Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana Hors-série 30 partie 2

Aujourd'hui nous vous proposons de terminer la revue et commentaire du hors-série 30 de la revue Arqueología Mexicana.


Nous avons omis deux pages occupées par différents inserts. Dans un premier, Tena détaille chaque fête du xiuhpohualli puis du tonalpohualli en donnant sa traduction et les dieux auxquels on rendait hommage. Puis dans un deuxième insert, on peut voir un plan de l'enceinte cérémoniel de Tenochtitlan. Ce dernier document, réalisé à partir des reconstitutions de Marquina, est empreint d'erreurs. Les découvertes archéologiques dans les 20 dernières années n'ont pas été prises en compte, comme le montre l'oubli de l'édifice des Aigles (cf. López Luján, 2006) ou la mauvaise orientation du temple de Tezcatlipoca (cf. Matos Moctezuma, 1999).

Revenons au texte principal où Tena rappelait les 13 niveaux célestes et les 8 strates de l'inframonde présentés dans le Codex Vaticanus A et dans l'Historía de Los Mexicanos por sus Pinturas. Il explique ensuite les différents ensuite les différents points cardinaux en les reliant à une couleur et à un signe d'année, s'inspirant ainsi des travaux de Matos Moctezuma et de López Austin sans toutefois les nommer.

Vient un cinquième point important avec la place de l'homme dans la religion mexica. C'est ainsi que Neta relate l'origine de l'humanité. Puis il s'intéresse à l'activité religieuse des hommes et à leur destin en s'appuyant sur des textes coloniaux comme ceux de Duran ou de Sahagun. Il propose un court glossaire des termes désignant les édifices religieux dans le livre II de l'Historia General de las Cosas de Nueva España, résume les noms et fonctions des différents membres du clergé, les principaux gestes et pratiques rituels. Il explique rapidement l'incidence du jour de naissance sur le destin de tout un chacun et comment le type de mort détermine l'au-delà où on se rendra.

La sixième partie de l'introduction explicative de Neta insiste sur la place de la religion dans la société. Il s'attarde sur les différentes classes qui la compose pour mieux rappeler que cette hiérarchie a son importance lors des rituels religieux.

Enfin, dans la dernière partie, l'auteur rappelle comment la religion mexica s'est fondue dans la religion des Conquistadors, certains payant parfois le lourd prix de l'Inquisition et du "paganisme".

Tena propose ensuite une notice pour comprendre le catalogue de dieux qu'il propose au lecteur. Il les a répartis en 3 groupes :
  • les dieux créateurs et pourvoyeurs : Ometecuhtli, Tezcatlipoca, Quetzalcoatl, Xiuhtecuhtli, Yacatecuhtli.
  • les dieux de la fertilité agricole et humaine : Tlaloc, Ehecatl-Quetzalcoatl, Xochipilli, Xipe Totec, Centeotl, Metztli, Teteoinnan.
  • les dieux de l'énergie cosmique, de la guerre et des sacrifices : Tonatiuh, Huitzilopochtli, Mixcoatl, Tlahuizcalpantecuhtli, Mictlantecuhtli.
Neta propose alors une fiche pour chaque dieu. Chaque fiche comprend donc les informations suivantes :
  • le groupe de dieux
  • le nom du dieu
  • ses avatars ou autres noms
  • son nom dans les invocations ou dans le calendrier rituel
  • une ou plusieurs représentations
  • ses attibuts présentés dans les Primeros Memoriales
  • son chant traduit en espagnol à partir de l'appendice du livre II du Codex de Florence ou dans les Primeros Memoriales.
A la fin du numéro, on peut trouver une intéressante bibliographie commentée et le texte en nahuatl des chants proposés dans les fiches.

Pour conclure on peut dire que le texte d'introduction de Neta se révèle intéressant mais pesant et redondant si on considère le numéro récent sur la religion mexica. D'autre part il se révèle incomplet et incorrect. En revanche le catalogue proposé, en dépit de catégories discutables, est un point de départ intéressant pour quelqu'un qui a besoin de trouver des éléments d'interprétation basique sur le panthéon mexica.

Références bibliographiques :
Codex Vaticanus 3738 A. Pedro de los Rios (éd.), ADV, Graz.
Historia de los Mexicanos por sus pinturas. 1985. Angel Garibay (éd.), Editorial Porrúa, Mexico
L. López Luján. 2006. La casa de las aguilas : un ejemplo de la arquitectura de Tenochtitlan, 2 vols, CONACULTA-INAH-FCE, Mexico.
E. Matos Moctezuma. 1999. "Tezcatlipoca, espejo que humea". In Obras, Estudios mexicas, I (tomo 2), Colegio Nacional, Mexico, p. 57-84.
Sahagun, Fray Bernardino de. 1979. Codice Florentino. edición fac-similar de la Secretaría de Gobernación del Gobierno de México. 3 vols., Giunti Barbèra, Florence.
Sahagun, Fray Bernardino de. 1997. Primeros Memoriales. Thelma D. Sullivan (trad.). University of Oklahoma Press, Norman.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Raíces 328 - El Proyecto Uacusecha con Marion Forest

En homenaje a la arqueológa América Vázquezfallecida en el sismo del 19 de septiembre, y al arqueólogo Rodolfo Neftalí Mercado.

Esta semana en Raíces recibimos a una gran promesa de la arqueología francesa en México. Marion Forest es miembro del Proyecto Uacusecha, nacido de la colaboración del Centre National de Recherche Scientifique de Francia, del CEMCA y del INAH. Este equipo binacional explora desde hace varios años el Malpaís michoacano.

Como cada semana, les presentamos este programa en el portal Archive en formato ogg.

Créditos musicales Banda La Michoacana,Silvia Sapichu - Michoacan, MéxicoLila Downs - Tirineni TsitsikiReferencias bibliográficas Lista de publicaciones del Proyecto Uacusecha.

Forest, M. (2016). Urbanismo y sociedad en Malpaís Prieto, norte de Michoacán. Reflexiones acerca de la estructura espacial de un sitio prototarasco (1250-1450 d.C.). En Roskamp y S. Albiez-Wieck (eds.), Nuevas contribuciones al estudio del antiguo Michoacán. [archivo pdf] recuperado de ht…

Sauvetages archéologiques dans la région de Majahua, Nayarit

La côte de l'actuel état de Nayarit ne se limite pas aux touristiques villes de Tepic ou de Puerto Vallarta. Les plages qui la forment ont été occupées depuis des dates reculées. Un projet de fouilles de sauvetage coordonné par José Rodolfo Cid Beziez, archéologue de la direction de sauvetage archéologique de l'INAH et Concepción Cruz Robles, archéologue du Centre INAH Nayarit.

Leur équipe a "râtissé" 300 hectares depuis 2015, situés sur la commune de Compostelle. Au total sept sites d'importances ont été enregistrés : El Arroz, Cerro Canalán, Playa Canalán, El Arenal, Majahua, El Arco et Camino a Majahua. Près de 98000 tessons de céramique appartenant à des cultures et des époques différentes (entre 500 et 1300 de notre ère) ont été récupérés, 426 gravures rupestres enregistrées (dont 112 rien qu'autour du volcan Majahua et d'autres parfois non conclues à Cerro Canalán) et 97 clochettes en métal retrouvées. 

Lorsqu'on regarde le bulletin de l'INAH,…

Raíces 351 - Les briques sculptées de Comalcalco avec Miriam Judith Gallegos

Cette semaine Raíces recevait l'archéologue Miriam Gallegos, chercheuse au Centre INAH Tabasco. Avec son aide, nous avons essayé de comprendre la fabrication et l'utilisation des briques sculptées ou gravées qui sont une quasi-exclusivité architecturale du site maya de Comalcalco, situé au Tabasco. Selon Gallegos, "ils faisaient parie des constructions, présents dans les murs, les voûtes et les lnteaux. Ils supportaient de véritables charges et fonctionnaient comme un matériel de construction, en plus d'être décorés". Dès lors, quelles pouvaient être les valeurs symboliques de ces briques ? Comment étaient-ils élaborés ? Dans quelles constructions pouvaient-ils être vus ou non vus ?

Esta semana en Raíces recibimos a la arqueóloga Miriam Judith Gallegos, adscrita al Centro INAH Tabasco. Con su apoyo, trataremos de entender la fabricación y el uso de los ladrillos esgrafíados o moldeados descubiertos en el sitio maya de Comalcalco, Tabasco. Según Gallegos, "f…