement lieu, si on prend en compte les Journées d'Etudes Mayas réalisées en décembre 2009 à Paris.

Ce colloque essaiera autant de proposer des raisons à l' "effondrement généralisé" des cités mayas, dixit Dominique Michelet,  que les manières selon laquelle elles ont pu être abandonnées. En effet, si beaucoup ont révélé des marques d'incendies et de destruction, d'autres semblent avoir sciemment été délaissées par leurs habitants. C'est ce que Philippe Nondedeo explique à propos de Naachtun. Son équipe a dégagé une pyramide inachevée haute de 15 mètres mais elle n'a ni escalier, ni temple au sommet. Cependant les habitants de Naachtun ont pris le temps de déposer rituellement une offrande d'abandon faite de coquillages spondyles dans un récipient en céramique.

Si nous recommandons à nos lecteurs de voir cette exposition et de participer au colloque qui l'accompagnera dans les prochains jours, nous lui recommanderons une certaine prudence afin de ne pas céder à des sirènes touristiques trop tentatrices qui ne défendent que certaines personnes et certainement pas les intérêts des communautés mayas sur place. Pour se préparer à la visite, le Musée du Quai Branly a mis à disposition des internautes une bibliographie en français des ouvrages disponibles sur les Mayas. Pensez également à visiter le site de la FARES (Foundation for Anthropological Research and Environmental Studies).

Bonne visite et intelligente visite !
Enhanced by Zemanta
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…