Accéder au contenu principal

Arqueologia Mexicana Hors-série 30 partie 2

Aujourd'hui nous vous proposons de terminer la revue et commentaire du hors-série 30 de la revue Arqueología Mexicana.


Nous avons omis deux pages occupées par différents inserts. Dans un premier, Tena détaille chaque fête du xiuhpohualli puis du tonalpohualli en donnant sa traduction et les dieux auxquels on rendait hommage. Puis dans un deuxième insert, on peut voir un plan de l'enceinte cérémoniel de Tenochtitlan. Ce dernier document, réalisé à partir des reconstitutions de Marquina, est empreint d'erreurs. Les découvertes archéologiques dans les 20 dernières années n'ont pas été prises en compte, comme le montre l'oubli de l'édifice des Aigles (cf. López Luján, 2006) ou la mauvaise orientation du temple de Tezcatlipoca (cf. Matos Moctezuma, 1999).

Revenons au texte principal où Tena rappelait les 13 niveaux célestes et les 8 strates de l'inframonde présentés dans le Codex Vaticanus A et dans l'Historía de Los Mexicanos por sus Pinturas. Il explique ensuite les différents ensuite les différents points cardinaux en les reliant à une couleur et à un signe d'année, s'inspirant ainsi des travaux de Matos Moctezuma et de López Austin sans toutefois les nommer.

Vient un cinquième point important avec la place de l'homme dans la religion mexica. C'est ainsi que Neta relate l'origine de l'humanité. Puis il s'intéresse à l'activité religieuse des hommes et à leur destin en s'appuyant sur des textes coloniaux comme ceux de Duran ou de Sahagun. Il propose un court glossaire des termes désignant les édifices religieux dans le livre II de l'Historia General de las Cosas de Nueva España, résume les noms et fonctions des différents membres du clergé, les principaux gestes et pratiques rituels. Il explique rapidement l'incidence du jour de naissance sur le destin de tout un chacun et comment le type de mort détermine l'au-delà où on se rendra.

La sixième partie de l'introduction explicative de Neta insiste sur la place de la religion dans la société. Il s'attarde sur les différentes classes qui la compose pour mieux rappeler que cette hiérarchie a son importance lors des rituels religieux.

Enfin, dans la dernière partie, l'auteur rappelle comment la religion mexica s'est fondue dans la religion des Conquistadors, certains payant parfois le lourd prix de l'Inquisition et du "paganisme".

Tena propose ensuite une notice pour comprendre le catalogue de dieux qu'il propose au lecteur. Il les a répartis en 3 groupes :
  • les dieux créateurs et pourvoyeurs : Ometecuhtli, Tezcatlipoca, Quetzalcoatl, Xiuhtecuhtli, Yacatecuhtli.
  • les dieux de la fertilité agricole et humaine : Tlaloc, Ehecatl-Quetzalcoatl, Xochipilli, Xipe Totec, Centeotl, Metztli, Teteoinnan.
  • les dieux de l'énergie cosmique, de la guerre et des sacrifices : Tonatiuh, Huitzilopochtli, Mixcoatl, Tlahuizcalpantecuhtli, Mictlantecuhtli.
Neta propose alors une fiche pour chaque dieu. Chaque fiche comprend donc les informations suivantes :
  • le groupe de dieux
  • le nom du dieu
  • ses avatars ou autres noms
  • son nom dans les invocations ou dans le calendrier rituel
  • une ou plusieurs représentations
  • ses attibuts présentés dans les Primeros Memoriales
  • son chant traduit en espagnol à partir de l'appendice du livre II du Codex de Florence ou dans les Primeros Memoriales.
A la fin du numéro, on peut trouver une intéressante bibliographie commentée et le texte en nahuatl des chants proposés dans les fiches.

Pour conclure on peut dire que le texte d'introduction de Neta se révèle intéressant mais pesant et redondant si on considère le numéro récent sur la religion mexica. D'autre part il se révèle incomplet et incorrect. En revanche le catalogue proposé, en dépit de catégories discutables, est un point de départ intéressant pour quelqu'un qui a besoin de trouver des éléments d'interprétation basique sur le panthéon mexica.

Références bibliographiques :
Codex Vaticanus 3738 A. Pedro de los Rios (éd.), ADV, Graz.
Historia de los Mexicanos por sus pinturas. 1985. Angel Garibay (éd.), Editorial Porrúa, Mexico
L. López Luján. 2006. La casa de las aguilas : un ejemplo de la arquitectura de Tenochtitlan, 2 vols, CONACULTA-INAH-FCE, Mexico.
E. Matos Moctezuma. 1999. "Tezcatlipoca, espejo que humea". In Obras, Estudios mexicas, I (tomo 2), Colegio Nacional, Mexico, p. 57-84.
Sahagun, Fray Bernardino de. 1979. Codice Florentino. edición fac-similar de la Secretaría de Gobernación del Gobierno de México. 3 vols., Giunti Barbèra, Florence.
Sahagun, Fray Bernardino de. 1997. Primeros Memoriales. Thelma D. Sullivan (trad.). University of Oklahoma Press, Norman.
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Carbone 14 - L'Amérique latine pillée !

Dans son programme du 5 novembre 2016, Vincent Charpentier recevait André Delpuech, responsable des collections précolombiennes du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac pour discuter du pillage et des ventes des objets précolombiens.Voici peu, les policiers de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (Ocbc) procédaient à des saisies conservatoires de pièces archéologiques sud-américaines, mises aux enchères dans de grandes salles des ventes. Ainsi, désormais, le Mexique, le Guatemala l'Equateur ou le Pérou interviennent au nom de la sauvegarde de leur patrimoine. L'Amérique latine est l'objet d'un très intense pillage de son patrimoine précolombien. A la base, sont les huaqueros, les pilleurs de tombes...Qu'en est-il de la circulation de ces collections archéologiques provenant des Amériques, du pillage de sites, du trafic illicite, de la traçabilité des objets ? De ce patrimoine mis aux enchères, parfois acquis par les musées, que penser des fa…

Découverte d'une deuxième structure sous la Pyramide du Castillo à Chichen Itza.

La pyramide du Castillo à Chichen Itza est probablement un des monuments mexicains les plus représentés et les plus publiés sur la toile. C'est une icône au-delà du simple qu'elle ait été reconnue comme faisant partie des 7 merveilles du monde moderne il y a quelques années. Le site yucatèque a récemment défrayé la chronique pour ces concerts somptueux inaccessibles pour le commun des mortels, la présence illégale de vendeurs dans la zone archéologique et des tarifs d'entrée prohibitifs dont le gouvernement décide de la hausse à sa guise, etc.

On en oublierait presque que Chichen Itza est une zone archéologique, c'est-à-dire, un lieu dédié à la recherche scientifique.



Cette fois-ci, avec un outil semblable conceptuellement parlant, une équipe mixte de recherches UNAM-INAH a entrepris une prospection électrique en trois dimensions de la Pyramide du Castillo. L'archéologue Denisse Argote Espino est devenue une spécialiste en la matière, apportant sa technique innovante…

Fouilles de sauvetage à Zacatenco, Mexico

Sur son site internet, l'INAH fait état de fouilles de sauvetage au nord de Mexico, préalables à la construction de l'aqueduc Guadalupe, à quelques encâblures de la Basilique de Guadalupe.  Après six mois de travaux dirigés à Zacatenco par la jeune Estibaliz Aguayo Ortíz, les résultats sont tout simplement surprenants. 
On dispose de peu de contextes fouillés systématiquement dans la vallée de México et datés du Préclassique. Vaillant (1930) avait fouillé à Zacatenco dès 1928 et publié ses résultats deux ans plus tard. Une des références en la matière a été le travail effectué ensuite par Piña Chan (1958) à Tlatilco.  Puis il a fallu attendre des fouilles de Sanders et Parsons à la fin des années 1960 pour en savoir un peu plus sur Zacatenco.

Les découvertes de la Direction d'Archéologie de Sauvetage de l'INAH sont de deux types. Tout d'abord les restes de 145 individus ont jusqu'à présent retrouvés. Certains enterrements comptaient jusqu'à trois individus da…